SPÉCIAL POINT GUARDS : ME­NEURS GES­TION­NAIRES

Mondial Basket - - News -

AVEC QUATRE BAGUES DE CHAM­PION NBA, TP EST LE ME­NEUR STAR­TER LE PLUS TI­TRé AU MO­MENT D’AT­TA­QUER LES PLAYOFFS. C’EST AUS­SI LE JOUEUR DE LA LIGUE AVEC LE PLUS DE MATCHES AU COMP­TEUR à CE NI­VEAU. L’EX­Pé­RIENCE EST UN ATOUT IN­DIS­PEN­SABLE EN POST­SEA­SON. C’EST POUR­QUOI SAN ANTONIO CROIT TOU­JOURS EN TO­NY.

Est-ce que TP va fê­ter ses 35 ans en post­sea­son le 17 mai ? Ce se­rait bon signe pour San Antonio et pour le me­neur des Spurs, qui at­taque ses 16es playoffs. Au mo­ment des trois coups de la pé­riode la plus ex­ci­tante de l’an­née, le qua­druple cham­pion NBA to­ta­lise 213 matches de post­sea­son. Il est le joueur de la Ligue en ac­ti­vi­té avec le plus de ren­contres à ce ni­veau de la com­pé­ti­tion. Même son co­équi­pier Pau Ga­sol n’af­fiche « que » 115 matches de playoffs. LeBron James en to­ta­lise 199 et Paul Pierce, l’un des plus élé­ments ac­tifs les plus âgés, était blo­qué à 163 avant d’en­ta­mer ses 14es playoffs, à 39 ans. To­ny fait du­rer le plai­sir chez les Spurs, tou­jours fa­vo­ris pour le titre. Mais cette sai­son 2016-17 a été plus com­pli­quée à gé­rer. Le me­neur tri­co­lore a man­qué une ving­taine de matches pour dif­fé­rentes bles­sures. Rien de grave mais il y avait tou­jours quelque chose pour le frei­ner dans son pro­gramme. Il a réa­li­sé ses deux meilleurs mois en dé-

cembre et jan­vier avec 11 matches, à chaque fois, dans son ca­len­drier. Ce­la don­nait 11.5 points et 4.5 as­sists de moyenne en dé­cembre et 12.8 points et 5.2 passes en jan­vier, avec sur­tout 52.6% aux tirs. Ça, c’était avant qu’il ne soit contraint de s’ar­rê­ter pour une pe­tite pé­riode de re­pos. L’an­née a été longue pour le Fran­çais qui a vu ses stats chu­ter, à nou­veau, après le break du All-Star Game. De­puis le 24 fé­vrier, il s’af­fi­chait ain­si à 7.7 points et 3.9 passes contre 9.9 points et 4.6 as­sists sur l’en­semble de la sai­son. Sa réus­site aux shoots est tom­bé à 46%. Son pour­cen­tage n’avait ja­mais été aus­si bas de­puis 13 ans, lors­qu’il émar­geait à 44.7% aux tirs dans sa troi­sième an­née NBA. Mais

Gregg Po­po­vich a be­soin de Par­ker pour or­ga­ni­ser et gé­rer le jeu des Texans. L’ai­lier Kawhi Leonard, 25 ans dé­sor­mais, avait ap­pris à jouer avec Tim Dun­can et To­ny Par­ker. Si le pre­mier n’est plus là pour l’en­cou­ra­ger, il peut en­core pro­fi­ter de l’ex­pé­rience du « Fren­chie », qui le pousse à don­ner en­core plus dans son nou­veau rôle de lea­der. Toute la phi­lo­so­phie des Spurs se re­trouve dans la trans­mis­sion du sa­voir, in­dis­pen­sable éga­le­ment en playoffs. Le me­neur vé­té­ran est le der­nier sur­vi­vant, avec l’Ar­gen­tin Ma­nu Gi­no­bi­li (39 ans), d’une époque do­rée qui avait vu San Antonio do­mi­ner son su­jet. TP ne dé­lais­se­ra pas ce rôle dans les playoffs 2017.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.