NOR­MAN PO­WELL, X FACTOR DES RAP­TORS

NOR­MAN PO­WELL VA FI­NIR PAR AI­MER LES PLAYOFFS ! UN AN APRÈS AVOIR ÉTÉ LA RÉ­VÉ­LA­TION DES RAP­TORS SUR UN MATCH FACE À IN­DIA­NA, LE SWING­MAN A RE­MIS ÇA CONTRE MIL­WAU­KEE, AU 1ER TOUR. POUR­TANT, LE SO­PHO­MORE DE TO­RON­TO N’A TOUJOURS PAS OB­TE­NU DE GA­RAN­TIES…

Mondial Basket - - Édito -

C’est peu dire que To­ron­to était mal embarqué face à Mil­wau­kee au 1er tour des playoffs ! Me­né 1-2 par les Bucks, Dwane Ca­sey, le coach des Rap­tors, a ten­té un coup de po­ker avec Nor­man Po­well dans le star­ting li­neup pour chan­ger le cours de la série. Un coup de maître ! Les joueurs de Ja­son Kidd n’ont plus ga­gné un match et la tête de série n°3 s’est qua­li­fiée pour les de­mi-fi­nales de Confé­rence (face à Cle­ve­land) en six manches. « Nor­man a été le fac­teur X de cet af­fron­te­ment », ré­sume Coach Ca­sey. Shoo­ting guard-ai­lier de 24 ans (il les au­ra le 25 mai), le 46e choix de la draft 2015 n’est pas un in­con­nu mais ce n’est pas ce 2e tour - Mil­wau­kee l’avait tra­dé dans la fou­lée contre Grei­vis Vas­quez - qui au­rait pu le mettre en avant. Sou­ve­nez-vous les playoffs l’an der­nier, dé­jà ! Le n°24 des Rap­tors s’était ré­vé­lé sur le Match 5 face à In­dia­na, lors du 1er tour (10 pts, 4 rbds, 2 ints), pré­ci­pi­tant la perte des Pa­cers (4-3). Mais faute de temps de jeu, cette sai­son en­core, Po­well n’a pas confir­mé. Les stats du na­tif de San Die­go sont res­tées blo­quées à 8.4 points, 2.2 rebonds et 1.1 as­sist en sai­son ré­gu­lière, sur 18 mi­nutes. C’est « cheap ». Sur­tout que Nor­man a mon­tré autre chose quand il était star­ter. En l’ab­sence des éclo­pés DeMarre Car­roll et DeMar DeRo­zan, Coach Ca­sey lui a ac­cor­dé une tren­taine de mi­nutes et sa moyenne sur 18 matches comme ti­tu­laire n’était pas du tout la même. Le swing­man s’af­fi­chait alors à 15.6 points par match, plus 2 rebonds, 4 as­sists et 1 in­ter­cep­tion en 31 mi­nutes exac­te­ment. Des stats d’au­tant plus re­mar­quables que le Ca­li­for­nien n’a ja­mais pu s’ins­tal­ler sur plu­sieurs ren­contres consé­cu­tives. Il jouait des bribes de match au fil des se­maines et des mois. Ja­mais fa­cile pour la confiance. Mais pour DeMarre Car­roll, l’an­cien Bruin de UCLA a bien in­té­gré les pa­ra­mètres NBA mal­gré tout : « Il a compris, au cours de ses deux pre­mières sai­sons dans la Ligue, que tout n’al­lait pas toujours dans le bon sens. Tu peux jouer quelques matches et après, res­ter sur le banc. Ça ne l’em­pêche pas d’être constant dans son tra­vail et ré­gu­lier dans sa pro­gres­sion. » A la dé­charge de To­ron­to et de son staff, Coach Ca­sey a dû don­ner du temps de jeu aux joueurs ar­ri­vés lors du mer­ca­to d’hiver, Serge Iba­ka (ex-Or­lan­do) et P.J. Tucker (ex-Phoe­nix). Une pé­riode hi­ver­nale dure pour le Ca­ri­bou qui n’était même plus in­té­gré, par­fois, dans la ro­ta­tion. Les playoffs sui­vaient la même di­rec­tion puisque Po­well n’a joué que 6 mi­nutes dans le gar­bage time lors du Game 1 du 1er tour, à To­ron­to. Et il était car­ré­ment « DNP » pour le Match 2 ! A 1-2, Coach Ca­sey a-t-il sen­ti le rous­si ? On parle d’un mee­ting vidéo où chaque joueur a été mis face à ses res­pon­sa­bi­li­tés. En tout cas, le phé­no­mène Po­well a bien in­ver­sé le cours de cette série, un peu à l’image du vieux Joe John­son à Utah. Le pi­vot li­tua­nien Jo­nas Va­lan­ciu­nas a fait les frais de l’in­cor­po­ra­tion de Nor­man dans le cinq. Sur trois matches, ce der­nier est grim­pé à une moyenne de 15 points, 3.7 rebonds, 2.7 passes, 1 in­ter­cep­tion et 0.7 contre. Le shoo­ting guard DeMar DeRo­zan avouait qu’il ne ri­go­lait pas tous les jours au prac­tice face à un tel bon­homme. « Il est dur en dé­fense ! », ex­pli­quait le triple All-Star. Même cons­tat pour l’ai­lier DeMarre Car­roll : « Norm est un joueur en­nuyeux pour son ad­ver­saire. Il joue avec âpre­té car il est ath­lé­tique et puis­sant. Il va vite et ne lâche ja­mais l’af­faire avec le gars face à lui. » Ses 25 points lors du Match 5 au Air Ca­na­da Centre consti­tuent sa meilleure marque en playoffs, pour l’ins­tant, avec un im­pec­cable 4/4 der­rière l’arc et un 5/5 sur la ligne des lan­cers francs. Le len­de­main ma­tin, Car­roll a re­mar­qué qu’il était ar­ri­vé le pre­mier au prac­tice. Comme d’ha­bi­tude. Roo­kie, so­pho­more, même com­bat en NBA. Il faut ga­gner sa place sans avoir de ga­ran­ties pour le len­de­main. « Il va réus­sir car il a par­fai­te­ment compris le sys­tème », concluait DeMarre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.