ÉDITO

Mondial Basket - - Édito - PAR FRED LESMAYOUX Ef­fec­tifs ar­rê­tés au1er oc­tobre 2016.

Un grand écart s’est créé cet été entre les équipes « élite », dites « su­per teams », et le reste des fran­chises NBA. Si le te­nant du titre, Cle­ve­land, n’a pra­ti­que­ment pas tou­ché à son ros­ter, les fans n’ont d’yeux que pour Gol­den State qui en­re­gistre l’ar­ri­vée de Ke­vin Du­rant. Les War­riors sont lo­gi­que­ment don­nés ar­chi-fa­vo­ris, eux qui, sans « KD », avaient dé­jà rem­por­té le titre en 2015 avant d’éta­blir un re­cord de 73 vic­toires et de me­ner 3-1 dans les Fi­nales 2016. L’his­toire dé­montre ce­pen­dant que ce type d’équipes All-Stars ne gagne pas tou­jours la pre­mière sai­son. Re­mem­ber les La­kers 2004 et, plus ré­cem­ment, le Heat 2011. Tout le monde veut leur faire la peau, tous les soirs. Les sys­tèmes de jeu et les au­to­ma­tismes ne s’as­si­milent et ne se créent pas en quelques séances à ce ni­veau. Ou comment trans­for­mer un gen­til en mé­chant ! Une sai­son « new gé­né­ra­tion » qui dé­bu­te­ra non sans une pen­sée pour les su­per­stars qui ont pris leur re­traite : Kobe, Dun­can, Gar­nett. A la jeune garde de prendre le re­lais. Elle en a le ta­lent. L’exer­cice marque aus­si le re­tour de quelques joueurs au plus près de leurs ra­cines : Wade à Chi­ca­go, Ho­ward à At­lan­ta, Noah à New York, Teague à In­dia­na… Des ren­forts de coeur au mo­ment où de nom­breux joueurs ont pro­fi­té du nou­veau contrat de la NBA avec les té­lés pour se faire un maxi­mum de dol­lars. Une cer­taine pres­sion pèse dé­sor­mais sur leurs épaules. Vu le grand cham­bar­de­ment de la free-agen­cy, il est grand temps de re­mettre les fiches à jour et d’ana­ly­ser, de chif­frer, d’écou­ter les am­bi­tions de cha­cune des trente fran­chises. Ce guide est fait pour ça, il est à vous !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.