KOBE BRYANT

L’HÉ­RI­TAGE DU « BLACK MAMBA »

Mondial Basket - - ÉDITO -

KOBE BRYANT LAIS­SE­RA UNE TRACE INDÉLÉBILE DANS L’HIS­TOIRE AVEC CINQ TITRES NBA, DEUX MÉ­DAILLES D’OR AUX JEUX OLYM­PIQUES ET UNE KYRIELLE D’AWARDS, DONT LE PRES­TI­GIEUX TITRE DE MVP DE LA LIGUE, OB­TE­NU À L’IS­SUE DE LA SAI­SON 2007-08. UN HÉ­RI­TAGE LOURD À POR­TER POUR TOUTE UNE NOU­VELLE GÉ­NÉ­RA­TION, NÉE SOUS L’ÈRE DU « BLACK MAMBA ». HOM­MAGE.

Par­tir et sur­tout ne pas se re­tour­ner. Le cha­pitre « Kobe Bryant » est clos, dé­fi­ni­ti­ve­ment clos de­puis le 13 avril 2016, une jour­née re­bap­ti­sée « Mamba Day » (tous les ath­lètes Nike étaient équi­pés en consé­quence, comme le ten­nis­man Ro­ger Fe­de­rer qui por­tait la men­tion « 4.13.16 » sur ses shoes). L’adieu aux armes face au Utah Jazz de Ru­dy Go­bert, mal­heu­reu­se­ment for­fait, était émou­vant, au­tant qu’il pou­vait l’être. Un peu folk­lo­rique aus­si (le hé­ros de la soi­rée a plan­té 60 pts mais à 22/50, dont 6/21 der­rière l’arc…). Ce fa­re­well tour avait suf­fi­sam­ment du­ré. Trop pour que l’énième « par­ty » au Staples Cen­ter ait toute la sa­veur qu’elle au­rait dû avoir avec un joueur de cette trempe. Le prix des billets avait ex­plo­sé pour voir une der­nière fois le « Black Mamba ». La tié­deur du Staples a en­le­vé de la so­len­ni­té et de la ma­gie à l’évè­ne­ment alors qu’on dû vivre un mo­ment ex­cep­tion­nel, his­to­rique. Bryant a ti­ré sa ré­vé­rence et l’heure des comptes a son­né. Les com­pa­rai­sons sont in­évi­tables avec Mi­chael Jor­dan, Ma­gic John­son, Lar­ry Bird ou Ka­reem Ab­dul-Jab­bar. Qui a dé­cla­ré, par exemple, que Tim Dun­can (5 titres lui aus­si et ce n’est peut-être pas fi­ni) avait fait une meilleure car­rière que la star ca­li­for­nienne. Kobe semble avoir plus d’ad­mi­ra­teurs dans la nou­velle gé­né­ra­tion que dans l’an­cienne, qui a trop souf­fert sous le joug du La­ker du­rant ses vingt

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.