ÉDITO

Mondial Basket - - Édito - FRED LESMAYOUX

En plein coeur de la free-agen­cy, dont vous dé­cou­vri­rez au fil des pages toutes les sub­ti­li­tés, LeB­ron James a fait le buzz. Et pas seule­ment en si­gnant chez les Los An­geles La­kers. Le « King » a ou­vert la pre­mière école fi­nan­cée par sa fon­da­tion épo­nyme, à Akron, chez lui, dans l’Ohio. Bap­ti­sée « I Pro­mise » (« Je pro­mets »), elle ac­cueille­ra dès la ren­trée pro­chaine 240 en­fants ren­con­trant des dif­fi­cul­tés fi­nan­cières. « LJB » s’est ser­vi de son ex­pé­rience per­son­nelle pour fon­der cette école qui en­ca­dre­ra d’abord des élèves de 3e et 4e grades, équi­va­lents du CE2 et du CM1. « Je sais exac­te­ment ce que ces en­fants tra­versent. J’ai la chance de pou­voir faire bou­ger les choses, donc je veux que les gens sachent que ces en­fants au­ront l’op­por­tu­ni­té de réus­sir, comme tous les autres. C’est l’un des plus grands mo­ments de ma vie, si ce n’est le plus grand. Ce­la si­gni­fie beau­coup de choses. Je pense que c’est mon plus grand ac­com­plis­se­ment. » LeB­ron James est de­ve­nu une ins­pi­ra­tion bien au-de­là des par­quets. Il n’hé­site d’ailleurs plus à se mê­ler de po­li­tique et à contrer dès qu’il le peut le pro­gramme Trump. « Le sport n’a ja­mais été quelque chose qui di­vi­sait les gens. Ça a tou­jours été quelque chose qui ras­sem­blait », af­firme-t-il. Le néo-La­ker en­tend pro­fi­ter de son sta­tut dans le sport US et, plus lar­ge­ment, dans la so­cié­té amé­ri­caine pour s’ex­pri­mer en­core. « Ma voix doit por­ter au-de­là du sport. » A Los An­geles, son dis­cours ne man­que­ra pas de ré­son­ner en­core un peu plus haut, en­core un peu plus loin, en­core un peu plus fort.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.