INTERVIEW PA­TRICK FéRAUD

Moto Crampons - - News -

Qu’on se le dise, le Maya Maroc, en­du­ro à ten­dance ral­lys­tique, tra­di­tion­nel­le­ment or­ga­ni­sé en fé­vrier, change de dates. Dé­sor­mais pour fou­ler les dunes de Mer­zou­ga et du Sud ma­ro­cain, il fau­dra ré­ser­ver vos va­cances dé­but no­vembre. Maya, le gen­til or­ga­ni­sa­teur, nous ex­plique le pour­quoi du comment et les spé­ci­fi­ci­tés de cette 8e édi­tion. Pour­quoi cette nou­velle date pour le Maya Maroc ? Ça fai­sait 7 ans qu’on or­ga­ni­sait fin fé­vrier et on s’est aper­çus que ça gé­né­rait des pro­blèmes : les com­pé­ti­teurs étaient en phase pré­pa­ra­toire des cham­pion­nats et ne pou­vaient s’ins­crire. On avait pas mal d’ar­ti­sans qui nous ex­pli­quaient que, fin fé­vrier, ils pré­fé­raient al­ler aux sports d’hi­ver en fa­mille. Et en­fin, Ya­ma­ha nous a de­man­dé de dé­pla­cer l’épreuve avant le Da­kar, afin que ses of­fi­ciels puissent y me­ner leurs der­niers tests. Alors on s’est dit : « Et pour­quoi pas ! » Tu gardes donc à l’es­prit de ra­meu­ter des concur­rents du Da­kar ? Oui. On fi­nit 10 jours avant l’em­bar­que­ment des mo­tos pour l’Amé­rique du Sud, donc ce se­ra en­core le mo­ment de tes­ter quelques pièces. Même pour les en­du­ristes du Mon­dial, ça se­ra un bon entraînement car avec 80 % du par­cours tra­cé dans le sable, ça res­sem­ble­ra aux spé­ciales chi­liennes. Les par­ti­ci­pants au Tou­quet pourraient aus­si être bran­chés… Oui ! D’ailleurs Mous­sé, qui a fi­ni 3e l’an­née der­nière, a su­per bien rou­lé. J’ai­me­rais qu’il re­vienne avec Da­mien Mi­quel, qui reste le fa­vo­ri. Tu nous rap­pelles le concept du Maya Maroc ? L’idée était de re­faire la Cor­si­ca 1000, mais en plein dé­sert. De pro­fi­ter à fond des pistes, sans se prendre la tête avec un road­book. Je vou­lais aus­si que l’on puisse ve­nir avec sa mo­to de sé­rie, juste équi­pée de mousses. Mais sans gros ré­ser­voir car tous les 75 ki­lo­mètres, il y a une as­sis­tance es­sence. Je rap­pelle que l’in­té­gra­li­té de la course est hors piste. On trace dans des oueds, des zones où les ral­lyes raids ne passent ja­mais car ils pri­vi­lé­gient les grandes pistes. Quel se­ra le tra­cé ? La pre­mière spé­ciale se tien­dra à Mar­seille le sa­me­di, sur les plages du Pra­do. De là, on em­bar­que­ra pour Er­ra­chi­dia, afin de se rendre di­rec­te­ment à Mer­zou­ga, au pied des dunes. C’est là qu’on at­ta­que­ra la course pour se di­ri­ger vers Ta­fraoute et le Sud, Mha­mid, où nous fe­rons un bi­vouac pour une nuit en plein dé­sert. Au to­tal, on doit faire dans les 1 000 ki­lo­mètres, à rai­son de 140 et 200 km par jour. Gé­né­ra­le­ment, il y au­ra deux spé­ciales le ma­tin, de 15 à 20 mi­nutes, et une l’après- mi­di, après une pause d’une heure et de­mie. C’est un ral­lye pour tous ni­veaux ? Ce n’est pas un ral­lye mais un en­du­ro. Ce n’est pas dif­fi­cile. Il faut juste avoir les ca­pa­ci­tés de rou­ler 4 à 5 heures pas jour, pen­dant 5 jours. Mais il faut sa­voir que la cou­pure d’une heure et de­mie à mi­di per­met­tra de faire une sieste et re­prendre des forces. Si­non, les tem­pé­ra­tures sont les même qu’en fé­vrier, entre 25 et 30, et il y au­ra un jo­ker qui évi­te­ra la mise hors course en cas de pro­blème… Le ta­rif ? On a chan­gé la for­mule, dé­sor­mais c’est tout com­pris, avec l’avion, la nour­ri­ture, l’hé­ber­ge­ment et le trans­port de la mo­to de­puis Mar­seille et une malle. Au to­tal, c’est 3 190 €. Pour les ac­com­pa­gna­teurs, il fau­dra comp­ter 1 390 €. Même Ma­dame peut ve­nir car il y au­ra des 4 x 4 pour l’ame­ner aux bi­vouacs du mi­di, voire se pro­me­ner la jour­née. En plus, l’hô­tel dis­pose de deux pis­cines, sau­na, ham­mam. Bref, il faut ve­nir !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.