EN­DU­RANCE

Le YART Ya­ma­ha es­pé­rait cette vic­toire de­puis 2009 ! L’équipe au­tri­chienne s’im­pose aux 8 Heures du Slo­va­kia Ring, de­vant la Ya­ma­ha fran­çaise du GMT94 et le F.C.C. TSR Hon­da France qui reste en tête du clas­se­ment mon­dial pro­vi­soire.

Moto Journal - - SOMMAIRE - Par Valérie Mo­re­no, Pho­tos Good­shoot/da­vid Rey­gon­deau

Le Yart, neuf ans après

Une fois à toi, une fois à moi… Après une an­née 2017 do­mi­née par le GMT94, le mon­dial d’en­du­rance s’amuse à va­rier les vain­queurs en 2018. La vic­toire aux 24 Heures Mo­tos a fait naître un rêve de titre mon­dial au F.C.C. TSR Hon­da France. Aux 8 Heures du Slo­va­kia Ring, c’est le YART Ya­ma­ha qui a re­trou­vé le sou­rire avec sa pre­mière vic­toire de­puis 2009, an­née de son sacre mon­dial. Cette vic­toire du YART, c’est du plai­sir de vaincre à l’état pur, car pour le titre, après deux aban­dons au Bol d’or 2017 (manche d’ou­ver­ture de la sai­son 2017-2018) et aux 24 Heures Mo­tos 2018, l’équipe au­tri­chienne est dé­jà trop loin des lea­ders. Sur le Slo­va­kia Ring, Broc Parkes, Mar­vin Fritz et Max Neu­kirch­ner n’ont rien lâ­ché mal­gré l’élec­tro­nique ca­pri­cieuse de leur R1. Ils ont d’abord ba­taillé en tête avec le F.C.C. TSR Hon­da France, team ja­po­nais mal­gré son nom, par­ti en pole po­si­tion avec Fred­dy Fo­ray, Alan Te­cher et Josh Hook, tout en dé­li­ca­tesse en dé­but de course avec le grip de leur pneu avant sur une piste as­sez chaude. Le YART a dû en­suite dé­fendre sa vic­toire face au GMT94. Da­vid Che­ca, Nic­colò Ca­ne­pa et Mike Di Me­glio ter­minent à 31 se­condes de la Ya­ma­ha au­tri­chienne ! Une pre­mière place au­rait per­mis à l’équipe de Ch­ris­tophe Guyot de re­prendre la tête du clas­se­ment pro­vi­soire, mais le GMT af­fi­chait tout de même un large sou­rire avec cette deuxième place à l’ar­ri­vée de­vant leur prin­ci­pal ad­ver­saire pour le titre, le F.C.C. TSR Hon­da France. Ré­sul­tat des courses, ces deux­là vont ar­ri­ver à Oschers­le­ben dé­but juin avec un point d’écart seule­ment, à l’avan­tage de la Hon­da ja­po­naise. Bonne opé­ra­tion aus­si pour le team Hon­da En­du­rance Ra­cing, même si l’équipe an­glaise ter­mine au pied du po­dium. Après un beau dé­but de course avec Greg Le­blanc, le Hon­da En­du­rance Ra­cing a te­nu bon dans le Top 5 du­rant toute la course. Aus­si confiée à Sé­bas­tien

Gim­bert et Erwan Ni­gon, la Hon­da 111 prend à nou­veau des points au cham­pion­nat et reste dans la course au titre, à 15 points du lea­der. BMW entre dans le Top 5 au Slo­va­kia Ring grâce au NRT48. Cette BMW of­fi­cielle al­le­mande avec Ken­ny Fo­ray, Ste­fan Ker­sch­bau­mer et Pe­ter Hi­ck­man de­vance la BMW tchèque Mer­cu­ry Ra­cing de Ka­rel Ha­ni­ka, Ja­kub Smrž et Ma­tej Smrž.

DES FA­VO­RIS EN DÉROUTE

Le Su­zu­ki En­du­rance Ra­cing Team pointe à la 7e place à l’ar­ri­vée. Vincent Phi­lippe, Etienne Mas­son et Gregg Black se sont qua­li­fiés en 3e po­si­tion et Gregg a sor­ti la Black At­tack pour s’of­frir un su­perbe ho­le­shot. Mais l’équipe de Dominique Mé­liand a d’abord dû se plier à un stop & go, pé­na­li­té in­fli­gée pour ab­sence de sti­cker sur un pneu en qua­li­fi­ca­tions (20 sti­ckers pneus ac­cor­dés en EWC, et 13 en Su­per­stock pour une course de huit heures, qua­lif’ com­prises). Per­sua­dé de la perte de ce sti­cker en piste, Dominique Mé­liand a ac­cep­té la pé­na­li­té et l’an­nonce d’une course hors du pe­lo­ton de tête : « Sur une course de huit heures, un stop & go, ça ne par­donne pas. Les pe­tits ca­ma­rades ne vous at­tendent pas ! ». Ra­pi­de­ment re­mon­té dans le Top 5 à 1 tour de la tête de course, le pi­lote du SERT a en­suite été

re­tar­dé par des pro­blèmes de frei­nage, si­mi­laires à ceux qui avaient gâ­chés les 24 Heures au Mans le mois der­nier. Le SERT ter­mine 7e, à moins d’une se­conde du Mer­cu­ry Ra­cing.le SRC Ka­wa­sa­ki a aus­si connu de tristes mésa­ven­tures. Ce­la a dé­bu­té par la chute de Ran­dy de Pu­niet qui avait pris la tête de la course dans le pre­mier re­lais. Ra­pi­de­ment de re­tour en piste, le SRC est lui aus­si re­ve­nu dans le top 5 avant d’être stop­pé en piste par une panne d’es­sence. Ran­dy de Pu­niet, Ju­lien da Cos­ta (pi­giste Ka­wa­sa­ki sur cette course) et Jé­ré­my Guar­no­ni ter­minent 9e der­rière la Ka­wa­sa­ki pri­vée du team Bol­li­ger Swit­zer­land.

LES ES­POIRS DÉ­ÇUS DU JUNIOR TEAM

Au pal­ma­rès de la mal­chance, le Junior Team Le Mans Sud Su­zu­ki dé­croche le pom­pon. Hu­go Clère, Alex Sar­ra­bay­rouse et Louis Ros­si se bat­taient dans le trio de tête Su­per­stock avec la Ya­ma­ha Vil­taïs Ex­pe­riences et la Su­zu­ki Ato­mic 68 pour la vic­toire, ou au moins pour une place sur le po­dium. Ce­la au­rait aus­si pu his­ser le Junior Su­zu­ki en tête du clas­se­ment mon­dial Su­per­stock. Mais, à 10 mn de l’ar­ri­vée, un épais pa­nache de fu­mée a sui­vi la Su­zu­ki 72. Mo­teur cas­sé, le Junior Team n’a pas pas­sé la ligne d’ar­ri­vée. La vic­toire Su­per­stock re­vient à Ya­ma­ha Vil­taïs Ex­pe­riences de­vant Ato­mic 68, très en forme sur cette course en Slo­va­quie. « Nous ve­nons de pas­ser en Dun­lop et les pi­lotes ont re­trou­vé leurs bonnes sen­sa­tions » ex­plique le staff Ato­mic. Le Ta­ti Team Beau­jo­lais Ra­cing, bien pla­cé mais re­tar­dé en fin de course par une panne d’es­sence, reste en tête du clas­se­ment pro­vi­soire Su­per­stock. On at­ten­dait aus­si Mo­toain sur le po­dium Su­per­stock, mais leur course a dé­bu­té par une chute de Ro­ber­to Rol­fo. Mo­toain ter­mine 17e. Pour cette ca­té­go­rie, les 8 Heures d’oschers­le­ben se­ra la fi­nale. Pro­chain ren­dez-vous aux 8 Heures d’oschers­le­ben le sa­me­di 9 juin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.