Dans le cas du tra­vail de l’alu­mi­nium. »

Moto Revue - - Mag Le Cadre Acier Tubulaire -

Ef­fec­ti­ve­ment, dans un seul et même élé­ment mou­lé ou de­puis n’im­porte quel bloc d’alu­mi­nium, il est per­mis d’usi­ner à loi­sir jus­qu’à ob­te­nir une fonc­tion por­teuse, tout en in­té­grant, par exemple, les sup­ports re­po­se­pieds, les alé­sages pour les axes mo­teur, les an­crages pour l’amor­tis­seur, le treillis ar­rière, la fixa­tion du ré­ser­voir, etc. Et Sylvain As­sa­lit de pré­ci­ser : « Entre éga­le­ment en consi­dé­ra­tion l’étude de poids dic­té par le mo­dule de Young, sa­chant que la masse vo­lu­mique de l’acier est d’en­vi­ron 7 800 kg/m3 et de 2 700 kg/m3 pour l’alu­mi­nium. » Le mo­dule de Young, ké­sa­co ? Eh bien, il s’agit de la constante élas­tique liant la contrainte à la dé­for­ma­tion d’un ma­té­riau. Il s’ex­prime en MPa (me­ga­pas­cals). Et que nous ré­vèle le mo­dule de Young ? Qu’à sec­tion égale, l’alu­mi­nium est trois fois moins ri­gide et ré­sis­tant à la rup­ture que l’acier. Ré­sul­tat, à ri­gi­di­té égale, le cadre alu­mi­nium est plus lourd que son ho­mo­logue en acier ! Voyez l’exemple ci­té en en­ca­dré et réa­li­sée au­tour d’un twin Des­mo­due Du­ca­ti 1100 cm3, entre une réa­li­sa­tion treillis alu­mi­nium Pie­ro­bon, com­pa­ra­ti­ve­ment à celle de Jean-Fran­çois Ro­bert en acier pour sa Road­son 1078 R. Ré­sul­tat : 6,3 kg pour la réa­li­sa­tion en alu­mi­nium, 5,5 kg pour celle en acier. Élo­quent n’est-ce pas ? Concer­nant les cadres pé­ri­mé­triques en alu­mi­nium, plu­tôt flat­teurs à l’oeil et lar­ge­ment ré­pan­dus, ceux-ci tirent leur rap­port ri­gi­di­té/résistance grâce à l’uti­li­sa­tion de poutres à forte sec­tion et non pas de l’épais­seur de celles-ci. Mais l’in­dus­tria­li­sa­tion pèse lourd, comme nous le rap­pelle JeanF­ran­çois Ro­bert : « Un cadre alu­mi­nium de sé­rie, gé­né­ra­le­ment consti­tué avec des pièces de fon­de­rie, c’est lourd. Concer­nant ce­lui que l’on pour­rait consi­dé­rer tel un cadre alu­mi­nium “de luxe” avec pièces taillées dans la masse, c’est dé­jà mieux. Quoi qu’il en soit, quand tu ob­serves un cadre treillis acier bien réa­li­sé, ques­tion rap­port poids/ri­gi­di­té, tu constates qu’il est aus­si bon qu’un pé­ri­mé­trique en alu.

Il est même plu­tôt meilleur. » La construc­tion pé­ri­mé­trique avec poutres en acier existe éga­le­ment mais on la re­trouve plus gé­né­ra­le­ment du fait des contraintes de coût et des exi­gences mar­ke­ting re­la­tives aux pe­tites cy­lin­drées, c’est-à-dire dans un sec­teur où le look prend le pas sur la tech­ni­ci­té. Car en ef­fet, pour réa­li­ser un pé­ri­mé­trique double poutre en acier ef­fi­cace et lé­ger, il convient de re­cou­rir à des tôles de très faible épais­seur et à un as­sem­blage to­tal du cadre de type mé­ca­no-sou­dé. Un en­semble sû­re­ment ef­fi­cace mais très ex­po­sé et sen­sible aux chocs. Pour les 50 et 125 cm3 de grande pro­duc­tion, les tôles sont plu­tôt épaisses pour pou­voir être sou­dées à d’autres par­ties usi­nées dans un bloc d’acier (co­lonne de di­rec­tion par exemple). On se sou­vient éga­le­ment des Ya­ma­ha FZR 600 R et YZF 600 R Thun­der­cat (1994-1998) qui étren­naient un cadre Del­ta­box tout acier dont le poids dé­pas­sait lar­ge­ment les 25 ki­los, quand ce­lui de la R1 der­nière gé­né­ra­tion se tient dans les 12 ki­los ! Mais fi­na­le­ment, les atouts de la construc­tion en tubes d’acier ne s’ar­rêtent pas au rap­port poids/ri­gi­di­té. Pre­nons comme cri­tère ce­lui de l’en­com­bre­ment et l’exemple criant des Ka­wa­sa­ki H2 et H2R. Vu les gé­né­reuses cotes ex­té­rieures du 4-cy­lindres en ligne avec son com­pres­seur cen­tri­fuge, s’il avait fal­lu conce­voir un pé­ri­mé­trique alu­mi­nium pour l’ac­cueillir, la mo­to se­rait tout sim­ple­ment de­ve­nue énorme pour une er­go­no­mie et un ni­veau de ma­nia­bi­li­té mi­nables. Sans en­trer dans les dé­tails, un des­crip­tif Ka­wa­sa­ki nous dit : « L’ob­jec­tif prin­ci­pal était aus­si de pou­voir ma­noeu­vrer en sta­tique comme de se dé­pla­cer fa­ci­le­ment à faible et moyenne vi­tesses en si­tua­tion ur­baine. C’est pour­quoi les concep­teurs de Ka­wa­sa­ki ont chan­gé le cadre, pour amé­lio­rer l’agi­li­té et fa­ci­li­ter les ma­noeuvres. » Mais ce n’est pas tout puisque ce type de construc­tion ap­porte en plus une double uti­li­té : l’ac­ces­si­bi­li­té et la ven­ti­la­tion. Eh oui, les grosses poutres alu­mi­nium

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.