AL­LEN IVER­SON

Mondial Basket - - AROUND -

A dé­faut de chan­ger de sta­tut, les Hous­ton Ro­ckets ont mo­di­fié le de­si­gn de leur ter­rain. « Notre iden­ti­té, c’est le rouge, alors le nom de la fran­chise est dé­sor­mais écrit en rouge der­rière la ligne de fond », ex­plique un res­pon­sable de la com­mu­ni­ca­tion des Texans. La ra­quette est éga­le­ment de­ve­nue toute rouge, tou­jours avec la fa­meuse iden­ti­té des Ro­ckets. Le « R » a échap­pé au de­si­gner qui y voyait éga­le­ment un chan­ge­ment. Ouf ! On a évi­té le pire quand on sait que le pre­mier lif­ting du ter­rain par ce même de­si­gner don­nait un par­quet en noir… Le Jazz a lui aus­si re­fait sa pein­ture pour faire briller Ru­dy Go­bert. Phi­la­del­phie ne va pas mieux cette sai­son que les an­nées pré­cé­dentes. Un dé­but dif­fi­cile (0-7) a plom­bé l’am­biance pour­tant ex­cel­lente qui ré­gnait chez les jeunes Sixers, avec l’ex­plo­sion de Joel Embiid (voir­pages 32-51). Tou­jours en va­drouille, le dé­sor­mais Hall of Famer Al­len Iver­son a fait un stop dans son an­cienne fran­chise, le 10 no­vembre, pour re­mon­ter le mo­ral des troupes. Quand on sait que « The Ans­wer » est lui-même ron­gé par un di­vorce et une fâ­cheuse ten­dance à trin­quer plus que de rai­son, on n’ose ima­gi­ner la te­neur des pro­pos… Reste à sa­voir si la consul­ta­tion se­ra payante. On se sou­vient qu’en 2012, Iver­son, dé­jà au creux de la vague, de­vait rendre vi­site aux jeunes uni­ver­si­taires de Dal­las « pour l’amour du bas­ket ». On pen­sait qu’il avait été in­vi­té par son an­cien coach chez les Sixers, Lar­ry Brown, en charge des Mus­tangs. Il n’en était rien. Il avait pris un chèque de 5 000 $ comme l’a ré­vé­lé plus tard l’un des pa­trons du pro­gramme texan. Tout ce­la est rap­pe­lé dans l’ex­cel­lente bio­gra­phie pa­rue chez Ta­lent Sport, « Not a game », si­gnée Kent Babb, et ac­tuel­le­ment en li­brai­rie. Un ou­vrage qui re­late la car­rière pro­di­gieuse d’un joueur à contre-cou­rant de la NBA lors­qu’il dé­bar­qua dans le mi­lieu en 1996, après deux an­nées à Geor­ge­town. Les frasques d’Iver­son, son at­ti­tude et son style ves­ti­men­taire obli­gèrent le com­mis­sio­ner de l’époque, Da­vid Stern, à im­po­ser un « dress code » tant le meneur avait une in­fluence né­ga­tive sur les autres joueurs dans l’es­prit des di­ri­geants de la Ligue. Kent Batt, « Al­len Iver­son, Not a game », Ta­lent Sport, 324 pages, 22 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.