L. ALDRIDGE, FIN DE SÉ­RIE

STRA­TO­SPHÉ­RIQUE DANS DEUX MATCHES DE LA DE­MI­FI­NALE DE CONFÉRENCE OUEST FACE À OK­LA­HO­MA CI­TY, LAMAR­CUS ALDRIDGE A FI­NI SES PRE­MIERS PLAYOFFS AVEC SAN AN­TO­NIO À BOUT DE SOUFFLE. « LMA » OU L’HIS­TOIRE D’UN TEXAN TOU­JOURS DANS LA PEAU D’UN TRAIL BLAZER.

Mondial Basket - - News -

Le sta­tut de LaMar­cus Aldridge (30 ans) a chan­gé de­puis un an. L’ex­po­si­tion of­ferte par une fran­chise de pre­mier ordre - les San An­to­nio Spurs - en pleine ba­taille des playoffs a fo­ca­li­sé en­core un peu plus l’at­ten­tion sur un joueur jusque-là dis­cret et ré­ser­vé. C’est peu dire que le Texan, re­crue phare de l’in­ter­sai­son 2015 des Sil­ver and Black, ne goûte pas les points presse. « Je n’ai rien à ra­con­ter car je vous ai tout don­né hier soir », lan­ça-t-il en ar­ri­vant de­vant quelques re­por­ters un sa­me­di midi à la Chesapeake Ener­gy Are­na d’Ok­la­ho­ma Ci­ty, au len­de­main d’un Match 3 brillam­ment ga­gné par les hommes de Gregg Po­po­vich (100-96). Si Aldridge est bien le fils de Tim Dun­can dans sa ma­nière de com­mu­ni­quer, il est le « big bro­ther » de Kaw­hi Leo­nard qui ap­pré­hende très mal ses obli­ga­tions mé­dia­tiques et reste as­sez in­au­dible. « LMA » s’ef­force de res­ter pro­fes­sion­nel jus­qu’au bout, sans en­thou­siasme dé­bor­dant, y met­tant la forme et un dé­but de conte­nu. Le n°2 de la draft 2006 a dix ans d’ex­pé­rience NBA et il a com­pris que ce nou­veau sta­tut à San An­to­nio al­lait le pla­cer sur le de­vant de la scène, avec le re­trait pro­gres­sif du « Big Th­ree » Tim Dun­can-Manu Gi­no­bi­li-To­ny Par­ker. La sai­son ré­gu­lière 201516 a ser­vi de ro­dage, en quelque sorte, au na­tif de Dal­las qui a ter­mi­né l’exer­cice avec une moyenne de 18 points, à 51.3%, et 8.5 re­bonds. On at­ten­dait plus mais il fal­lait in­té­grer ce joueur cinq fois All-Star qui ve­nait de pas­ser neuf ans à Port­land. Le n°12 des Spurs s’est offert un warm-up tran­quille face à Mem­phis, au 1er tour de la Wes­tern, en com­pi­lant 14.5 points dans ce qui fut un sweep as­sez fa­cile avant le grand ren­dez-vous face à Ok­la­ho­ma Ci­ty. Là, Aldridge don­na en­fin sa pleine me­sure, en fai­sant par­ler son ta­lent of­fen­sif (38 pts à 18/23 dans le Game 1, 41 à 15/21 dans le Game 3). San An­to­nio au­rait eu be­soin de ce LaMar­cus-là dans les Matches

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.