Mo­ri­bond il y a 10 ans, le fa­bri­cant ita­lien s'en est sor­ti grâce au néo-ré­tro.

Mo­ri­bond il y a 10 ans, le fa­bri­cant ita­lien Stylmartin est re­ve­nu sur le de­vant de la scène en s’en­gouf­frant dans la vague néo-ré­tro.

Moto Revue Classic - - Sommaire - Texte : Pao­lo Sor­ma­ni – Pho­tos : Stylmartin

Si vous vous ap­prê­tez à par­tir pour une ba­lade à moto, il y a de grandes chances que les bottes ou les chaus­sures que vous al­lez mettre ar­rivent de Mon­te­bel­lu­na. Cette pe­tite ville à mi-che­min entre Ve­nise et les Do­lo­mites est de­ve­nue le centre mon­dial de pro­duc­tion de la chaus­sure tech­nique de loi­sir à par­tir des an­nées 1920. Après la mon­tagne, le ski et le cyclisme, les pe­tits en­tre­pre­neurs lo­caux se sont tour­nés vers les mo­tards. On connaît Al­pi­nes­tars, Si­di, Gaerne, TCX, Dia­do­ra mais aus­si, à par­tir de 1979, Stylmartin. Cet acro­nyme ren­ferme le nom et les as­pi­ra­tions du fon­da­teur Gia­co­mo Mar­ti­naz­zo. De­puis dix ans, Stylmartin ap­par­tient à An­to­nio Bi­not­to, 67 ans, pa­tron de la fa­brique de chaus­sures An­tis, qui a « re­vi­ta­li­sé » la marque au nom de la qua­li­té et de la tra­di­tion. Sous l’as­pect du de­si­gn aus­si, en s’in­té­res­sant d’un cô­té au style ca­fé ra­cer et aux mo­dèles ra­cing et tout-ter­rain des an­nées 70 et 80 et de l’autre, en créant des bas­kets in­édites des­ti­nées à la moto. À la fin des an­nées 70, Stylmartin, une pe­tite fa­brique par­tie de rien, a réus­si à se faire connaître dans le monde grâce à ses pi­lotes du Con­ti­nen­tal Cir­cus. Avec une paire de Stylmartin aux pieds, un cer­tain Ed­die Law­son a ga­gné quatre cham­pion­nats du monde en 500 entre 1984 et 89. Plus les deux de John Ko­cins­ki en 1990 (250 cm3) et 1997 (Su­per­bike).

« Le nom n’était pas dé­po­sé à l’étran­ger »

En Ita­lie, la marque avait un autre am­bas­sa­deur de pres­tige en la per­sonne de Pier­pao­lo Bianchi. Mais dans les an­nées 2000, la crise est pas­sée par là. « J’ai com­men­cé à tra­vailler dans la chaus­sure en 1970 à l’âge de 22 ans mais tou­jours en tant que sous-trai­tant et j’ai res­sen­ti le be­soin d’avoir ma propre marque, nous ex­plique Bi­not­to. J’ai d’abord essayé d’ac­qué­rir Si­di, en vain, puis en 2007, j’ai ap­pris que Stylmartin se trou­vait en dif­fi­cul­tés fi­nan­cières et je l’ai ra­che­tée en une se­maine. Avec la seule ga­ran­tie de sa ré­pu­ta­tion et son sa­voir-faire. » Dans les grandes an­nées, à Mon­te­bel­lu­na, on trou­vait 600 usines en ac­ti­vi­té. La glo­ba­li­sa­tion et la dé­lo­ca­li­sa­tion les ont presque toutes ba­layées. Seules les plus grandes et celles qui avaient des ré­serves bud­gé­taires ont sur­vé­cu. An­to­nio re­prend : « Ça a été très dur. Dans mon pa­quet ca­deau, j’ai trou­vé une mo­dé­liste, quelques paires de bottes dans l’en­tre­pôt, un ré­seau com­mer­cial ané­mique et pas de bre­vets. Le nom n’était même pas dé­po­sé à l’étran­ger et les mo­dèles fa­bri­qués de fa­çon ar­ti­sa­nale

« J’AI RACHETÉ STYLMARTIN EN UNE SE­MAINE AVEC LA SEULE GA­RAN­TIE DE SA RÉ­PU­TA­TION ET SON SA­VOIR-FAIRE »

mais an­ti­éco­no­mique. On a dû tout re­faire. À un mo­ment, j’ai presque re­gret­té car en plus, est ar­ri­vé le krach bour­sier. » Mais les pe­tites struc­tures comme An­tis sont tou­jours plus promptes à ré­agir et à al­ler dans la bonne di­rec­tion. « On ne connais­sait presque rien à la moto mais on a réa­li­sé que les mo­tards n’avaient pas en­vie de mettre des chaus­sures trop tech­niques et trop voyantes pour al­ler au bou­lot, dit Lui­sa Vi­sen­tin, di­rec­trice du mar­ke­ting et ar­ti­san de la re­lance. Ain­si, en 2010, nous avons pré­sen­té la Nor­wich, la pre­mière bas­ket moto avec pro­tec­tions, se­melles en ca­ou­tchouc et look mode. Son suc­cès, on l’a me­su­ré lors­qu’on a consta­té avec quelle rapidité les autres marques nous ont copiés ! »

100 % ita­lienne mais pas made in Ita­ly

Les bas­kets comme les Iron, avec le cuir gris as­pect acier, res­tent tou­jours les ve­dettes de la gamme Stylmartin, qui compte entre 50 et 60 mo­dèles. Mais Lui­sa a eu une autre in­tui­tion qui a dé­fi­ni­ti­ve­ment as­sis la ré­pu­ta­tion de la marque : les bottes néo-clas­siques comme les In­dian, style mi­li­taire, ou les Ox­ford, plus bri­tish. Sans ou­blier les Con­ti­nen­tal, des bottes off-road an­nées 80, qui re­prennent un mo­dèle ori­gi­nal d’il y a trente ans. In­utile de vous dire qu’on se les ar­rache sur des évé­ne­ments style Wheels & Waves ! Pen­dant qu’il nous parle, Bi­not­to tri­ture quelques chaus­sures his­to­riques. Les réunir a été une aven­ture dans l’aven­ture. « Mar­ti­naz­zo n’avait presque rien lais­sé. J’ai re­trou­vé d’an­ciens mo­dèles, en cher­chant dans les fonds des ma­ga­sins et dans des en­tre­pôts en Ita­lie, di­rec­te­ment au­près des mo­tards de la ré­gion, ou en les ache­tant sur In­ter­net… Les bottes ra­cing blanches m’ont été prê­tées par un an­cien pi­lote, et les John Ko­cins­ki viennent de chez un bro­can­teur du Ca­na­da ! » À Mon­te­bel­lu­na, Stylmartin a un pe­tit bu­reau de Re­cherche et Dé­ve­lop­pe­ment, la mo­dé­li­sa­tion et le stock. Si la concep­tion est 100 % ita­lienne, on ne peut ce­pen­dant pas par­ler de « made in Ita­ly » car la pro­duc­tion est dé­lo­ca­li­sée en Slo­va­quie où An­tis pos­sède sa propre usine. « Après dix ans d’ac­ti­vi­té, je peux dire que l’on s’en est bien sor­ti. De 800 bottes ven­dues en 2007, Stylmartin est pas­sé à 40 000 paires par an, pour un chiffre d’af­faires d’en­vi­ron trois mil­lions d’eu­ros et au­jourd’hui, je ne re­ven­drai la marque pour rien au monde. J’ai trop ga­lé­ré et in­ves­ti trop de moi dans cette so­cié­té. »

« ON A ME­SU­RÉ NOTRE SUC­CÈS À LA RAPIDITÉ AVEC LA­QUELLE LES AUTRES MARQUES NOUS ONT COPIÉS ! »

1- Au­jourd’hui, chez Stylmartin, il y en a pour tous les goûts. 2- Pour ré­sis­ter aux chutes et aux in­tem­pé­ries, le cuir doit être soi­gneu­se­ment sé­lec­tion­né. 3- Dans les an­nées 90, le pi­lote amé­ri­cain John Ko­cins­ky por­tait ce type de bottes. 4- À gauche, u

1- Avec Stylmartin, Ed­die Law­son a rem­por­té 4 titres de cham­pion du monde dans les an­nées 80. 2- Au­jourd’hui, les bottes In­dian surfent sur la vague néo-ré­tro en ma­riant tech­no­lo­gie et tra­di­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.