« Il fal­lait sé­cu­ri­ser Cal »

Moto Revue - - Mag -

Après avoir fait croire qu’il pour­rait re­tour­ner chez Du­ca­ti ou al­ler chez Apri­lia, Cal Crut­chlow a fi­na­le­ment rem­pi­lé pour deux nou­velles sai­sons avec le team LCR. Es-tu sou­la­gé ?

C’est une bonne nou­velle pour nous. C’était im­por­tant de pou­voir sé­cu­ri­ser Cal, qui est au­jourd’hui l’un des meilleurs pi­lotes du pla­teau. Et cette fois, le HRC est par­tie pre­nante de notre ac­cord, ce qui va nous per­mettre de tra­vailler sur la du­rée.

Jus­te­ment, qu’est-ce que ce­la change que Cal ait si­gné son contrat en di­rect avec le HRC ?

Con­trai­re­ment à ce que tout le monde ima­gine, la dif­fé­rence n’est pas tant d’ordre fi­nan­cier. En ef­fet, mon deal avec Hon­da com­prend pas mal de choses, c’est une en­ve­loppe dans la­quelle on re­trouve le sa­laire du pi­lote, mais aus­si la four­ni­ture du ma­té­riel, le sup­port tech­nique, la pré­sence de tech­ni­ciens... Ce qui change le plus au­jourd’hui, c’est que cet ac­cord fait que nous sommes re­con­nus comme une équipe im­por­tante pour Hon­da. Ce­la va nous per­mettre de par­ti­ci­per au dé­ve­lop­pe­ment de la mo­to.

Ça va aus­si t’ai­der avec tes spon­sors...

Mes spon­sors ont tou­jours fait le maxi­mum pour nous ai­der, mais c’est sûr que ce type de contrat ne peut que nous ai­der. Pour Cal aus­si, c’est une forme de re­con­nais­sance. Tous les pi­lotes rêvent d’avoir un contrat en di­rect avec le construc­teur pour le­quel ils tra­vaillent.

Tu n’as ja­mais au­tant été dans les pe­tits pa­piers de Hon­da. Quid de Na­ka­ga­mi comme deuxième pi­lote du team LCR en 2018 ?

Le dos­sier est sur la table et nous y tra­vaillons. Hon­da a en­core be­soin d’un peu de temps pour l’or­ga­ni­sa­tion que ce­la né­ces­site. Et je crois que les Ja­po­nais ont d’autres dos­siers à bou­cler d’ici là avec leur deuxième team sa­tel­lite.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.