Pour chas­ser l’hu­mi­di­té, aé­rez ! .........................................

Moteur Boat Magazine - - SOMMAIRE - TEXTE: JEAN- YVES POIRIER. PHO­TOS: L’ AUTEUR ET FRAN­ÇOIS PA­RIS.

Proche de l’eau et clos par né­ces­si­té, un ba­teau est un vo­lume na­tu­rel­le­ment hu­mide qui peut, dans cer­taines condi­tions, de­ve­nir in­vi­vable. Seule so­lu­tion pour évi­ter les pro­blèmes, aé­rer...

Trop sou­vent né­gli­gée par les construc­teurs et bu­reaux d’études, la cir­cu­la­tion de l’air est fon­da­men­tale à bord des uni­tés ha­bi­tables, mais toutes celles do­tées de coffres fer­més, se­mi-ri­gides, coques open, bow-ri­ders, etc. sont aus­si concer­nées par cette ques­tion. À l’ex­cep­tion des com­par­ti­ments mo­teur et des bat­te­ries qui font l’ob­jet d’une ré­gle­men­ta­tion spé­ci­fique, l’aé­ra­tion est ra­re­ment le su­jet d’une at­ten­tion sou­te­nue de la part des chan­tiers. Pour­tant, tout un chacun a pu me­su­rer les consé­quences d’une hu­mi­di­té pro­lon­gée, en par­ti­cu­lier en fin d’hi­ver­nage, avec des tis­sus ou des vai­grages ta­chés par les moi­sis­sures, un ré­seau élec­trique fra­gi­li­sé par la cor­ro­sion ou des fi­ni­tions dé­gra­dées.

In­dis­pen­sable en été comme en hi­ver

L’aé­ra­tion est tout aus­si im­por­tante en été, la cir­cu­la­tion de l’air à l’in­té­rieur de la ca­bine per­met­tant de li­mi­ter la mon­tée de la tem­pé­ra­ture, mais aus­si de main­te­nir un ni­veau hy­gro­mé­trique ac­cep­table. La cha­leur hu­mide est de loin la plus pé­nible à sup­por­ter, car elle freine la trans­pi­ra­tion na­tu­relle de la peau et per­turbe la ré­gu­la­tion de la tem­pé­ra­ture in­terne de l’or­ga­nisme. Un cer­tain taux d’hu­mi­di­té am­biante est néan­moins né­ces­saire pour évo­luer confor­ta­ble­ment, la li­mite su­pé­rieure se

si­tuant aux alen­tours de 70 % d’hu­mi­di­té re­la­tive, un air trop sec (en des­sous de 40 % en­vi­ron) pou­vant pa­ra­doxa­le­ment nuire à la zone de confort. Le principe d’une bonne aé­ra­tion consiste à éga­li­ser la tem­pé­ra­ture et l’hy­gro­mé­trie de l’atmosphère am­biante avec celle de l’in­té­rieur du ba­teau, grâce à un flux d’air per­ma­nent où l’air vi­cié est rem­pla­cé par une même quan­ti­té d’air frais. Cette cir­cu­la­tion re­tarde l’oxy­da­tion des cir­cuits, em­pêche l’hu­mi­di­té de dé­gra­der les sur­faces fra­giles et freine le dé­ve­lop­pe­ment des moi­sis­sures et autres pour­ri­tures né­fastes aux sur­faces en bois (un pro­blème bien connu des ama­teurs d’uni­tés clas­siques). Il est mal­heu­reu­se­ment très dif­fi­cile de pré­dire à coup sûr les dé­pla­ce­ments de l’air à l’in­té­rieur des amé­na­ge­ments, car ils dé­pendent de la géo­mé­trie propre des vo­lumes et de leur cloi­son­nage.

Il est pré­fé­rable d’évi­ter les vo­lumes clos

L’aé­ra­tion du ba­teau doit par consé­quent être consi­dé­rée dans son en­semble, en ne lais­sant sub­sis­ter au­cun re­coin her­mé­ti­que­ment clos, un pa­ra­doxe étrange sur un ba­teau obli­ga­toi­re­ment étanche ! Dans la me­sure du pos­sible, il vaut mieux, du­rant l’hi­ver­nage, lais­ser ou­vertes les portes d’équi­pets et celles des coffres, sans ou­blier les ti­roirs, sou­vent confi­nés, et le com­par­ti­ment de froid. Les portes can­nées ou à per­siennes sont à ce titre très ef­fi­caces,

car elles laissent cir­cu­ler l’air à l’in­té­rieur, même en po­si­tion fer­mée. Il ne faut pas hé­si­ter à ajou­ter des grilles ou des trous d’aé­ra­tion dans tous les vo­lumes dou­teux, mais en les pla­çant plu­tôt en hau­teur afin de ne pas lais­ser l’eau des fonds en­va­hir les com­par­ti­ments.

At­ten­tion aux coffres ex­té­rieurs

Gé­né­ra­le­ment ré­ser­vés au sto­ckage d’ob­jets hu­mides, dé­fenses, an­nexe, etc., les coffres ex­té­rieurs sont les plus sus­cep­tibles de se trans­for­mer en dé­pôt mal­odo­rant, l’eau de mer étant riche en élé­ments bio­lo­giques sen­sibles à la dé­gra­da­tion. Des aé­ra­teurs sup­plé­men­taires dans les ca­pots suf­fisent gé­né­ra­le­ment à évi­ter le phé­no­mène, mais une at­ti­tude pré­ven­tive consis­tant à rin­cer pé­rio­di­que­ment les ob­jets conta­mi­nés à l’eau douce est plus que conseillée, en par­ti­cu­lier les amarres. Elle per­met aus­si de ré­duire sen­si­ble­ment la pré­sence du sel qui at­tire et re­tient puis­sam­ment l’hu­mi­di­té à bord. ■

Cette fer­me­ture ar­rière pro­tège le cock­pit et fa­ci­lite la navigation hors saison, mais elle doit in­té­grer un sys­tème d’aé­ra­tion.

Les vo­lumes fer­més, comme ce coffre de lea­ning-post, doivent être do­tés d’aé­ra­teurs pour évi­ter tout confi­ne­ment du conte­nu.

Pour un hi­ver­nage ef­fi­cace, il est in­dis­pen­sable de lais­ser cir­cu­ler l’air en des­sous d’un taud.

Ce taud de cock­pit est une très bonne so­lu­tion, mais pour­quoi lais­ser le bi­mi­ni en place pen­dant l’hi­ver ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.