Mia­mi Heat

Mondial Basket - - Édito - www. heat. com @Mia­miHEAT

« On a réa­li­sé une sai­son cor­recte l’an der­nier mais on n’a pas fi­ni le bou­lot puis­qu’on n’est pas al­lés en playoffs. Cette sai­son, il faut ter­mi­ner le tra­vail. C’est pour ça qu’on re­part avec la même équipe », ex­plique Pat Ri­ley, le boss de la fran­chise flo­ri­dienne. Que de re­grets, quand même, quand on sait que le Heat avait dé­bu­té l’exer­cice par un mi­sé­rable 11-30 pour fi­nir plein pot, sur un ex­cellent 30-11. In­suf­fi­sant : le 41-41 a été fa­tal à Mia­mi dans le tie-brea­ker avec Chi­ca­go. Pat Ri­ley veut res­ter sur cette dy­na­mique, avec le même groupe. Seul l’ai­lier fort Kel­ly Oly­nyk est ar­ri­vé de Bos­ton, Josh McRo­berts fi­lant, lui, à Dal­las. Le pre­mier dé­mar­re­ra sur le banc, comme chez les Cel­tics. James John­son a en ef­fet ap­por­té des ga­ran­ties et il s’est épa­noui au Heat après être pas­sé par quatre équipes NBA. A 30 ans, il a réa­li­sé des « big games » et même si ce n’est pas un grand re­bon­deur (4.9), Ri­ley croit en ce po­wer for­ward. Il n’a pas hé­si­té à lui don­ner du cash. Le grand ma­ni­tou de Mia­mi a fait la même chose avec Dion Wai­ters qui a sai­si l’oc­ca­sion de re­bon­dir dans le ba­ck­court flo­ri­dien après le dé­part de Dwyane Wade, alors qu’Ok­la­ho­ma Ci­ty et Cle­ve­land n’avaient ja­mais vrai­ment eu en­vie de lui. Près de 16 points de moyenne et 40% à 3 points pour ce deuxième ar­rière qui fut le go-to-player de l’équipe en deuxième par­tie de sai­son. La ba­ga­telle de 152 mil­lions de dol­lars ont été pla­cés sur trois joueurs (John­son, Wai­ters, Oly­nyk) qui sont d’abord des role players. Le pa­ri est ris­qué…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.