LA COURSE

Exit les an­glaises et les al­le­mandes, quelques rares ita­liennes ré­sistent en­core, les ja­po­naises de la fin des an­nées 80 ont pris l’as­cen­dant sur le Bol d’or Clas­sic. L’oc­ca­sion de ra­jeu­nir les équi­pages et d’en­ga­ger les dis­cus­sions entre les gé­né­ra­tions.

Moto Revue Classic - - Événement - Texte : Zef Enault – Pho­tos : Alexandre Kras­sovs­ky

Une simple ba­lade le jeu­di dans le pad­dock du Bol d’or Clas­sic suf­fi­sait à se rendre de compte d’une mu­ta­tion amor­cée voi­ci deux ans. Elle s’est confir­mée cette an­née : les Post-clas­sic ont lar­ge­ment pris le des­sus. Par­mi les équi­pages qua­li­fiés pour la course à l’is­sue des es­sais du ven­dre­di, on en comp­tait vingt en Clas­sic, pour soixante-deux par­tants. En 2015, la pro­por­tion était de vingt-neuf mo­tos en Pré-clas­sic et Clas­sic pour dix-huit en Post-clas­sic. Pour rap­pel, les Clas­sic sont des mo­tos pro­duites avant 1983, quand les Post-clas­sic sont com­prises entre 1984 et 1991. Ce raz-de-ma­rée de « mo­dernes » (elles ont tout de même vingt-sept ans pour les plus ré­centes) a éga­le­ment ra­jeu­ni la po­pu­la­tion de pi­lotes. Il n’est plus rare de voir des moins de trente ans ve­nir se frot­ter aux an­ciennes gloires de l’en­du­rance ou aux ama­teurs aguer­ris de la mo­to clas­sique.

On se se­rait cru au dé­part d’une course de SBK en 1990

Cette bi­gar­rure ré­jouit, puisque c’est ain­si que se trans­met la culture mo­to, l’ex­pé­rience, et c’est sa­vou­reux d’en­tendre les aî­nés res­sor­tir les anec­dotes d’une autre époque. De voir les yeux des plus jeunes s’écar­quiller d’ap­prendre que jus­qu’en 1982, les courses de 24 heures se cou­raient à seule­ment deux pi­lotes. Et les autres de sou­rire sour­noi­se­ment puis d’en re­mettre une couche : « At­tends, il y a mieux ! Avant 1954, les pi­lotes cou­raient seuls le Bol d’or, l’unique épreuve de 24 heures ! » Et de rire gras­se­ment. On se gausse du poids « en­clu­mesque » des mo­tos des an­nées 70, des pad­docks de l’époque, convi­viaux mais pa­reils à des places de mar­ché avec des vieux ba­huts dans tous les sens… Les jeunes s’en­dorment en­suite ré­con­for­tés à l’idée que le len­de­main, ils pren­dront la piste au gui­don de leur Su­zu­ki GSX-R ou

Ka­wa­sa­ki ZXR 750 avec des slicks neufs cou­vés sous des cou­ver­tures chauf­fantes, des sus­pen­sions et des freins mo­dernes… Dès la pre­mière séance d’es­sais qua­lif’, les re­cords ont été pul­vé­ri­sés. Grâce à quelques lé­gères mo­di­fi­ca­tions du tra­cé du cir­cuit Paul-ri­card – dont la ma­jeure concerne le vi­rage à gauche qui suit le Beaus­set, nom­mé vi­rage de Ben­dor. Tout le monde es­time le gain de temps à au moins deux se­condes. Le meilleur chro­no l’an­née der­nière était de 2’09’’7, Gré­go­ry Fas­tré, pi­lote belge du Mon­dial d’en­du­rance et en­ga­gé au Bol d’or Clas­sic avec le team Force, a fait cla­quer un 2’09’’1, sui­vi le len­de­main d’un 2’07’’5 (à deux se­condes du temps du der­nier qua­li­fié au Bol d’or, sur une Kawa ZX-10R !). Gré­go­ry et son co­équi­pier Bru­no Le Bi­han re­vêtent dès lors les ha­bits de fa­vo­ris. Le pre­mier ne ta­rit pas d’éloges à pro­pos de sa Su­zu­ki GSX 1100 n° 56. « Cette mo­to est gé­niale, tout le monde rou­le­rait vite à son gui­don ! Elle est en­ga­gée en 1100 cm3 mais en réa­li­té, c’est un bas mo­teur de 750 cm3 avec des cy­lindres ré­alé­sés en 900 cm3, pour conser­ver de la per­for­mance mais ga­gner en ma­nia­bi­li­té. Le vi­le­bre­quin, plus lé­ger que le 1100, em­mène moins la mo­to vers l’ex­té­rieur à la ré­ac­ca­lé­ra­tion. » Le team belge Force do­mine de­puis quelques an­nées les courses d’en­du­rance de mo­tos an­ciennes avec sa Su­zu­ki. Son mo­teur, en­ser­ré dans un cadre Har­ris re­vu par l’équipe, est pré­pa­ré par Al­stare, l’an­cien team du cham­pion­nat du monde Su­per­bike. Der­rière la n° 56, on re­trouve un autre team belge, Dhol­da Ra­cing, qui fait cou­rir une Hon­da RC 30 af­fû­tée, em­me­née par un Mer­tens – mais pas le cé­lèbre Sté­phane. Gian Mer­tens s’illustre de­puis peu en an­ciennes, aux cô­tés d’yves Bol­laerts. Au troi­sième rang, une Ya­ma­ha OW 01 an­glaise, pi­lo­tée par Jo­na­than Lodge et Ste­ven Neate, puis une autre RC 30, an­glaise aus­si, em­me­née par la star du Tou­rist Tro­phy James Hillier et Ste­phen Haith. On se se­rait alors cru au dé­part d’une course de Su­per­bike de 1990… La pre­mière Clas­sic est, comme sou­vent, la Ja­pau­to du Po­wer Ra­cing Team, qui réus­sit à ne poin­ter qu’à deux se­condes du meilleur temps avec des jantes de 18 pouces et un lourd cadre en tubes d’acier. L’em­prise de la ca­té­go­rie Post-clas­sic semble donc dé­fi­ni­tive. Pre­mière manche de nuit, dé­part à 20 h 50 le ven­dre­di soir, et sor­tie du pre­mier sa­fe­ty car quelques mi­nutes plus tard seule­ment. Après quelques tours, la com­pé­ti­tion re­prend. On at­ten­dait la Su­zu­ki n° 56, c’est d’abord la RC 30 n° 111 pi­lo­tée par James Hillier qui s’illustre, sui­vie de deux Ka­wa­sa­ki ZXR, celles du team Hampe Ra­cing

LES MOINS DE 30 ANS VIENNENT DÉ­SOR­MAIS SE FROT­TER AUX AN­CIENNES GLOIRES DE L’EN­DU­RANCE

(Ni­co­las de Dieu­le­veult et Ch­ris­tophe Charles-ar­tigues) et du team Ei­sen (Vincent Ei­sen et Bap­tiste Gi­gon). Mais Gré­go­ry Fas­tré ne se mé­nage pas pour re­mon­ter en tête, cla­quant un fa­bu­leux 2’07’’0 en pleine nuit ! Avant de de­voir pous­ser un long mo­ment pour ren­trer en panne aux stands. Bru­no Le Bi­han prend alors son re­lais mais la Su­zu­ki ne va pas au bout… Et la Ka­wa­sa­ki de Hampe Ra­cing s’im­pose de­vant l’autre ZXR du team Ei­sen. La RC 30 belge de Dhol­da Ra­cing com­plète ce pre­mier po­dium. Mais la Ja­pau­to, qua­trième, n’était pas loin.

L’an­née pro­chaine, le nombre de Clas­sic pour­rait di­mi­nuer

Re­vanche le len­de­main ma­tin, à 8 h 30. Le so­leil est ti­mide, la piste un peu froide… Et le stand de la Su­zu­ki du team Force vide. La courte nuit n’a pas suf­fi à la ré­pa­rer. La lutte s’en­gage alors entre les trois équi­pages du po­dium de la veille. Cette fois, c’est le team Ei­sen qui l’em­porte. Vincent, an­cien cham­pion de France Pro­mo­sport 250 et vi­ce­cham­pion de France Open 250, ac­teur fa­rouche de la CB 500 Cup en 1996 avec Sé­bas­tien Char­pen­tier, s’est dé­chaî­né au gui­don d’une ZXR 750 qui dis­po­sait d’un kit spé­cial 800 cm3 (dont le ré­glage a po­sé de mul­tiples pro­blèmes aux es­sais). Avec un meilleur tour en 2’07’’1, il a éga­lé le temps de Gré­go­ry Fas­tré et a se­mé la RC 30 du team Dhol­da Ra­cing. Lo­gi­que­ment, avec une se­conde place et une vic­toire, Vincent Ei­sen et Bap­tiste Gi­gon gagnent la ca­té­go­rie Post-clas­sic. Le team fa­mi­lial ne cache pas sa joie, une heure plus tard dans le pad­dock, dé­bou­chant force bou­teilles et im­mor­ta­li­sant l’ins­tant près de leur grande tente blanche. En Clas­sic, c’est la Ja­pau­to de Jau­bert et Sauve qui s’im­pose et em­porte donc ce 16e Bol se­lon la règle ins­tau­rée par l’or­ga­ni­sa­teur. L’an­née pro­chaine, il ne se­rait ce­pen­dant pas sur­pre­nant de voir en­core le nombre de Clas­sic di­mi­nuer. En es­pé­rant voir plus de mo­tos ita­liennes en Post-clas­sic, une Du­ca­ti 888 bien af­fû­tée ou une Mo­to Guz­zi Mo­to Bel pour­rait ti­rer son épingle du jeu car, tou­jours se­lon l’or­ga­ni­sa­teur, l’an­née pro­chaine, la cy­lin­drée de­vrait être li­mi­tée à 750 cm3 pour les qua­tre­cy­lindres mais libre pour les twins et les Clas­sic. De quoi lais­ser aus­si un peu d’es­poir à ces der­nières. À suivre. ❖

1- Les deux Su­zu­ki GSX-R des teams Phase One (n° 3) et Hol­land Mo­tor Sport (n° 24) de­vancent ici la Bi­mo­ta du team Scu­de­ria, signe des temps... 2- La Hon­da RC 30 de Clas­sic Ra­cer Nice a connu quelques dé­boires en pre­mière manche. Elle est tout de même re­par­tie mais a fi­ni der­nière. 3- Le team ita­lien Tau­rus (n° 44) a ré­col­té moins de suc­cès qu’à l’ac­cou­tu­mée, ter­mi­nant 11e en pre­mière manche puis 8e dans la se­conde. 4- Sté­phane Mer­tens était en­ga­gé sur la Hon­da RC 30 du team Bike, comme à la belle époque.

1- La RC 30 du team belge Dhol­da Ra­cing a fê­té de belle ma­nière le tren­tième an­ni­ver­saire de la Hon­da, à la troi­sième place de ce Bol d’or Clas­sic. 2- Les Nor­mands du team Ma­gic Box ont sé­rieu­se­ment pro­gres­sé cette an­née avec leur Kawa ZXR 750 en se clas­sant 13e au gé­né­ral. 3- Le nou­veau re­vê­te­ment du cir­cuit Paul-ri­card n’a pas éli­mi­né les nom­breuses bosses de son tra­cé, pro­vo­quées par les au­to­mo­biles.

4- On dit que le qua­trième est le pre­mier per­dant... La Su­zu­ki n° 177 du team No­cki Clas­sic Team a tout de même fait bonne fi­gure. 5- Vincent Ei­sen et Bap­tiste Gi­gon sont sur la plus haute marche de ce po­dium 2018, bra­vo !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.