Hé­lio­dive Un ca­ta en alu qui marche avec le so­leil

L’He­lio­dive 1200 est un ca­ta­ma­ran en alu­mi­nium à pro­pul­sion élec­trique ca­pable d’at­teindre 20 noeuds en vi­tesse de pointe. Son rouf consti­tué de pan­neaux so­laires lui as­sure en prime une belle au­to­no­mie.

Moteur Boat Magazine - - SOMMAIRE - TEXTE ET PHO­TOS: FRAN­ÇOIS PA­RIS.

Quand le so­leil (« he­lios » en grec) s’as­so­cie à la plon­gée (« dive » en an­glais), ce­la donne… l’He­lio­dive 1200, un ca­ta­ma­ran de 11,70 mètres de long par 5,70 mètres de large, pro­pul­sé élec­tri­que­ment et ali­men­té par le so­leil. Cette uni­té en alu­mi­nium est née de l’ima­gi­na­tion d’Alexis Sy­no­di­nos et de Di­mi­trios Tsi­ran­ge­los, deux plon­geurs et plai­san­ciers à l’ori­gine du ca­hier des charges. Ce der­nier im­po­sait un ba­teau de plus de 10 mètres, do­té d’en­trées d’eau fines tout en of­frant le moins de sur­face mouillée. Voi­là pour la struc­ture. Pour le pont, l’uni­té se de­vait d’être mo­du­lable et ca­pable d’em­bar­quer au moins trente per­sonnes, ba­teau de plon­gée oblige. Mais c’est du cô­té du mode de pro­pul­sion que l’in­no­va­tion est la plus vi­sible. L’He­lio­dive 1200 est élec­trique mais, sur­tout, il peut être au­to­nome en énergie grâce à un en­semble de 56 pan­neaux so­laires de 100 W chacun in­sé­rés sur le rouf. Le pro­to­type na­vigue au­jourd’hui en Mé­di­ter­ra­née, et c’est lui que nous avons pu es­sayer dans la rade d’Hyères. Les pre­mières im­pres­sions sont flat­teuses. On re­trouve le si­lence et l’ac­cé­lé­ra­tion propres à l’élec­trique, mais aus­si la vi­tesse, ca­rac­té­ris­tique un peu moins fa­mi­lière de ce type de pro­pul­sion, sur­tout à bord d’une uni­té de ce poids (en­vi­ron 6 tonnes). Cet He­lio­dive 1200 na­vigue à 8 noeuds en croi­sière et peut at­teindre 20 noeuds en vi­tesse de pointe grâce à ses deux Tor­qee­do Deep Blue de 80 che­vaux (65 kW). Jus­qu’à 5 noeuds, il est to­ta­le­ment au­to­nome grâce au so­leil ; au-des­sus, les mo­teurs uti­lisent l’énergie pré­sente dans les bat­te­ries.

Dif­fé­rentes tech­no­lo­gies pour al­ler vite

Le jour de notre essai, le ba­teau éta­lait le lé­ger mis­tral sans la moindre in­ci­dence sur la vi­tesse, même po­si­tion­né face au vent. Alexis Sy­no­di­nos, l’un des deux concep­teurs à la barre, ne bou­dait pas son plaisir de nous dé­voi­ler les atouts de son He­lio­dive, à com­men­cer par le fait de na­vi­guer sans re­je­ter d’émis­sion. « Long­temps, j’ai été ma­lade en mer à cause des odeurs de car­bu­rant ou des fu­mées, confie-t-il. J’en avais éga­le­ment as­sez des ba­teaux qui poussent de l’eau. Je rê­vais d’un mo­dèle au­to­nome comme le sont les voi­liers avec le vent, mais qui fonc­tionne au mo­teur de ma­nière si­len­cieuse. L’He­lio­dive 1200 est né de cette équa­tion. » Une équa­tion qui fait ap­pel à dif­fé­rentes tech­no­lo­gies, comme le so­laire. Les 56 pan­neaux de 100 W chacun four­nissent l’énergie du bord, sto­ckée au sein des bat­te­ries pré­sentes dans cha­cune des coques. Les pan­neaux sont mon­tés sur rail pour être dé­mon­tés fa­ci­le­ment en cas de be­soin. Ils sont ga­ran­tis dix ans, et plu­sieurs mo­dèles de re­change sont four­nis à la li­vrai­son. La re­charge du ba­teau peut éga­le­ment s’ef­fec­tuer via une prise de quai, dans les ports. Il faut comp­ter 9 heures pour faire le plein d’énergie en 16 A ou 4 heures en 32 A. Le so­leil met­tra 10 heures en­vi­ron à re­char­ger complètement les bat­te­ries. Cô­té au­to­no­mie, sans pan­neaux so­laires,

ce ca­ta­ma­ran peut na­vi­guer 2 heures à 14 noeuds et 16 heures à 5 noeuds. « Lar­ge­ment de quoi cou­vrir tous les be­soins des clubs de plon­gée qui n’ont pas for­cé­ment be­soin d’al­ler très loin. Les sites de plon­gée sont sou­vent proches », pré­cise Alexis Sy­no­di­nos. Peu d’évo­lu­tions sont à no­ter de­puis la sor­tie du pro­to­type, hor­mis le poste de pi­lo­tage cou­lis­sant qui pour­ra être dé­pla­cé de l’avant vers l’ar­rière, tout en conser­vant les bran­che­ments. La ca­rène est ano­di­sée, pour of­frir un as­pect plus es­thé­tique que l’alu­mi­nium brut et elle de­meure dé­mon­table pour fa­ci­li­ter le trans­port par route. Le chan­tier He­lio­dive an­nonce un mon­tage en deux heures à deux per­sonnes. Un autre point fort de l’élec­trique est l’entretien an­nuel, es­ti­mé à 1 à 2 % du prix d’achat du ba­teau, là où le coût d’un mo­dèle iden­tique mais mo­to­ri­sé en ther­mique s’élè­ve­ra à 10 %.

Un an­ti­fou­ling for­mu­lé à base de si­li­cone

Afin de gar­der à l’es­prit cette phi­lo­so­phie de ba­teau « zé­ro émis­sion », Alexis Sy­no­di­nos a fait ap­pel à MacTac pour re­cou­vrir les oeuvres vives de MacG­lide, ce film an­ti­fou­ling for­mu­lé à base de si­li­cone que nous avions pu tes­ter sur un se­mi-ri­gide (voir Mo­teur Boat n° 328). Cette tech­no­lo­gie est par­ti­cu­liè­re­ment adap­tée à l’He­lio­dive, sur­tout parce qu’il ne s’échoue pas et que ses vi­tesses res­tent sous les 30 noeuds au-de­là des­quels le sys­tème est dé­con­seillé. L’He­lio­dive pré­fi­gure-t-il ce que se­ra la plai­sance de de­main ? Il est en tout cas la preuve qu’élec­trique peut ri­mer avec per­for­mances. Après l’Ener­gy Ob­ser­ver, ce ba­teau à hy­dro­gène qui pour­suit son tour de France et le Loxo (pré­sen­té dans MB n° 333), l’heure est à l’in­no­va­tion en ma­tière de mode éner­gé­tique. Il n’y a pas de rai­son pour que ce­la s’ar­rête… ■

He­lio­dive 1200

Prix : 250 000 € – Long. : 11,70 m – Larg. : 5,70 m

Poids : 5,5 tonnes (avec 4 bat­te­ries de 50 kW) ou 6 tonnes (avec 8 bat­te­ries de 100 kW) – Mot. 2 x 80 ch (65 kW) Tor­qee­do Deep Blue – Ho­mol. B ou C (NUC pos­sible) – Trans­mis­sion : ligne d’arbre – Cons­tr. : He­lio­dive : :

L’He­lio­dive 1200 a été pen­sé à l’ori­gine pour em­bar­quer des plon­geurs, d’où l’amé­na­ge­ment avec des bancs cen­traux sur la pla­te­forme. Mais il peut être conçu pour re­ce­voir des pas­sa­gers.

Tout a été pré­vu pour op­ti­mi­ser les per­for­mances et ré­duire la consom­ma­tion, à l’image des étraves aux en­trées d’eau ex­trê­me­ment fines.

Le chan­tier a op­té pour un sys­tème de da­vier bas­cu­lant qui peut se re­le­ver et évi­ter de dé­bor­der à l’ex­té­rieur. Un ta­quet à poste vient com­plé­ter cet en­semble dé­dié au mouillage.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.