Bien­tôt 80 km/h sur les routes ?

Evo­quée il y a dé­jà plu­sieurs an­nées par le Pre­mier mi­nistre d’alors, Ma­nuel Valls, la baisse de la vi­tesse à 80 km/h sur le ré­seau se­con­daire fran­çais pour­rait être ap­pli­quée dès jan­vier 2018. La me­sure est im­po­pu­laire et les ré­sul­tats des pre­miers tests

Moto Journal - - SOMMAIRE -

Plus 8,9 % de tués sur les routes de France mé­tro­po­li­taine en no­vembre 2017 par rap­port au même mois de l’an­née 2016. Il n’en fal­lait pas plus au Pre­mier mi­nistre Edouard Phi­lippe, dé­jà em­pê­tré dans la hausse an­nuelle constante des morts sur les routes de­puis 2014 (3 477 dé­cès en 2016), pour confir­mer, lors d’un dé­pla­ce­ment en Seine-et-marne lun­di 11 dé­cembre, les am­bi­tions du gou­ver­ne­ment en ma­tière de sé­cu­ri­té rou­tière pour 2018. Am­bi­tions dont le fer de lance est, comme souvent, la baisse de la vi­tesse maxi­male au­to­ri­sée sur nos routes. Il s’agit cette fois du ré­seau se­con­daire, qui re­pré­sente en­vi­ron 400 000 km de voies, et dont la vi­tesse maxi pour­rait être abais­sée à 80 km/h au lieu de 90 km/h ac­tuel­le­ment. Rien de très nou­veau, car voi­là dé­jà plu­sieurs an­nées que les pou­voirs pu­blics en­tendent lé­gi­fé­rer en ce sens. Cette me­sure per­met­trait, se­lon le théo­rème de Niels­son qui veut qu’une ré­duc­tion de 1 % de la vi­tesse per­mette une ré­duc­tion de 4 % de l’ac­ci­den­ta­li­té, de sau­ver en­vi­ron 400 vies par an. Pour sou­te­nir cette théo­rie, le gou­ver­ne­ment de Ber­nard Ca­ze­neuve a donc dé­ci­dé de tes­ter le 80 km/h. A l’été 2015, 81 km de na­tio­nales de la Drôme, de la Nièvre et de l’yonne ont donc adop­té ce nou­veau pla­fond. Pro­blème : les ré­sul­tats de l’ex­pé­ri­men­ta­tion n’ont pas été com­mu­ni­qués. Ré­sul­tats peu concluants, voire mau­vais ? Dif­fi­cile de sa­voir pour­quoi le Mi­nis­tère n’en dit rien. Si Edouard Phi­lippe as­sure « ne pas vou­loir prendre de dé­ci­sion dans l’ins­tant, parce qu’elle né­ces­site concer­ta­tion », le gou­ver­ne­ment semble in­sen­sible à l’im­po­pu­la­ri­té de la me­sure. Dans un sondage BVA pour le Fi­ga­ro en 2015, 77 % des Fran­çais étaient dé­jà contre le 80 km/h. Sans comp­ter les 400 000 si­gna­taires de la pé­ti­tion lan­cée par l’as­so­cia­tion 40 Mil­lions d’au­to­mo­bi­listes, et les 10 000 si­gna­tures ré­col­tées par la FFMC en seule­ment une se­maine. En plus de ces chiffres ré­vé­la­teurs, l’etat pour­rait éga­le­ment je­ter un oeil chez nos voi­sins d’eu­rope. D’après Eu­ro­stat, en 2015, l’al­le­magne ac­cu­sait 3 459 dé­cès sur ses routes et l’angleterre 1 804. Deux pays dont le ré­seau se­con­daire est li­mi­té à 100 km/h. Et si l’on se tourne vers la Suède, le meilleur élève en ma­tière de sé­cu­ri­té rou­tière avec 27 tués pour 1 mil­lion d’ha­bi­tant (2016, source le Fi­ga­ro), la li­mite sur les na­tio­nales s’éta­blit à 90 km/h. S’il est dif­fi­cile de com­pa­rer in ex­ten­so les sta­tis­tiques de nos voi­sins, elles per­mettent au moins de prou­ver que l’aveugle ré­pres­sion de la vi­tesse me­née par les pou­voirs pu­blics fran­çais n’est cer­tai­ne­ment pas la seule piste à creu­ser pour faire bais­ser la mor­ta­li­té sur nos routes. Le pro­chain Co­mi­té in­ter­mi­nis­té­riel de la sé­cu­ri­té rou­tière, qui se tien­dra le 18 jan­vier, de­vrait en tout cas y je­ter un oeil.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.