Cette an­née, les fils de Mike Hail­wood et de Bar­ry Sheene étaient de la « par­ty ».

Fin juin, dans le sud de l’an­gle­terre, se tient l’évé­ne­ment mé­ca­nique le plus haut de gamme de la pla­nète : le Goodwood Fes­ti­val of Speed. Cette an­née, les fils de Mike Hail­wood et de Bar­ry Sheene étaient de la « par­ty ».

Moto Revue Classic - - Sommaire - Texte et pho­tos : Mi­chaël Le­vi­vier

Ce dont je rê­vais en créant le Fes­ti­val of Speed, c’était de re­trou­ver l’at­mo­sphère par­ti­cu­lière des courses avec mon grand-père sur le Mo­tor Cir­cuit de Goodwood, ex­plique Charles Gor­don Len­nox, un aris­to­crate an­glais qui ac­cueille sur son do­maine cette ma­ni­fes­ta­tion unique au monde. Plus que tout, je vou­lais que les gens passent une jour­née ex­cep­tion­nelle, une jour­née dont ils se sou­vien­draient. Bien sûr, l’évé­ne­ment s’est consi­dé­ra­ble­ment dé­ve­lop­pé, mais je pense que nous avons réus­si à conser­ver l’es­prit ori­gi­nal et à of­frir au pu­blic une ex­pé­rience unique, qu’il ne peut trou­ver nulle part ailleurs. » Si­tué au sud-est de l’an­gle­terre, dans le Sus­sex Ouest non loin de Ports­mouth, le do­maine de Goodwood s’étend sur près de 5 000 hec­tares. Tous les ans, Charles Gor­don Len­nox, comte de March et Kin­ra­ra, plus connu sous le nom de Lord March, ré­serve l’en­semble de son do­maine à ce qui se fait de plus beau et de plus cé­lèbre dans les sports mé­ca­niques. Inau­gu­ré le 19 juin 2003, le Fes­ti­val of Speed a re­çu tous les hon­neurs pos­sibles et ima­gi­nables, de la part des plus grands pi­lotes du monde, des construc­teurs et pré­pa­ra­teurs cé­lèbres, mais aus­si du pu­blic. Le tout avec une élé­gance mé­ca­nique et un raf­fi­ne­ment pas­sion­né ty­pi­que­ment bri­tish. « Seuls les Bri­tan­niques pou­vaient or­ga­ni­ser un tel évé­ne­ment, re­con­naît Ma­rio An­dret­ti, cham­pion du monde de For­mule 1 en 1978. Les fans sont si proches et pos­sèdent une telle culture. C’est une ex­pé­rience fan­tas­tique. »

Dé­me­sure et raf­fi­ne­ment

Des somp­tueuses Rolls Royce de 1911 élé­gam­ment sta­tion­nées sur un green an­glais im­pec­cable au pied du châ­teau de Lord March dans le cadre de l’ex­po­si­tion Car­tier, aux Au­di et Porsche ré­cem­ment vic­to­rieuses aux 24 H du Mans, en pas­sant par les Mer­cedes Sim­plex de 1902, à l’énorme Fiat S76 de 1911 et ses 28,5 litres de cy­lin­drée dé­ve­lop­pant dé­jà 300 che­vaux et qui prit 186 km/h cette même an­née sur l’an­neau de Brook­lands, sans ou­blier les in­nom­brables Fer­ra­ri ve­nues cé­lé­brer les 70 ans de la marque, la F1 Honda RA 300 de 1967 pi­lo­tée à l’époque par le re­gret­té John Sur­tees et l’im­po­sante sculp­ture d’acier qui lance dans le ciel cinq For­mule 1, une oeuvre gi­gan­tesque mais éphé­mère éri­gée le temps du fes­ti­val pour cé­lé­brer la car­rière de Ber­nie Ec­cles­tone, le grand ma­ni­tou de la F1… et an­cien pi­lote de moto ! Le FOS de Goodwood, comme on l’ap­pelle, verse avec élé­gance dans une dé­me­sure unique. Im­pos­sible, même quand on est avant tout pas­sion­né de mo­tos, de ne pas tom­ber sous le charme et en ex­tase de­vant un tel ras­sem­ble­ment mé­ca­nique. Car il faut bien le re­con­naître, le Fes­ti­val of Speed de Goodwood est consa­cré à 90 % à l’automobile ; mais les 10 % qui res­tent pour la moto sont exceptionnels, tant

par les pi­lotes que par les ma­chines. Pour la ré­tros­pec­tive Joey Dun­lop (26 vic­toires au TT) au tra­vers de ces mo­tos de courses, Honda avait en­voyé de­puis son Collection Hall de Mo­te­gi au Ja­pon la VTR 1000 SP1 avec la­quelle il rem­por­ta sa der­nière vic­toire au TT en 2000, en ca­té­go­rie For­mu­la One. Et ses ne­veux, William et Mi­chael (15 vic­toires au TT et re­cord­man du tour), étaient de la fête. Honda, cé­lé­brait éga­le­ment les 25 ans de la CBR 900 RR Fi­re­blade avec une ré­tros­pec­tive des prin­ci­pales évo­lu­tions, tan­dis qu’une piste tout­ter­rain per­met­tait au pu­blic de tester les mo­tos d’en­du­ro et la nou­velle Afri­ca Twin. De nom­breuses BMW étaient éga­le­ment pré­sentes, pi­lo­tées par des poin­tures tels que Troy Cor­ser (double cham­pion du monde SBK) et le Fran­çais Ken­ny Fo­ray (cham­pion du monde d’en­du­rance). Au me­nu des cé­lé­bri­tés, on comp­tait aus­si quelques des­cen­dants de cham­pions en la pré­sence de Fred­die Sheene, le fils de Bar­ry, qui pi­lo­tait une GSX-R 1000 aux cou­leurs de son père et Dave Hail­wood, le fils de Mike, au gui­don de la Du­ca­ti 900 SS que son père em­me­na à la vic­toire à l’île de Man pour son re­tour à la course moto en 1978 : « C’est la ma­chine d’un col­lec­tion­neur amé­ri­cain qui me l’a très gen­ti­ment prê­tée et qu’il a en­voyée de­puis les USA pour rou­ler ici. Elle n’est pas très puis­sante mais très phy­sique à conduire. J’avais dé­jà rou­lé ici il y a douze ans, et j’ap­pré­cie vrai­ment l’at­mo­sphère de pas­sion qui se dé­gage à Goodwood. » Par­mi les pé­pites à deux roues qui s’at­ta­quaient à la mon­tée de Goodwood – les dé­mos ne se font pas sur un cir­cuit fer­mé mais sur une course de côte qui grimpe au som­met du do­maine de­puis le­quel on aper­çoit la mer – le pu­blic pou­vait aus­si ad­mi­rer l’in­croyable Honda RC116 de 1966 dont le twin de 50 cm3 dé­ve­loppe 16 che­vaux à 21 500 tr/min. À son gui­don, le fi­li­forme Stuart Gra­ham, pi­lote de GP moto dans les an­nées 1960, et qui condui­sait aus­si la Honda RA 300 de For­mule 1. Un homme émi­nem­ment sym­pa­thique et dont on pou­vait sen­tir la joie simple de dis­cu­ter moto et pilotage as­sis sur le ga­zon de la pré-grille avec Gia­co­mo Agos­ti­ni. Et quel plai­sir de voir évo­luer le sé­millant Sam­my Miller – 84 ans ! – au gui­don d’une BMW Renn­sport de 1954. Bref, vous l’au­rez com­pris, au Fes­ti­val of Speed de Goodwood, la moto, c’est la ce­rise sur le gâ­teau automobile. Mais quelle ce­rise !

90 % SONT CONSACRÉS À L’AUTOMOBILE, MAIS LES 10 % QUI RES­TENT POUR LA MOTO SONT EXCEPTIONNELS

Fred­die Spen­cer sur une MV Agus­ta 500-4 et Stuart Gra­ham sur la Nor­ton 500 Manx Type F (mo­teur ho­ri­zon­tal) vous sa­luent bien !

1- La Honda 50 RC 116 de 1966 pi­lo­tée par Stuart Gra­ham. 2- La Lam­bret­ta Si­lu­ro, une 50 cm3 de re­cords, en ac­tion. 3- La side-ca­riste fin­lan­daise Kir­si Kai­nu­lai­nen est fan d’ago. 4- Fred­die Sheene, le fils de Bar­ry, a rou­lé sur une Su­zu­ki.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.