miKe Con­ley UN GRIZZLY EN FIN D’HI­BER­NA­TION

Mondial Basket - - Special Point Guards -

LE GAU­CHER MIKE CON­LEY RÉA­LISE SA MEILLEURE SAI­SON, À PLUS DE 20 POINTS DE MOYENNE, MAIS IL N’EST TOU­JOURS PAS ALL-STAR. LE POR­TE­FEUILLE DU N°11 DES GRIZZLIES EST BIEN GAR­NI MAIS PAS SÛR QUE ÇA SUFFISE À SON BON­HEUR…

Ch­ris Wal­lace, le ge­ne­ral ma­na­ger de Mem­phis, ne s’était pas trom­pé de che­val en mi­sant 153 millions de dol­lars (sur 5 ans) sur son me­neur, Mike Con­ley. Le p’tit gars né dans l’Ar­kan­sas en octobre 1987 sort une sai­son de pre­mier plan avec des stats toutes à la hausse. Il s’af­fiche ain­si à plus de 20 points de moyenne, 6.4 as­sists et 3.6 re­bonds pour seule­ment 2.3 bal­lons per­dus. Le n°11 des Grizzlies ne force ja­mais ses tirs et cette so­brié­té lui per­met de tour­ner à plus de 45% de réus­site aux shoots, 40% der­rière l’arc et plus de 86% sur la ligne des lan­cers francs. Dom­mage que Mem­phis ait joué au yoyo avec la bles­sure de son ai­lier Chand­ler Par­sons, fi­na­le­ment « out » pour la sai­son de­puis le 13 mars (bles­sure au ge­nou). La fran­chise du Ten­nes­see doit une nou­velle fois faire une croix sur ses am­bi­tions en playoffs mal­gré une grosse an­née de son point guard, tout juste stop­pé dans son élan fin no­vembre. Con­ley, qui a man­qué une dou­zaine de matches, se doute qu’il ne pour­ra pas es­pé­rer, sauf mi­racle, une fi­nale de Confé- rence, comme en 2013, quand l’équipe alors coa­chée par Lionel Hol­lins avait été éli­mi­née par San Antonio (sweep). Le presque tren­te­naire, ja­mais All-Star, dis­pute ses sixièmes playoffs de­puis 2011. Il af­fiche dé­sor­mais plus 50 matches de post­sea­son sous la cein­ture. Une grosse ex­pé­rience au ser­vice du col­lec­tif des Grizzlies. L’an­cien chef d’or­chestre des Bu­ckeyes d’Ohio State a chan­gé son jeu cette sai­son pour pas­ser à l’of­fen­sive. On a vu sa moyenne de points monter en flèche (de 15.3 à 20.4) car le bon­homme a si­gné une di­zaine de ren­contres à plus de 30 uni­tés, bat­tant son re­cord en la ma­tière : 38 pions à son comp­teur per­son- nel le 30 jan­vier à Phoe­nix. David Fiz­dale, qui boucle sa pre­mière an­née comme head coach à Mem­phis, en­cou­rage son me­neur dans cette voie. « Il a le feu vert pour faire ça tout le temps. J’aime quand il est agres­sif et qu’il ins­pire les autres joueurs. » Chan­ge­ment ra­di­cal pour Con­ley qui pro­fite tou­jours des sé­quences de pick and roll avec le pi­vot es­pa­gnol Marc Ga­sol pour do­ter Mem­phis d’un jeu d’at­taque com­plet. En neuf ans de car­rière, il n’avait sco­ré plus de 30 points que cinq fois ! C’est une vraie ré­vo­lu­tion dans le Ten­nes­see et le joueur y a pris goût. « C’est ex­ci­tant de sco­rer, sur­tout quand ça fait ga­gner des matches », rap­pelle ce­lui qui s’était (ou qui était) peut-être trop long­temps can­ton­né dans un rôle de play­ma­ker pur. Con­ley a été tou­ché à l’oeil dans une col­li­sion avec l’ai­lier de San Antonio Kawhi Leonard dé­but avril (dé­faite 89-95 dans le Texas). Les re­trou­vailles éven­tuelles en playoffs s’an­noncent chaudes…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.