MO­BILE

Montagnes - - ÉDITO - Ulysse Le­febvre

LLe mont Blanc… Quel som­met, en France du moins, fait plus par­ler de lui que le bien nom­mé mont Blanc ? Les al­pi­nistes en herbe s’en­traînent dur pour fou­ler ses 4 808 m tan­dis que cer­tains, plus pres­sés et moins im­pli­qués, cochent le som­met après une en­trée éclair en la ma­tière. D’autres en­core le trouvent trop fré­quen­té, pas as­sez sau­vage ou trop fa­cile. Per­sonne en tout cas ne reste in­sen­sible à la re­nom­mée du géant al­pin, qu’elle soit en­cen­sée ou mé­pri­sée. Par-des­sus tout, le mont Blanc reste une étape. Une étape sans lendemain pour de nom­breux pré­ten­dants d’un été, qui ren­tre­ront avec la case co­chée au bu­reau, avant de se tour­ner vers un autre pro­jet. Mais une étape aus­si pour cer­tains qui fran­chissent avec le mont Blanc une pre­mière (et haute) marche vers l’alpinisme ou mieux, un pa­lier in­ter­mé­diaire avant des courses plus tech­niques. Mais par­mi ces im­pé­trants, au­cun n’est plus lé­gi­time qu’un autre. Au­cun n’a plus le droit au som­met, au­cun n’est plus al­pi­niste que son voi­sin. Tous se dé­car­cassent pour y ar­ri­ver. De toute fa­çon, les autres re­des­cen­dront vite en val­lée. Alors pour­quoi ne pas en par­ler cet été ? Et vous, pour­quoi ne pas l’en­vi­sa­ger ? Nous ten­tons de faire un pe­tit tour de la ques­tion en vous pro­po- Le chef d’or­chestre Hugues Rei­ner di­rige son or­chestre à dis­tance de­puis le som­met du mont Blanc, en 1993.

sant les cinq prin­ci­paux iti­né­raires, en vous dé­cryp­tant l’offre plé­tho­rique de stages de pré­pa­ra­tion, en vous ins­pi­rant avec un som­met fou­lé à la jour­née, bas­kets aux pieds, ou en­core en pre­nant le temps de vous éva­der en ver­sant ita­lien, loin des foules. Le mont Blanc de­meure un for­mi­dable ter­rain d’ex­pres­sion et, mal­gré sa fré­quen­ta­tion, il reste de la place pour y tra­cer sa route. Alors oui, comme tout point culmi­nant, comme toute tête qui dé­passe et sort du lot, on y voit pas­ser de tout (et par­fois n’im­porte quoi), de Zi­dane et son bal­lon à Adria­na Ka­rem­beu et son hé­li­co­ptère ou en­core quelques sum­mi­ters en te­nue d’Adam, en pas­sant par toutes les bonnes causes du monde dé­ployées sur au­tant de ban­de­roles. Et si la meilleure cause, le meilleur ali­bi, le meilleur mo­bile, c’étaient tout sim­ple­ment votre en­vie et votre plai­sir per­son­nel ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.