Jeune de­coeur

An­non­cé dis­crè­te­ment à Franc­fort l’an pas­sé, le re­tour à la vie de l’elise à com­pres­seur ne s’est concré­ti­sé que cet été avec les pre­mières li­vrai­sons. La greffe du nou­veau coeur n’en­gendre au­cun re­jet.

Motor Sport - - Actu - TEXTE JEAN- FRAN­ÇOIS MAR­CHET CHRO­NOS N. G. PHO­TOS YAN­NICK PA­ROT

La Lo­tus Elise est la pre­mière d’une nou­velle race de su­per-voi­tures, pe­tite, hi-tech, simple, et pour­tant avec la per­for­mance sa­tis­fai­sante pour l’en­thou­siaste jeune de coeur. » C’est en ces termes mal­adroits que Lo­tus an­non­çait en fran­çais la sor­tie de sa bom­bi­nette, au Sa­lon de Franc­fort 1995. L’Elise au­ra bien­tôt l’âge de la ma­jo­ri­té. A la ma­nière d’une Porsche, elle s’est fait ar­ché­type, mais son his­toire n’a jamais été un long fleuve tran­quille. Parce que c’est une Lo­tus. En re­vanche, sa ligne de pen­sée, ce que l’on ap­pel­le­rait au­jourd’hui ses fon­da­men­taux, ar­rive à for­cer le temps et nour­rir sa cote d’amour.

Mon état ci­vil et un dé­but de car­rière pré­coce me per­mettent de dé­rou­ler une cer­taine ex­pé­rience et, quand on me de­mande ce qui me fait en­core for­te­ment vi­brer au­jourd’hui, je ré­ponds in­va­ria­ble­ment une Fer­ra­ri très an­cienne et la Lo­tus Elise. Les pre­mières, parce qu’elles cor­res­pondent à une époque ro­man­tique que j’au­rais ai­mé vivre, la se­conde parce qu’elle m’a tou­jours char­mé. De­puis 1996, an­née des pre­miers es­sais presse. Ce­la étant, je n’avais jus­qu’ici qu’une connais­sance sommaire de l’Elise dite de troi­sième gé­né­ra­tion, in­tro­duite en 2010. Les mi­racles de la chi­rur­gie es­thé­tique l’ont

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.