TÉMOIGNAGE Pour­quoi j’ai ache­té un Nord­kapp .....................................

Moteur Boat Magazine - - SOMMAIRE - TEXTE ET PHO­TOS: FRAN­ÇOIS PA­RIS.

Ache­ter un ba­teau peu dif­fu­sé en France est un choix as­su­mé par Pierre Jaul­hiac, pro­prié­taire de ce Nord­kapp En­du­ro Ran­ger 705. Après une pre­mière saison de navigation, il se fé­li­cite de sa dé­ci­sion et nous ex­plique pour­quoi.

Un temps dis­tri­bué en France par le groupe BRP, le chan­tier nor­vé­gien Nord­kapp ne pos­sède plus à ce jour d’im­por­ta­teur of­fi­ciel ou de ré­seau ; seuls deux conces­sion­naires mé­di­ter­ra­néens pro­posent la marque, l’un à Nice, l’autre à Saint-Cyr-sur-Mer. Les uni­tés sont donc plu­tôt rares sur nos côtes. Lors­qu’un lec­teur – Pierre Jaul­hiac – nous a contac­tés pour nous pro­po­ser d’es­sayer son En­du­ro Ran­ger 705, nous avons évi­dem­ment ac­cep­té. Mais, au-de­là de l’essai, nous avons vou­lu sa­voir pour­quoi ce plai­san­cier avait ar­rê­té ce choix, alors que l’offre en ma­tière de ba­teaux à mo­teur – y com­pris scan­di­naves – est im­por­tante en France.

Quel est votre « CV nau­tique » ?

J’ai tou­jours été pas­sion­né par la mer et les ba­teaux. En­fant, je rê­vais d’un Ta­bur, ces pe­tites an­nexes ri­gides ! J’ai fait un peu de voile dans ma jeu­nesse, mais j’ai trou­vé cette pra­tique moins ac­ces­sible que le mo­teur. Je n’ai fran­chi le pas de l’achat que ré­cem­ment, en dé­ci­dant de prendre du temps pour ma fa­mille et moi. Je suis de­ve­nu pro­prié­taire d’un ba­teau il y a sept ans. J’ai com­men­cé par des se­mi-ri­gides pour m’orien­ter fi­na­le­ment vers des coques ri­gides. Je suis quel­qu’un de curieux qui a be­soin de com­prendre comment fonc­tionnent les choses. Ma culture ma­rine s’est for­gée en es­sayant plu­sieurs mo­dèles, en em­bê­tant les conces­sion­naires avec mes ques­tions, avec mes de­mandes de changement d’hé­lices, d’équi­pe­ments, etc. Je na­vigue prin­ci­pa­le­ment sur le lac du Bour­get et en été sur les rives de la Mé­di­ter­ra­née, entre Cannes et Saint-Tro­pez. Il me fal­lait donc un ba­teau trans­por­table au ga­ba­rit rou­tier. Mais aus­si un ba­teau ma­rin car, contrai­re­ment à ce que l’on peut pen­ser, les condi­tions mé­téo­ro­lo­giques sur lac – et sur­tout ce­lui du Bour­get – peuvent vite évo­luer et faire le­ver une pe­tite houle courte et creuse qui rend la navigation très in­con­for­table.

Avez-vous eu d’autres ba­teaux avant ce Nord­kapp ?

Oui. Après ma pé­riode « se­mi-ri­gide » (Bom­bard en par­ti­cu­lier), je suis pas­sé à la coque dure, avec un Ever­set 605 et son 115 che­vaux Evin­rude. Ce ba­teau était bien conçu, mais il ta­pait un peu par mer for­mée et il man­quait cruel­le­ment de place. J’ai op­té en­suite pour un B2 Ma­rine Cap Fer­ret 672 SD, mo­to­ri­sé avec un Evin­rude E-Tec de 150 che­vaux (j’ai tou­jours été « pi­qué » par ces mo­teurs). Ce B2 dé­jau­geait vite et s’avé­rait très stable ; j’en étais très sa­tis­fait. Mais j’ai tou­jours eu un faible pour les ba­teaux scan­di­naves et j’ai dé­ci­dé de me mettre en chasse d’une uni­té ori­gi­naire de ces pays. Mon choix s’est alors por­té sur ce Nord­kapp En­du­ro Ran­ger 705.

Pour­quoi ce Nord­kapp ?

J’avais en­ten­du par­ler en bien de ces ba­teaux. D’un point de vue technique, je vou­lais une uni­té qui tape le moins pos­sible, sur­tout lorsque je na­vigue l’été en Mé­di­ter­ra­née, où le vent peut le­ver une mer as­sez ha­chée. D’un autre cô­té, il fal­lait que le ba­teau soit com­pa­tible avec un usage sur lac où, lorsque l’eau est calme, je re­cherche de bonnes per­for­mances et des sen­sa­tions. Et puis, le fait qu’il n’y en ait pas beau­coup en France me plai­sait as­sez ; je ne vou­lais pas du ba­teau de mon­sieur Tout-le­monde. Mais je sou­hai­tais mal­gré tout une uni­té

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.