A. ROBERSON

CONDAM­NÉ À DÉ­FENDRE À OK­LA­HO­MA CI­TY

Mondial Basket - - News -

Andre Roberson (24 ans) pas­se­ra son été dans un gym­nase. Le shoo­ting guard d’Ok­la­ho­ma Ci­ty n’a pas le choix. Il rend une bonne co­pie dé­fen­sive mais en at­taque, il ne voit pas le jour. Et après trois ans de NBA (26e choix des Tim­ber­wolves en 2013), l’ar­rière du Thun­der sait qu’il doit pas­ser la vi­tesse su­pé­rieure. « Au dé­but de ta car­rière, tu joues sur tes points forts pour te faire une place, nous di­sait le n°21 à San An­to­nio, pen­dant la de­mi-fi­nale de Conférence Ouest face aux Texans (4-2), mais après, tu dois pro­po­ser autre chose, mon­trer autre chose dans le jeu. Un deuxième ar­rière doit ren­trer ses shoots et pour l’ins­tant, je ne suis pas une me­nace. » Star­ter en puis­sance (70 matches dans le cinq de dé­part cette an­née), le na­tif de Las Cruces, au Nou­veau-Mexique, a pé­ni­ble­ment rap­por­té 4.8 points et 3.6 re­bonds sur 22.2 mi­nutes, en shoo­tant à 49.6% et 31.1% der­rière l’arc. Mais quand il dis­pose de deux top sco­reurs comme Ke­vin Du­rant et Rus­sell Westbrook, un head coach n’a pas for­cé­ment be­soin d’un troi­sième star­ter sco­reur. C’est aus­si pour ce­la qu’Andre a dé­bu­té au­tant de ren­contres en 2015-16. « Il ap­porte une iden­ti­té dé­fen­sive à l’équipe, ex­plique Billy Do­no­van. C’est ce que j’at­tends de lui et il le fait très bien. » C’est avec une ré­pu­ta­tion de « stop­peur » que Roberson avait dé­bar­qué dans l’Ok­la­ho­ma en 2013. Draf­té par Min­ne­so­ta pour le compte de Gol­den State, il avait vu les War­riors l’ex­pé­dier im­mé­dia­te­ment au Thun­der. Ke­vin Du­rant se sou­vient du bon­homme au col­lege, chez les Co­lo­ra­do Buf­fa­loes. « Même s’il jouait ai­lier fort à l’uni­ver­si­té, il mar­quait les ar­rières dans le pé­ri­mètre. » C’est comme ça que Roberson a fait son trou en NBA du­rant sa sai­son roo­kie. Chien de garde des plus grandes stars ! « Il a bien pro­gres­sé cette an­née, re­prend Coach Do­no­van. Avec plus de mou­ve­ment, il coupe et joue bien mieux de sa po­si­tion sur le ter­rain. Il tente des 3-points dans le coin et il de­vient un peu plus consis­tant aux shoots (ndlr:45.8%dans­le­cham­pet24.7% der­riè­rel’ar­cl’an­der­nier). » Même constat pour Ke­vin Du­rant : « Je vois comment il avance. Andre se bat pour ten­ter d’être meilleur. J’aime son at­ti­tude. » Kaw­hi Leo­nard a été li­mi­té à 14 points (7/18) dans le Match 2 de la sé­rie Spurs-Thun­der à cause de cette sang­sue qui culmine à 2,01 m pour 95 kg. Deux fois meilleur dé­fen­seur de la Ligue, l’ai­lier de San An­to­nio est bien pla­cé pour ap­pré­cier les qua­li­tés du jeune Roberson. « J’aime quand un ad­ver­saire joue dur face à moi. Lui se donne en­tiè­re­ment en dé­fense et il le fait pro­pre­ment, en plus. » Le n°21 d’Ok­la­ho­ma Ci­ty est pas­sé par un ly­cée de San An­to­nio, Wa­gner, où il avait fré­quen­té le La­ker Jor­dan Clark­son. En­semble, ils avaient me­né leur équipe en de­mi-fi­nales du cham­pion­nat de l’Etat, en 2009 et 2010. « J’étais un fan des Spurs », se sou­vient Andre qui a joué - avec plai­sir - de­vant sa fa­mille et des amis du­rant la de­mi-fi­nale de Conférence Ouest. Il n’a évi­dem­ment pas ou­blié ses trois an­nées uni­ver­si­taires chez les Buffs. « Rob­bie » avait ter­mi­né l’aven­ture NCAA avec une moyenne de 10.9 points et 11.2 re­bonds car il lui avait fal­lu s’adap­ter à une nou­velle po­si­tion pour sa sai­son ju­nior. « Tu passes d’ai­lier fort à deuxième ar­rière, c’est com­pli­qué mais j’ai ac­cep­té le chal­lenge. Là, je conti­nue d’ap­prendre », concluait le shoo­ting guard du Thun­der.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.