Le prix de la bou­che­rie

Moto Revue - - Mag Millevaches 2016 -

• 54 litres de SP 98 (600 bornes,

elle consomme mé­mère !) : 77,22 € • 1 litre d’huile 2-temps : 6,50 € • Bouffe et pi­cole pour le week-end : 45 € • 2 ins­crip­tions : 20 € • 1 boîte de Do­li­prane : 2,10 € • 1 boîte de Spas­fon : 1,33 € • 2 ca­fés sur la route : 2,50 € • Rou­ler en MZ : ça n’a pas de prix • To­tal : 154,63 € Quelques as­tuces de sur­vie : sous-vê­te­ments chauds en des­sous, vê­te­ments de pluie au-des­sus pour cou­per du froid. S’ar­mer d’un rou­leau de PQ, d’une bonne carte, de sacs-pou­belles à mettre par-des­sus les bottes en cas de pluie. Évi­ter de par­tir avec une gas­tro, pré­voir des pauses pour se ré­chauf­fer, un bri­quet et du jour­nal pour al­lu­mer le pre­mier feu, un truc li­quide ou so­lide à dé­gus­ter avec les co­pains, et un bon re­père pour re­trou­ver sa tente au beau mi­lieu de la nuit, une fois qu’on a bien tout goû­té...

68 berges, ve­nu sur une 125 TS (la même que moi mais en pire), le bé­ret sur la tête, et des sou­ve­nirs pleins la barbe. Du pre­mier side-car cross construit de ses mains au 500 CR at­te­lé EML, Pé­père nous a ra­con­té ses quelques ex­pé­riences mé­ca­niques, et cer­taines tranches de sa vie. No­tam­ment la pre­mière fois qu’il a fait une de­mande pour tou­cher le chô­mage à plus de 60 ans, qu’il s’est vu re­fu­sée… tout sim­ple­ment parce qu’il de­vait être en re­traite de­puis deux ans ! J’ai lais­sé au fran­gin les ex­pé­riences al­coo­liques, re­po­sant mon foie pour mieux tendre les oreilles et me lais­ser ber­cer par ces his­toires ma­giques. Pé­père n’a ja­mais eu le per­mis A, mais il a fait de la mo­to toute sa vie. Et il est là, phi­lo­sophe, sur une pé­toire fu­mante à faire cla­quer la maire Hi­dal­go, sou­riant avec ses amis. Un per­son­nage par­mi les 2 500 cam­peurs ve­nus sous les étoiles li­mou­sines, main­te­nant pé­tantes et ma­gni­fiques, de cette nuit sans am­poule. Mais pas sans lu­mière. La suite n’est presque plus grand-chose. Une nuit pas chaude dans un du­vet pro­tec­teur, une longue hé­si­ta­tion avant de sor­tir de la tente au ré­veil, et puis la fuite. On re­plie le mer­dier en se de­man­dant comment ça te­nait à l’al­ler, on tremble un peu pour sa­voir si ça va re­dé­mar­rer, et on fait la bise à tous avant de re­prendre la route. La route, cette route. Parce que dans un week-end comme ça, elle n’est pas qu’un moyen. Elle n’est pas non plus l’ob­jec­tif. Elle fait par­tie du tout, elle est à nous, elle est ce voyage, mi­nus­cule sur une carte, mais qu’il est pos­sible d’abor­der de tel­le­ment de fa­çons dif­fé­rentes… Alors, en mon­tant en fa­mille sur cette rus­tique teu­tonne, en re­trou­vant un peu de cha­leur et de convi­via­li­té dans un coin de France pré­ser­vé du bé­ton, ça sen­tait, dans la fu­mée des feux de camp et les ron­delles de sau­cis­son, le re­tour aux sources. D’ailleurs, ha­sard de l’his­toire, c’est pré­ci­sé­ment ce que veut dire Mille­vaches, en pa­tois, Mille Va­ca : les Milles Sources…

4

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.