Le sur-me­sure

Moto Revue - - Visite D’usine Bagster -

« Notre ap­pro­vi­sion­ne­ment se fait à proxi­mi­té, ce qui ré­duit nos coûts. Et puis pour les selles en cuir na­tu­rel, la peau de vache offre une belle sou­plesse », té­moigne Em­ma­nuel Kratz, di­rec­teur de la marque. Les dé­coupes se font à la main en te­nant compte d’un pa­tron, mais en s’adap­tant à la pièce de cuir à dis­po­si­tion. « Le cuir est une ma­tière vi­vante, et dans une même pièce, toutes les par­ties ne peuvent ser­vir de la même ma­nière. Le dos de la vache va être gé­né­ra­le­ment uti­li­sé pour l’as­sise quand le cou et l’ar­rière des pattes, plus souples mais plus cra­que­lés, vont être re­pris pour les des­sous de la selle et les bords », pré­cise Ch­ris­tophe Ar­noux, res­pon­sable sel­le­rie. En­suite, les cou­tu­rières entrent en ac­tion avec la dex­té­ri­té qui fait leur spé­ci­fi­ci­té, pour coudre à bords re­tour­nés les dif­fé­rentes pièces entre elles, et consti­tuer les mo­tifs en sur­pi­qûre (avec des formes sy­mé­triques al­lant de la ligne au lo­sange, ou réa­li­ser l’as­sem­blage d’une mul­ti­tude de pièces de cuir entre elles pour consti­tuer un en­semble de bour­re­lets). Ap­po­sée en­suite sur son fond de selle, cette peau conti­nue sa vie. « Le cuir reste vi­vant, il faut le grais­ser ré­gu­liè­re­ment car il su­bit les attaques des élé­ments, comme le so­leil ou la pluie. C’est pour­quoi la selle en cuir reste ré­ser­vée aux ini­tiés », pré­cise Em­ma­nuel.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.