Et de 9!

Moto Verte - - Édito - Ber­trand San­la­ville, Di­rec­teur de la ré­dac­tion

On l’avait sou­hai­tée, es­pé­rée, presque de­vi­née… L’équipe de France Tro­phée d’en­du­ro a lo­gi­que­ment mais ma­gis­tra­le­ment re­pris le bien qu’on lui avait in­jus­te­ment en­le­vé il y a deux ans sur ta­pis vert, por­tant à 9 le nombre de succès ar­ra­chés aux ISDE. La Mar­seillaise a re­ten­ti sur Brive pour la deuxième fois en 16 ans. Et plu­tôt deux fois qu’une dé­but sep­tembre avec les succès conju­gués de nos Ju­niors, eux aus­si brillants et so­lides. Une foule de sup­por­ters qui avait en­du­ré la pous­sière, che­mi­né dra­peau et cornes de brume en ban­dou­lière le long des spé­ciales du­rant une se­maine a en­ton­né la Mar­seillaise face au tro­phée. Cette vic­toire est celle de quatre bon­hommes hy­per com­pé­ti­tifs qui ont su en­voyer fort à l’image de Loïc Lar­rieu, vain­queur au scratch. Qui ont su gé­rer leur ef­fort et ser­rer les dents à l’image de Ch­ris­tophe Nam­bo­tin, main frac­tu­rée, qui a pui­sé dans ses res­sources pour ame­ner L’EDF dans un élan ga­gnant jus­qu’au terme du cross fi­nal. Le succès est aus­si ce­lui d’une belle tra­di­tion fran­çaise de l’en­du­ro. De­puis les succès de La­lay, Pe­te­rhan­sel, Pi­doux et autre Mo­ra­lès pour ne ci­ter qu’eux, de l’huile a cou­lé dans les rouages des struc­tures of­fi­cielles et fé­dé­rales pour par­ve­nir à en­ri­chir le creu­set de pi­lotes com­pé­ti­tifs et maî­tri­ser comme au­cune autre équipe la stra­té­gie et l’or­ga­ni­sa­tion d’un évé­ne­ment comme les ISDE. Il faut donc sa­luer la fé­dé bien sûr qui a mis sur pied un cham­pion­nat de France de pre­mier plan ou un com­man­do EEAT d’où ont été ex­traites pas mal de pé­pites. No­tons que pour la pre­mière fois, c’est une équipe com­po­sée à 100 % d’ex-cross­men de pointe qui s’est im­po­sée, signature sans doute d’une évo­lu­tion ma­jeure de la dis­ci­pline, bien vue par les en­traî­neurs. Même avec des tri­co­lores bat­tus le ven­dre­di, même avec la main bri­sée de Nam­bot’, comment vou­lez-vous que les tri­co­lores aient pu être dé­boî­tés sur le cross fi­nal ? On doit poin­ter éga­le­ment du doigt des per­son­nages em­blé­ma­tiques qui ont fait bou­ger les lignes. Éric Ber­nard no­tam­ment, agi­ta­teur de ta­lents, et puis Fred Weill, conscience bien­veillante, mé­ti­cu­leuse et pro­fes­sion­nelle à la tête de cette équipe, sans qui rien ne se­rait peut-être ar­ri­vé de­puis 2008 en Grèce. Ce n’est pas une re­mise de Cé­sar avec son cor­tège de remerciements mais sa­luons quand même ceux sans qui rien n’au­rait été pos­sible. Les 500, 600 ou 700 bé­né­voles en­ga­gés dans l’aven­ture et Jean-fran­çois Buis­son, dé­jà là en 2001, qui a ra­mé hors du temps pour faire de Brive une place dé­sor­mais his­to­rique de l’en­du­ro mon­dial. Sans des clubs ca­pables de s’en­ga­ger dans des aven­tures presque dé­rai­son­nables, le sport n’exis­te­rait plus, tout sim­ple­ment… ! La France est bien la pre­mière Na­tion de l’en­du­ro toutes ca­té­go­ries, poids lourds dans le concert de l’en­du­ro mon­dial, à l’image d’un Ted­dy Ri­ner sa­cré lui aus­si pour la 9e fois. Vic­toire de la France par ip­pon en Cor­rèze !

Le staff de l’équipe de France n’a pas man­qué de rendre hom­mage à son ca­ta­ly­seur, per­son­nage clé dans la réus­site des tri­co­lores de­puis plus d’une dé­cen­nie. Fred Weill s’est ain­si rap­pro­ché du sep­tième ciel ! (@ JM Pou­get)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.