UNE SUZUKI 125 « ALU »

Trans­plan­ta­tion réus­sie !

Moto Crampons - - La Une -

GREF­FER UN MO­TEUR DE 125 RM DANS UN CADRE ALU DE 250 RM- Z, L’IDÉE N’EST PAS NOU­VELLE. CE­PEN­DANT LES VRAIES RÉA­LI­SA­TIONS, À LA FOIS BELLES ET ABOU­TIES, NE SONT PAS LÉ­GION. LE RISQUE DE RE­JET SUB­SISTE ! EXÉ­CU­TÉE PAR UN NOR­DISTE OP­TI­MISTE ET PAS­SION­NÉ, L’OPÉ­RA­TION QUE L’ON VA VOUS CONTER A DÉ­BOU­CHÉ SUR UNE VRAIE RÉUS­SITE. UN DÉ­FI QU’IL FAUT SA­LUER COMME IL SE DOIT, CAR LE SOR­CIER- CHI­RUR­GIEN À LA BASE DE CE PRO­JET N’AVAIT PAS FOR­CÉ­MENT LES MOYENS D’UN PRO­FES­SION­NEL DE LA PRO­FES­SION. COMME QUOI, QUAND ON VEUT…

« Im­pos­sible n’est pas fran­çais. » At­tri­buée à Na­po­léon, l’ex­pres­sion pour­rait tout aus­si bien s’ap­pli­quer à Da­vid Le­tur­gez, chauf­feur rou­tier dans le ci­vil. Et vé­ri­table pas­sion­né de mo­to­cross dans l’in­ti­mi­té. Comme tout Ch’ti qui se res­pecte, l’homme ori­gi­naire des en­vi­rons de Loon- Plage est aus­si un fervent adepte du sable et de l’En­du­ro du Tou­quet. Qu’il a même brillam­ment ter­mi­né en 11e po­si­tion sur un 250 KX au ré­ser­voir gon­fl é, en 1992… Père de deux gar­çons de­ve­nus grands, c’est tout na­tu­rel­le­ment qu’il les a conver­tis à la mo­to tout- ter­rain. En­fi n, si la trans­mis­sion du gène s’est faite fa­ci­le­ment pour Jé­rôme, l’aî­né, elle a été moins évi­dente pour Jé­ré­my, le frère ca­det. Au dé­part, ce der­nier ne vou­lait pas en­tendre par­ler de mo­to. Avant d’ac­cep­ter de s’y mettre tar­di­ve­ment, vers 12 ans. Puis, après des dé­buts sur le 85 cm3 et plu­sieurs an­nées en 125 YZ, il dé­cide de bas­cu­ler sur le 250 4T. Comme le grand. Une évo­lu­tion lo­gique. Ce se­ra une Suzuki, tiens, pour le coup. Une 250 RM- Z, comme Ja­son An­der­son ! Pro­blème : Jé­ré­my n’arrive pas à se faire au pe­tit bloc à sou­papes. Il re­grette l’agi­li­té et le feu­le­ment de son 1/ 8 de litre. Au point de ne plus tou­cher que très ra­re­ment à sa ma­chine. À la fi n de la sai­son 2013, dé­ci­sion est prise de se sé­pa­rer du 4T pour re­ve­nir au 2T. Le sou­ci, c’est qu’en dé­pit de son faible nombre d’heures de rou­lage, il faut bra­der le 250 RM- Z pour ar­ri­ver à le re­vendre. L’opé­ra­tion est fi nan­ciè­re­ment oné­reuse. Sa­cri­fi er un 4- coups qui a coû­té un bras pour ra­che­ter un 125 qui en vaut presque un autre ( car la 125 YZ reste bien co­tée)… le jeu n’en vaut pas la chan­delle. Le jeune Jé­ré­my pose alors in­no­cem­ment la ques­tion à son pa­ter­nel : « Et si tu me pla­çais un mo­teur de 125 dans le cadre du RM- Z ? » Ben voyons !

DÉ­COUPE ET SOU­DURE EN VUE

Ti­tu­laire d’un CAP de chau­dron­nier, Da­vid Le­tur­gez n’est pas to­ta­le­ment un dé­bu­tant dans l’éla­bo­ra­tion des oeuvres en mé­tal. Cir­cons­tance ag­gra­vante, il adore la mé­ca­nique : au­to ou mo­to, dis­tri­bu­tion ou ré­em­biel­lage, il a l’ha­bi­tude de tout faire lui- même. L’idée a à peine fu­sé de la bouche du re­je­ton qu’il est dé­jà à la re­cherche d’un 125 RM d’oc­case ! Il trouve un mo­dèle 2003 à 1 200 eu­ros, dont il est obli­gé de re­con­di­tion­ner le mo­teur de A à Z. Mais le cô­té in­té­res­sant par rap­port à l’achat d’un bloc iso­lé, c’est qu’il va pou­voir aus­si ré­cu­pé­rer les pé­ri­phé­riques : al­lu­mage, car­bu­ra­teur… Une fois le RM- Z désos­sé, il pré­sente le bouilleur du 125 dans le cadre nu. « Là, je me suis dit qu’il y avait du bou­lot ! » , ri­gole a pos­te­rio­ri le sor­cier. Car la sor­tie d’échap­pe­ment du cy­lindre tombe pile en face de la grosse poutre qui

des­cend de la co­lonne de di­rec­tion. En ef­fet, sur le 4T, le col­lec­teur part di­rec­te­ment sur le cô­té. Et puis l’in­cli­nai­son du 125 est aus­si contrainte par le pas­sage du re­froi­dis­se­ment ( ra­dia­teurs, du­rits), la proxi­mi­té du car­ter d’em­brayage et du ber­ceau, du kick et du mon­tant la­té­ral. Après d’in­ter­mi­nables me­sures et si­mu­la­tions, les re­pères sont faits. Il faut des­sou­der le dé­dou­ble­ment du ber­ceau pour pou­voir le re­haus­ser de quelques cen­ti­mètres. Ce qui im­plique de ci­sailler à la fois la grosse poutre et les mon­tants in­fé­rieurs, qu’il fau­dra ral­lon­ger. Au­tant dire qu’il au­ra fal­lu se grat­ter un mo­ment la tête, et que cer­tai­ne­ment quelques gouttes de sueur ont per­lé au mo­ment fa­ti­dique d’en­tailler le pré­cieux alu ja­po­nais ( on vous dé­taille les étapes im­por­tantes dans le ro­man- pho­to ci- contre).

FIÈRE ET BELLE ALU- RE !

Au terme de 85 heures de bou­lot, presque deux mois pleins à tra­vailler tous les week- ends, la perle peut en­fi n sor­tir de l’ate­lier et prendre vie. À cô­té du gros travail de dé­coupe et de sou­dure, il y a eu par­fois un pe­tit coup de chance. Comme ce man­chon de car­bu d’un mo­dèle 2008, qui s’adapte par­fai­te­ment au boî­tier de fi ltre à air du RM- Z. Pour amé­lio­rer le rem­plis­sage, un Mi­ku­ni TMX Ø 38 mm d’YZ as­sor­ti d’une boîte à cla­pets VForce est ve­nu rem­pla­cer les élé­ments d’ori­gine. Vu le poids ré­duit du pe­tit 125, le res­sort d’amor­tis­seur a été chan­gé pour un élé­ment moins dur. En­fi n, pour par­faire le look de son 125 alu, Jé­ré­my lui a don­né une touche « usine » . En sus des jantes ano­di­sées jaunes ré­cu­pé­rées du kit Fac­to­ry Re­pli­ca de son RM- Z, il a mon­té une ligne d’échap­pe­ment Scal­vi­ni as­sor­tie de son si­len­cieux car­bone, et a de­man­dé à son fré­rot, boss de JL Créa­tion, un kit dé­co en rap­port. Au fi nal, la bête est plu­tôt ra­cée. Et mal­gré une car­bu­ra­tion à af­fi ner, elle semble plu­tôt bien née ( voir les com­men­taires de notre test- ri­der du jour, Jé­rôme Hé­me­ry) ! En tout cas, les ef­forts de mon­sieur Le­tur­gez père n’au­ront pas été vains. Car le jeune Jé­ré­my a re­trou­vé l’en­vie, il a les yeux qui brillent. Dans sa tête com­mence même à mû­rir le pro­jet de s’ins­crire à l’En­du­ro­pale 2015 avec son ma­gni­fi que pro­to. Pour­quoi pas vi­ser la ca­té­go­rie 125, en taxant au pas­sage les pe­tits co­pains en KTM, HVA, Yam et TM ? Par contre, un nou­veau lé­ger sou­ci est à pré­voir pour le pa­ter­nel. Car le grand frère, Jé­rôme, com­mence sé­rieu­se­ment à lor­gner avec en­vie sur la ma­chine du pe­tit… !

PAR Ber PHO­TOS Vinz, JL Créa­tion

4 Sauf qu’il y a un lé­ger sou­ci au ni­veau de l’échap­pe­ment. La sor­tie se pré­sente di­rect face à la poutre ! Et à part l’axe ar­rière tra­ver­sant la boîte, toutes les fi xa­tions du bloc sont à re­prendre.

1 Ça y est, après avoir été dé­go­tée sur le Bon Coin, la bête est dé­bar­ras­sée de son mo­teur. Et aus­si de ses pé­ri­phé­riques : boî­tier CDI, car­bu, boî­tier de fi ltre à air…

2 Après 11 ans de bons et loyaux ser­vices, le 125 RM 2003 a be­soin d’être re­con­di­tion­né. Bielle, Ni­ka­sil, rou­le­ments, boîte, tout a été re­mis à neuf. Fac­ture : un peu moins de 1 000 eu­ros.

3 Après ex­trac­tion du bloc à sou­papes, le 1/ 8 de litre est pla­cé dans le cadre nu du RM- Z. Moins haut et plus étroit que son cou­sin, ça a l’air de pas­ser à l’aise…

L’équi­libre d’une

ma­chine étant condi­tion­né par l’in­cli­nai­son du mo­teur dans le cadre, un cer­tain nombre de cotes ont été

prises sur le RM. La dif­fi culté étant que, cette in­cli­nai­son dé­ter­mi­née, tout con­corde : ra­dia­teurs, kick, man­chon de

car­bu…

5

L’opé­ra­tion à coeur ou­vert a com­men­cé.

Il s’agit de dé­cou­per et de

des­sou­der le dé­dou­ble­ment du

cadre du RM- Z, pour le re­mon­ter de quelques cen­ti­mètres afi n de faire pas­ser le pot. Âmes sen­sibles

s’abs­te­nir !

6

Du bel alu, de la fi bre de car­bone, de la bonne pièce, cette 125 RM « Le­tur­gez » pa­raît tout droit sor­tie des ate­liers du RCH Ra­cing !

Pour évi­ter que le cadre ne s’ouvre

à la dé­coupe, des tiges fi le­tées ont été pla­cées

au préa­lable pour main­te­nir les mon­tants.

Là, ça a l’air pas mal, le pot d’échap­pe­ment passe pile- poil !

7

Les pattes de fi xa­tion in­fé­rieures du mo­teur ont dû être re­haus­sées, et des bagues de

com­pen­sa­tion confec­tion­nées sur me­sure pour

le jeu la­té­ral de l’axe ar­rière. Tout a été fait mai­son !

8

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.