MX Mon­dial, SX US, CF d’en­du­ro et tous les ré­sul­tats…

Cham­pion du monde MX2 en titre, Pauls Jo­nass n’avait pas vrai­ment do­mi­né ses ri­vaux l’an pas­sé, n’étant ti­tré que lors du der­nier GP de l’an­née. Mais de­puis le dé­but de sai­son, c’est un Jo­nass au­tre­ment plus af­fû­té et com­ba­tif que l’on voit en piste, ne l

Moto Verte - - Sommaire - Par Pas­cal Hau­di­quert

Im­pos­sible de ti­rer des conclu­sions puis­qu’il n’y a eu que trois GP dis­pu­tés à l’heure où nous met­tons sous presse et qu’il en reste dix-sept dans ce Mon­dial qui se­ra fi­na­le­ment plus long que ja­mais avec la ré­cente ad­jonc­tion d’une ving­tième étape en Bul­ga­rie. Mais il n’em­pêche que la sé­rie de suc­cès de Pauls Jo­nass a mar­qué les es­prits, le jeune Let­ton n’ayant lais­sé fi­ler qu’une manche qua­li­fi­ca­tive (Hol­lande) à l’un de ses ri­vaux dans la course au titre. Ra­pide, en­du­rant et plus sûr de lui, Jo­nass a clai­re­ment pas­sé un cap cet hi­ver et il nous signe un dé­but de sai­son à la Her­lings (2016) dans cette ca­té­go­rie MX2 dont

il pour­rait bien de­ve­nir le pa­tron. Une fois de plus, KTM ne s’est pas trom­pé en en­rô­lant ce gar­çon dis­cret qui après Rat­tray, Mus­quin, Roc­zen, Her­lings et Tixier s’af­fiche clai­re­ment comme l’homme à battre dans cette ca­té­go­rie où les Au­tri­chiens ont ra­flé neuf des dix der­niers titres ! For­mé par Ste­fan Everts lorsque ce der­nier avait en charge le ma­na­ge­ment du team KTM, Pauls s’est ré­vé­lé l’an pas­sé aux cô­tés de Marc de Reu­ver. Vain­queur de plu­sieurs GP lors de sa car­rière qui l’a vu en­dos­ser la te­nue d’of­fi­ciel KTM, le Néer­lan­dais a fait pro­fi­ter son pou­lain de toute son ex­pé­rience avant de se voir mettre à l’écart l’hi­ver der­nier, a prio­ri sur de­mande des Au­tri­chiens n’ap­pré­ciant pas tou­jours ses pi­tre­ries. Pauls s’est du même coup rap­pro­ché d’har­ry Everts avec qui il avait dé­jà tra­vaillé lors de ses an­nées en 125, for­mant avec Har­ry et Willy Lin­den – l’an­cien pré­pa­ra­teur spor­tif de Ste­fan Everts – une équipe re­dou­table et re­dou­tée de tous. Sur ce dé­but de sai­son, seul le jeune Jorge Pra­do, qui n’est plus son équi­pier di­rect puis­qu’il évo­lue dé­sor­mais dans le team De Car­li, a ten­té de se­mer le doute chez Jo­nass. En vain, Pra­do pas plus que Tho­mas Kjer Ol­sen n’ayant réus­si à te­nir tête ne se­rait-ce que l’es­pace de quelques tours au Let­ton.

S’il a lar­ge­ment conte­nu ses ad­ver­saires sur les trois pre­miers GP, Pauls Jo­nass de­vra se mé­fier de Jorge Pra­do qui monte en puis­sance…

Dé­but de sai­son qua­si sans faute pour Pauls Jo­nass avant le GP d’ita­lie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.