MV AGUS­TA F4 ORO

#

Moto Revue Classic - - Sommaire - Texte : Ch­ris­tophe Gaime – Pho­tos : Pe­ter Wi­cked

Com­mer­cia­li­sée il y a presque 20 ans, la MV 750 F4 a fait rê­ver toute une gé­né­ra­tion.

Com­mer­cia­li­sée il y a qua­si­ment 20 ans, la MV 750 F4 a fait rê­ver toute une gé­né­ra­tion de mo­tards. Quant à la sé­rie li­mi­tée Oro, elle était ré­ser­vée à une élite...

C’ est le 15 sep­tembre 1997 que la pre­mière MV Agus­ta 750 F4 est dé­voi­lée au pu­blic en grande pompe par Gia­co­mo Agos­ti­ni en pré­sence de Clau­dio Cas­ti­glio­ni, pa­tron du groupe Ca­gi­va et pro­prié­taire de la marque ita­lienne, et du comte Ric­car­do Agus­ta, hé­ri­tier du comte Do­me­ni­co Agus­ta, créa­teur de la marque après la Se­conde Guerre mon­diale. Avant d’en ar­ri­ver là, Clau­dio Cas­ti­glio­ni, as­so­cié à l’époque à son frère Gian­fran­co, a dû ra­che­ter le nom en 1991 puis faire plan­cher ses in­gé­nieurs sur le fan­tas­tique pro­jet de faire re­naître la plus pres­ti­gieuse des marques de mo­tos ita­liennes, celle que l’on peut com­pa­rer à Fer­ra­ri en termes de pal­ma­rès spor­tif. À l’époque, le groupe Ca­gi­va ras­semble les marques Hus­q­var­na, Mo­ri­ni et Du­ca­ti. En 1994, avec cette der­nière, Cas­ti­glio­ni a dé­jà dé­frayé la chro­nique en com­mer­cia­li­sant la 916, une su­per­bike des­si­née par Mas­si­mo Tam­bu­ri­ni, un des créa­teurs de Bi­mo­ta (voir MR Clas­sic n° 100). À l’époque, per­sonne ne pen­sait que l’on pou­vait faire mieux en termes de de­si­gn. Concer­nant la nou­velle MV, un pre­mier mo­dèle voit le jour en col­la­bo­ra­tion avec Fer­ra­ri et il est bap­ti­sé F4, en hom­mage à la firme de Maranello qui fait l’ob­jet d’un vé­ri­table culte en Ita­lie. À cette époque, le mo­teur est mon­té dans une par­tie-cycle en alu­mi­nium de Ca­gi­va 500 de Grands Prix. Mais Fer­ra­ri se re­tire suite à des di­ver­gences avec Ca­gi­va et c’est donc tout na­tu­rel­le­ment que Cas­ti­glio­ni se tourne vers Tam­bu­ri­ni pour créer la fu­ture quatre-cy­lindres ita­lienne, du moins pour la par­tie-cycle et le de­si­gn. Pour le mo­teur, il fait ap­pel à An­drea Gog­gi qui s’oc­cu­pait au­pa­ra­vant des Ca­gi­va 500 de Grands Prix.

Cas­ti­glio­ni veut frap­per un grand coup

Ce­pen­dant, tan­dis que les tech­ni­ciens tra­vaillent sur leur planche à des­sin, les fi­nances du groupe Ca­gi­va sont dans le rouge – sans mau­vais jeu de mots. Qu’à ce­la ne tienne, en 1996, Cas­ti­glio­ni vend la marque Du­ca­ti à un fonds de pen­sion amé­ri­cain, ce qui per­met de pour­suivre se­rei­ne­ment le pro­jet F4. Si, comme on l’a vu, la pre­mière mo­to est

LE PRE­MIER MO­DÈLE, RÉA­LI­SÉ EN COL­LA­BO­RA­TION AVEC FER­RA­RI, EST BAP­TI­SÉ F4, EN HOM­MAGE À LA FIRME DE MARANELLO

pré­sen­tée à l’au­tomne 1997, la pro­duc­tion prend du re­tard et ne dé­bute qu’au prin­temps 1999. Pour faire ou­blier ce contre­temps, il faut frap­per un grand coup. Cas­ti­glio­ni an­nonce qu’une sé­rie li­mi­tée bap­ti­sée Oro se­ra pro­po­sée aux 300 pre­miers clients. Cette ver­sion se dif­fé­ren­cie de la sé­rie Strada par ses jantes, ses pla­tines la­té­rales, son bras os­cil­lant en magnésium, des garde-boue en car­bone et une plaque in­di­quant le nu­mé­ro de la mac­hine. Pe­tit dé­tail, pour s’of­frir ce bi­jou, il faut dé­bour­ser 253 000 F (38 567 €), à com­pa­rer aux presque 120 000 F de la F4 Strada.

Les F4 n’au­ront pas eu le temps de briller sur cir­cuit

Un prix dé­jà consi­dé­rable puisque pour com­pa­rai­son, en 1999, une Su­zu­ki GSX-R 750 coûte un peu moins de 66 000 F. D’au­tant qu’à part le car­bone et le magnésium, pour le reste, tout est par­fai­te­ment iden­tique sur les ver­sions Oro et Strada. Le quatre-cy­lindres en ligne de 750 cm3 dé­ve­loppe 126 che­vaux à 12 500 tr/min et le cadre est un treillis en acier tu­bu­laire, si­gna­ture de Tam­bu­ri­ni. Ah si tout de même, grâce à l’uti­li­sa­tion du magnésium, la Oro af­fiche quelques ki­los de moins que la Strada sur la ba­lance. Ajou­tons que les « grands de ce monde », comme Bill Gates ou le roi Juan Car­los, avaient droit à leur nom gra­vé sur la plaque por­tant le nu­mé­ro de la mo­to. Gia­co­mo Agos­ti­ni aus­si, mais lui était l’am­bas­sa­deur de la marque dans le monde et sur­tout, il était pré­vu qu’il de­vienne team ma­na­ger de la fu­ture équipe de MV Agus­ta en cham­pion­nat du monde Su­per­bike. Il avait d’ailleurs oc­cu­pé les mêmes fonc­tions en Grands Prix 500 pour Ca­gi­va au dé­but des an­nées 90, avec un cer­tain suc­cès. Sauf que les pro­blèmes fi­nan­ciers ré­cur­rents de la marque n’ont pas per­mis de voir rou­ler les mo­tos rouge et grise sur cir­cuit où elles au­raient pour­tant pu briller. Par la suite, la MV 750 F4 a été dé­cli­née en de mul­tiples ver­sions avant d’être ré­alé­sée à 1 000 cm3 en 2005. En­fin, en 2010, un tout nou­veau mo­dèle de F4, tou­jours en 1 000 cm3, a été com­mer­cia­li­sé. En avril 2017, à l’oc­ca­sion d’une vente aux en­chères or­ga­ni­sée par Bon­hams, la MV 750 F4 Oro n° 8 neuve et en­core en caisse a été ven­due 41 328 €, pas très loin de son prix de vente de l’époque… ❖

À PART LE CAR­BONE ET LE MAGNÉSIUM, TOUT EST IDEN­TIQUE SUR LES VER­SIONS ORO ET STRADA

1

2

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.