FREN­CHIES EN NBA

Mondial Basket - - Édito -

12

AU SOR­TIR D’UN EU­RO QUI LAISSE DES RE­GRETS ET AVEC UN TOUR­NOI QUA­LI­FI­CA­TIF POUR LES JEUX OLYM­PIQUES EN LIGNE DE MIRE, LES « FREN­CHIES » AT­TAQUENT UNE SAI­SON QUI S’AN­NONCE COM­PLI­QUÉE. ENTRE CEUX QUI SE­RONT LIBRES EN FIN D’AN­NÉE, CEUX QUI VISENT LE TITRE OU LES PLAYOFFS ET CEUX QUI ONT CHAN­GÉ D’ÉQUIPE, LES TRI­CO­LORES DE NBA SONT SOUS PRES­SION… ÇA TOMBE BIEN, ILS AIMENT ÇA !

UN PE­TIT GOÛT DE RE­VANCHE

La presse amé­ri­caine s’in­quié­tait du cas To­ny Parker après l’Eu­ro. Si les Spurs se sont don­né les moyens de leurs am­bi­tions en re­cru­tant deux All-Stars (LaMar­cus Al­dridge et Da­vid West), la si­tua­tion du me­neur fran­çais in­tri­guait. Se­rait-il le star­ter dé­cli­nant de cette équipe de rêve ? A 33 ans, TP sort de la plus mau­vaise sai­son de sa car­rière, gê­né par une bles­sure aux is­chio-jam­biers. Mais To­ny est se­rein. Il se connaît et Gregg Po­po­vich a sans doute des idées pour le re­lan­cer. « Mon seul but, cette an­née, c’est d’être en bonne san­té, parce que je sais que si c’est le cas, je joue­rai bien, clame le n°9 texan. Mon Eu­ro n’est pas le ré­sul­tat d’un dé­clin phy­sique, juste de tirs qui ne ren­traient pas. » Comme pour ex­pé­dier ses dé­trac­teurs dans les cordes, Parker parle d’ave­nir. Il lui reste 36 mois de contrat avec les quin­tuples cham­pions NBA. Il compte bien pro­lon­ger de 3 ans à l’is­sue de ce bail pour jouer jus­qu’à ses 38 ans et li­vrer une 20e sai­son outre-At­lan­tique ! « Les Spurs savent que je veux jouer jus­qu’à mes 38 ans. C’est mon ob­jec­tif. Quand je me com­pare à d’autres, je me sens chan­ceux d’avoir pu te­nir ma place au­tant d’an­nées avec mon pe­tit phy­sique. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.