Green card

Mondial Basket - - AROUND -

QUELQUES ÉPI­SODES DE LA VIE PAS­SION­NANTE DE DRAY­MOND GREEN EN FI­NALES NBA ET APRÈS…

ÉPI­SODE I

« Dray » a joué le pre­mier match de fa­çon as­sez soft. Il se pré­sente au po­dium en confé­rence de presse. « Ques­tion » : « Belle veste, Dray­mond. » Ré­ponse : « Mer­ci, Br. Toi aus­si. »

ÉPI­SODE II

Une tech­nique pour « Dray » à Cle­ve­land dans le Match 3. Il joue en « foul trouble » avec 5 fautes au to­tal. Sa mère, Ma­ry Ba­bers, tou­jours très dis­crète, se prend la tête avec deux fans des Ca­va­liers et de­mande une es­corte pour sor­tir du piège où elle s’est glis­sée elle-même.

ÉPI­SODE III

« Dray » prend une tech­nique dans le Game 4, une deuxième, ce qui lance l’ha­bi­tuel « Hit the road, Jack ! ». Le pu­blic de la Q Are­na re­prend, pour son plus grand plai­sir, sauf que les ar­bitres re­viennent sur leur dé­ci­sion : la table de marque avait at­tri­bué la pre­mière tech­nique à Green alors qu’elle était des­ti­née à Steve Kerr. Con­fu­sion to­tale. Green s’en amuse et bombe le torse à la Den­nis Rod­man. Le Match 4 de­vient les jeux du cirque grâce au pan­tin Dray­mond. Les War­riors sont bat­tus. Alors que sa mère, Ma­ry Ba­bers, poste un « tweet » af­fir­mant que les ar­bitres ont été payés pour sif­fler en fa­veur des Ca­va­liers, « Dray », sor­ti de Sa­gi­naw, un jo­li port de pêche du Mi­chi­gan, traite les gens de Cle­ve­land « d’im­bé­ciles ».

ÉPI­SODE IV

Dray­mond Green est cham­pion NBA et se fout de la gueule des Cavs en por­tant un T-shirt ima­gi­né par Nick U’Ren, as­sis­tant coach. Ce­lui-là même qui, en 2015, avait sug­gé­ré à Luke Wal­ton (alors as­sis­tant des War­riors) de dire à Steve Kerr de chan­ger son star­ting li­neup en sor­tant An­drew Bo­gut au pro­fit d’Andre Iguo­da­la. U’Ren fait donc dans la fripe et Green porte ce « Qui­ckie » sans hé­si­ter lors de la pa­rade. Une ré­ponse à « l’Ul­ti­mate war­rior » ar­bo­ré par LeB­ron James l’an pas­sé pour la pa­rade des Ca­va­liers.

ÉPI­SODE V

Les War­riors sont à Las Ve­gas pour un week-end dé­tente. Tous en ca­sual wear, chic et dé­con­trac­té, sauf Dray­mond Green qui porte le short de Gol­den State - on es­père que ce n’est pas ce­lui avec le­quel il avait joué quatre jours plus tôt - et tou­jours avec le fa­meux T-shirt se mo­quant de Cle­ve­land. La grande classe, ce « Dray » ! LeB­ron James, plus in­tel­li­gent (il n’a au­cun mal), lui ré­pond qu’il est heu­reux de voir qu’il hante en­core ses pen­sées pen­dant la pa­rade et ses va­cances. Ma­ry Ba­bers, elle, se­rait par­tie se faire une nou­velle coupe avant un nou­veau « tweet » de­puis Sa­gi­naw. La conclu­sion de la sé­rie re­vient à Ke­vin Du­rant, le MVP des Fi­nales 2017. « Per­sonne n’en vou­lait quand il est sor­ti du col­lege. Per­sonne ne le croyait ca­pable de jouer en NBA. » Fais gaffe, Ke­vin ! « Dray » la « Green card » est ca­pable de tout. Même du pire… La suite au pro­chain épi­sode.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.