Les bois la­su­rés

Moteur Boat Magazine - - PRATIQUE -

1/ Boe­ro La­sure Bio­wood In­co­lore

Cette for­mule n’a pas ré­sis­té aux épreuves du temps et plus grand-chose ne dis­tingue l’échan­tillon du bois brut de ré­fé­rence. La sur­face est juste un peu moins pe­lu­cheuse et sa cou­leur a pris une to­na­li­té grise uni­forme, très éloi­gnée de celle d’ori­gine.

2/ Boe­ro – La­sure Bio­wood Aca­jou

Mal­gré la pré­sence de pig­ments co­lo­rés, le les­si­vage des pluies et les ar­deurs du so­leil ont eu presque en­tiè­re­ment rai­son de cette la­sure. La cou­leur aca­jou d’ori­gine ne sub­siste plus qu’à l’état de traces in­crus­tées dans les fibres su­per­fi­cielles du bois, mais la gri­saille do­mine.

3/ Co­lours – La­sure in­co­lore sa­tin

Han­di­ca­pée par sa for­mu­la­tion trans­pa­rente, cette la­sure a tout sim­ple­ment dis­pa­ru de la sur­face de l’échan­tillon, et seules quelques traces écaillées s’ac­crochent en­core sur les cô­tés. Preuve s’il en fal­lait en­core qu’une for­mule trans­pa­rente n’est pas du­rable à l’ex­té­rieur.

4/ Co­mus – Hy­dro La­sure

Très for­te­ment pig­men­tée, la for­mule Hy­dro fait de la ré­sis­tance face au vieillis­se­ment. Mais les zones de dé­col­le­ment se mul­ti­plient et la sur­face pré­sen­te­ra bien­tôt des taches de léo­pard, lais­sant ap­pa­raître des sa­lis­sures noires ou grises. De nom­breuses gerces lon­gi­tu­di­nales se dé­ve­loppent aus­si, signe d’une perte sen­sible de pro­tec­tion.

5/ In­ter­na­tio­nal Wood­skin

L’as­pect gé­né­ral est en­core cor­rect, mais la grande gerce lon­gi­tu­di­nale qui s’étend sur toute la lon­gueur de l’échan­tillon a gé­né­ré des dé­col­le­ments. Il en est de même le long des angles vifs. Plu­tôt sou­te­nue à l’état neuf, la teinte du bois trai­té s’est beau­coup éclair­cie, signe d’une sen­si­bi­li­té cer­taine au rayon­ne­ment so­laire.

6/ So­ro­map – La­sure L1

La for­mule L1 de So­ro­map n’a que très peu évo­lué en deux ans, si ce n’est une teinte un peu plus claire et un as­pect plus mat que sa­ti­né, c’est tout. Cette per­for­mance ex­cep­tion­nelle la si­tue au pre­mier rang, et de loin, de toutes les la­sures tes­tées ici. À condi­tion d’adhé­rer à l’es­thé­tique « bois rouge », c’est la seule du lot à as­su­rer une vraie pro­tec­tion de longue du­rée.

7/ Syn­ti­lor – La­sure XLT

Cen­sée du­rer dix ans, cette la­sure à base po­ly­uré­thane dis­pa­raît au bout de deux seule­ment, et ne sub­siste plus que sous forme de lam­beaux écaillés sur toute la sur­face de l’échan­tillon. Les gerces et zones gri­sâtres se mul­ti­plient, l’en­semble de la sur­face ne bé­né­fi­ciant plus d’au­cune pro­tec­tion.

Jour 1

2 ans après

Jour 1

2 ans après

Jour 1

Jour 1

2 ans après

2 ans après

Jour 1

Jour 1

Jour 1

2 ans après

2 ans après

2 ans après

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.