Man­nois de mes rêves

Moto Journal - - COURRIER -

De re­tour du Manx GP 2017, je viens te conter la suite de ce rêve com­men­cé il y a quelques an­nées main­te­nant. Rêve en­core et tou­jours cette année, où, après un f..k de pre­mier rou­lage, l’ac­ci­dent de 2016 me re­mon­tait en tête à chaque vi­rage. J’al­lais donc su­bir (c’est un doux eu­phé­misme lorsque toutes les por­tions de la course te sautent lit­té­ra­le­ment à la tronche), su­bir, donc, ce pre­mier rou­lage ! De re­tour au ca­mion, la tête ex­plo­sée, le cer­veau ne com­pre­nant tou­jours pas ce qu’il ve­nait de se pas­ser, je dé­cide de chan­ger le rap­port de chaîne… Je me de­mande sur­tout, à cet ins­tant et la nuit sui­vante, si je ne vais pas tout sim­ple­ment pla­quer tout le mer­dier et go back to France, mon Po­lo ! Ou­chhhh bah, je pen­sais être dé­bar­ras­sé de cette em­bras­sade avec le mur, mais pas du tout, ça craint, tout ce job ef­fec­tué pour re­trou­ver ma mé­moire, au moins par­tielle, re­trou­ver du phy­sique, et là, PLAFF !, tout ex­plose ??? Après une nuit de ré­flexion, je dé­cide de per­sé­vé­rer, et bien m’en a pris. Les rou­lages s’amé­liorent au fil des jours, les chro­nos aus­si, jus­qu’à re­ve­nir aux set­tings du pre­mier jour, et là… BON­HEUR ! Mal­gré un mo­teur ané­mique (je perds 40 km/h sur 2016), une conso d’huile de ouf (je consomme entre 0,2 et 0,4 litre par tour, soit un peu plus d’un litre par course de quatre tours, une ca­ta), les chro­nos aug­mentent et, sur­tout, je change ma façon de rou­ler et tra­verse des sec­tions en 5 voire 6e, alors qu’en 2016, je les pas­sais en 3 ou 4e. Quel pied, le jour du Se­nior, de pou­voir me battre avec un pi­lote ayant une ma­chine ré­cente avec le gros ma­tos, genre Oh­lins avan­tar­rière, fais­ceau kit… Quel pied de se dou­bler et re­pas­ser du­rant deux tours avant que je doive rendre la main pour cause de sur­con­so d’es­sence, quel bon­heur cette année d’avoir une équipe réunie au­tour de la réus­site de la course, avec des vi­sages sou­riants et rayon­nants ! Alors oui, rêve tou­jours, car même si je suis loin sur les cartes de ré­sul­tats, cette se­conde new­co­mer a comme un air de re­vanche et de vic­toire, rêve, oui, car, de fait, je se­rai de re­tour sur cette île qu’on aime tant et qui im­pose le res­pect par sa piste et les lé­gendes qui y ont po­sé les roues. En­fin, rêve tou­jours lors­qu’on vous pro­pose de vous ai­der réel­le­ment fi­nan­ciè­re­ment et que l’on vous met, si vous le sou­hai­tez, une, voire deux ma­chines à dis­po pour le Clas­sic TT… Un autre rêve de­vrait donc se réa­li­ser ! Et rêve en­fin et tou­jours que d’avoir pu mettre en avant sur ITV 4, lors de mes dif­fé­rents dé­parts, la fon­da­tion De­gnan, qui aide les en­fants ma­lades en Ir­lande. Alors oui, mon MJ, comme je te le dis de­puis long­temps, plus que jamais, il faut croire en ses rêves, car ils fi­nissent par se réa­li­ser ! A bien­tôt pour de nou­velles aven­tures Ri­chard, Mon­tagne Fa­mi­ly Team

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.