RÉ­PONSES

Moteur Boat Magazine - - SPÉCIAL VACANCES -

MÉ­CA­NIQUE 1. C

Le sys­tème de frei­nage d’une re­morque est un élé­ment de sé­cu­ri­té très im­por­tant. Il est donc pri­mor­dial de le vé­ri­fier tous les ans, idéa­le­ment en dé­but de sai­son. Lors de cette vé­ri­fi­ca­tion, il convient aus­si de s’as­su­rer du bon état des moyeux et des pneus.

2.A

Le DF 350 du mo­to­riste ja­po­nais Suzuki vient tout juste d’être dé­voi­lé à la presse. Ce moteur V6 af­fiche une cy­lin­drée de 4 390 cm3, ce qui en fait le plus gros V6 du mar­ché. Cette pre­mière place était oc­cu­pée jus­qu’à main­te­nant par le der­nier V6 Ya­ma­ha (4 170 cm3). Par ailleurs, 3 441 cm3 cor­res­pond à la cy­lin­drée des Evin­rude V6 E-Tec G2 (du E200 HO au E300) et 5 330 cm3 est la cy­lin­drée du Ya­ma­ha F350, mais il s’agit d’un V8 et non d’un V6.

3.A

Le mo­to­riste amé­ri­cain Se­ven Ma­rine pré­sen­tait en 2011 au Sa­lon de Mia­mi un moteur hors-bord de 557 che­vaux. Quelques an­nées plus tard, ce moteur ga­gnait 70 che­vaux pour at­teindre une puis­sance de 627 che­vaux, un re­cord ! Il s’agit d’un bloc V8 de 6,2 litres de cy­lin­drée is­su d’une base Ge­ne­ral Mo­tors pré­sente dans la Ca­dillac CTS ou la Che­vro­let Ca­ma­ro ZL 1.

4.B

Une nou­velle ré­gle­men­ta­tion im­pose que tous les ba­teaux neufs équi­pés d’un moteur in-bord es­sence soient do­tés d’un ca­ta­ly­seur de­puis le 1er jan­vier 2017. Il n’est pas ex­clu que cette me­sure s’étende aux mo­teurs hors-bord dans les an­nées à ve­nir.

5.B

Les mo­to­ristes pro­posent gé­né­ra­le­ment plu­sieurs lon­gueurs d’arbre par moteur afin de pou­voir les ins­tal­ler sur le plus grand nombre de ba­teaux ; 508 mm cor­res­pond à un arbre long, 635 mm à un arbre ex­tra-long, et 762 mm aux arbres ul­tra-long.

EN­TRE­TIEN 1. A

Les mo­teurs Evin­rude E-Tec G2 bé­né­fi­cient d’un pro­gramme ne né­ces­si­tant au­cun en­tre­tien pé­rio­dique chez le conces­sion­naire pen­dant 5 ans ou 500 heures. Du­rant cette pé­riode, ils n’ont be­soin, non plus, d’au­cune vi­dange (em­base) et d’au­cun ro­dage. Ils sont éga­le­ment ac­com­pa­gnés d’une ga­ran­tie de 5 ans, en par­ti­cu­lier contre la cor­ro­sion.

2.A

Au mo­ment de vi­dan­ger son em­base, il est pré­fé­rable de le faire lorsque l’huile est chaude. Celle-ci est plus fluide et l’écou­le­ment se fe­ra beau­coup plus fa­ci­le­ment.

3.B

Le chan­ge­ment des anodes ne ré­pond pas à une pé­rio­di­ci­té pré­cise, leur usure dé­pend de beau­coup de fac­teurs. Il convient de les rem­pla­cer lors­qu’elle a at­teint 50 %. At­tendre qu’elles soient en par­tie désa­gré­gées re­pré­sente un gros risque pour le moteur, car elles ne se montrent plus as­sez ef­fi­caces. Une usure trop ra­pide est sy­no­nyme de fuite élec­trique et, si une anode s’use trop len­te­ment ou pas, ce­la si­gni­fie que c’est un équipement du ba­teau ou du moteur qui joue le rôle d’anode.

4. C

Avant d’ap­pli­quer un po­lish ou un pro­duit lus­trant, il faut im­pé­ra­ti­ve­ment dé­grais­ser le gel-coat à l’aide d’un pro­duit spé­ci­fique pro­po­sé par les plus grandes marques et dis­tri­bué chez tous les ship­chand­lers, ou en­core avec un dé­ter­gent puis­sant. En re­vanche, il ne faut sur­tout pas pon­cer la coque. Rin­cer le gel-coat à l’eau douce n’au­ra pas l’ef­fet sou­hai­té et n’éli­mi­ne­ra pas les corps gras.

5. A

Le froid et les bat­te­ries ne font pas bon mé­nage. Il est donc for­te­ment conseillé de dé­bran­cher et de sto­cker les bat­te­ries dans un en­droit sec et chaud. Cette consigne ne s’ap­plique pas, bien sûr, pour les ba­teaux qui res­tent à flot. Bien en­tre­te­nue, une bat­te­rie a une du­rée de vie su­pé­rieure à un an, il n’est pas né­ces­saire de les rem­pla­cer chaque an­née.

ÉQUIPEMENT ET SÉ­CU­RI­TÉ 1. A

Consom­mer 15 l/h à 20 noeuds équi­vaut à consom­mer 15 litres tous les 20 milles (car 20 noeuds cor­res­pond à 20 milles par heure). Ain­si, avec un ré­ser­voir de 200 litres, il est pos­sible de na­vi­guer 13,3 heures (200 litres/15 litres). En par­cou­rant 20 milles par heure (20 noeuds), il est pos­sible d’ef­fec­tuer une dis­tance de 267 milles (13,3 heures x 20 milles). Ce­pen­dant, cette dis­tance ne tient pas compte de la marge de sé­cu­ri­té en car­bu­rant qui s’élève à 30 %. Ce­la si­gni­fie que ce ba­teau peut par­cou­rir une dis­tance de 187 milles en gar­dant une marge de sé­cu­ri­té 30 % per­met­tant de faire face à tous les im­pré­vus (vents, cou­rants...).

2. B

Pour des rai­sons éco­lo­giques et de sé­cu­ri­té, il est bien sûr in­ter­dit de je­ter ses fu­sées pé­ri­mées n’im­porte où. Il est aus­si for­te­ment dé­con­seillé de les uti­li­ser de fa­çon fes­tive, sur­tout en bord de mer, ce qui pour­rait aler­ter les se­cours et dé­clen­cher des opé­ra­tions de sau­ve­tage in­utiles. Ces équi­pe­ments sont dan­ge­reux et les risques d’in­cen­die sont éle­vés s’ils sont uti­li­sés dans un en­droit sec ou boi­sé. Il faut donc im­pé­ra­ti­ve­ment les rap­por­ter dans un point de vente, un ship­chand­ler par exemple.

3. B

Un ra­deau de sur­vie doit pas­ser par la case ré­vi­sion tous les 3 ans. Une ré­vi­sion plus ap­pro­fon­die doit être ef­fec­tuée la neu­vième an­née.

4. A

Hum­phree vient de pré­sen­ter un sys­tème de sta­bi­li­sa­tion de navigation ca­pable de gom­mer en grande par­tie les ef­fets du mal de mer. La par­ti­cu­la­ri­té de ce sys­tème est de pou­voir s’adap­ter sur des pe­tites uni­tés, à par­tir de 7,50 mètres.

5. B

Ce nou­vel an­ti­fou­ling à base de si­li­cone est né de l’as­so­cia­tion d’un spé­cia­liste de l’adhé­sif et d’un leader mon­dial de la chi­mie. Il a la par­ti­cu­la­ri­té de se pré­sen­ter sous la forme d’un adhé­sif qui se colle sur les oeuvres vives.

NOU­VEAU­TÉS ET AC­TUS 1. A

Le nou­veau Bar­ra­cu­da 7 dé­voi­lé au prin­temps der­nier ne dis­pose pas d’une mid-ca­bine et ne peut re­ce­voir que jus­qu’à 200 che­vaux sur son ta­bleau ar­rière. En re­vanche, le chan­tier Bé­né­teau a sou­hai­té en faire un ba­teau trans­por­table (ce qui n’était pas le cas de l’an­cien mo­dèle). Sa lar­geur maxi­male est donc pas­sée de 2,72 mètres à 2,53 mètres.

2. B

Le MY 44 du cons­truc­teur fran­çais Foun­taine Pa­jot est ex­clu­si­ve­ment pro­po­sé avec des mo­to­ri­sa­tions IPS Vol­vo al­lant de 2 x 260 che­vaux à 2 x 435 che­vaux. C’est avec cette mo­to­ri­sa­tion maxi­male (2 x 435 ch IPS 600) que le MY 44 est ca­pable d’at­teindre 24,5 noeuds.

3. A

Les mo­teurs de cette puis­sance ne sont pas com­pa­tibles avec les sys­tèmes de joys­tick et ne sont pas non plus pro­po­sés en contre-ro­ta­tion. Le mo­to­riste ja­po­nais a ce­pen­dant réus­si à conce­voir un moteur pe­sant 24 kg de moins que l’an­cienne ver­sion.

4. B

De­puis main­te­nant deux ans, le Mia­mi Boat Show a dé­mé­na­gé et s’est ins­tal­lé à Vir­gi­nia Key. Le site qui ac­cueillait ce sa­lon pour les ex­po­si­tions à terre, Con­ven­tion Cen­ter, était trop an­cien et de­vait su­bir une ré­no­va­tion. Les or­ga­ni­sa­teurs ont donc dû trou­ver un lieu per­met­tant de per­pé­tuer ce ren­dez­vous in­con­tour­nable.

5. A

La der­nière élec­tion des Moteur Boat de l’an­née a cou­ron­né le Jean­neau Cap Ca­ma­rat 10.5 WA dans la ca­té­go­rie des crui­sers. Cet im­po­sant sun deck était en concur­rence avec le Quick­sil­ver 755 Sun­deck, le Par­ker 770 Wee­kend et les Bé­né­teau Bar­ra­cu­da 8 et 8.8 Sun­deck. Dans la ca­té­go­rie des day-boats, c’est le Bos­ton Wha­ler 250 Ou­trage qui l’a em­por­té.

RÉ­GLE­MEN­TA­TION 1. B

Les ba­teaux ho­mo­lo­gués en ca­té­go­rie de concep­tion C sont li­mi­tés à des vents de force 6 et des vagues de 4 mètres. Pour na­vi­guer dans des condi­tions plus mus­clées, le ba­teau doit être ho­mo­lo­gué en ca­té­go­rie B.

2. B

De­puis le 1er jan­vier 2017, il faut que le ba­teau soit équi­pé d’une VHF fixe dès que la navigation se fait à plus de 6 milles d’un abri. Cet équipement de­vient donc obli­ga­toire à par­tir de la zone de navigation se­mi-hau­tu­rière.

3. B

Sur les routes fran­çaises, la li­mite de lar­geur au­to­ri­sée est de 2,55 mètres. Quant à la lon­gueur maxi­male d’un convoi, elle est fixée à 18,75 mètres. Au-de­là, il est pos­sible de de­man­der une dé­ro­ga­tion, mais elle im­plique quelques contraintes.

4.C

La ré­gle­men­ta­tion im­pose des gi­lets de 50 new­tons pour des navigations à moins de 2 milles d’un abri, des gi­lets de 100 new­tons pour des dis­tances com­prises entre 2 et 6 milles et, en­fin, des gi­lets de 150 new­tons au-de­là de 6 milles d’un abri.

5. A

Seuls les ba­teaux dont la lon­gueur de coque est in­fé­rieure à 7 mètres et dont la puis­sance fis­cale est in­fé­rieure à 22 che­vaux fis­caux sont exo­né­rés de taxe de fran­ci­sa­tion. Dans cet exemple, le pro­prié­taire doit s’ac­quit­ter des droits sur les mo­teurs, puisque la puis­sance fis­cale est su­pé­rieure à 22 che­vaux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.