MATCH

Peu­geot RCZ R / Renault Mé­gane R.S. Cup

Motor Sport - - SOMMAIRE - TEXTE JACQUES WARNERY PHO­TOS ALEXIS GOURE

Ré­fé­rence chez les grosses GTI, la Mé­gane R.S. reste au­jourd’hui la trac­tion la plus ef­fi­cace pour chas­ser le chro­no. Un titre ho­no­ri­fique que convoite dé­sor­mais un élé­gant cou­pé mis au point par Peu­geot Sport: le RCZ R. Pour se dé­par­ta­ger, ces deux vi­trines de la spor­tive fran­çaise vont se li­vrer à une lutte sans mer­ci sur route et sur la piste de Ma­gny-Cours. A vos marques…

Dix ans, ce­la fait pra­ti­que­ment dix ans que la Mé­gane R.S. fait la loi et fait of­fice de ba­ro­mètre chez les com­pactes sur­vi­ta­mi­nées. Après avoir dû jouer des coudes lors de sa sor­tie en 2004, elle n’a ces­sé d’évo­luer tech­ni­que­ment pour de­ve­nir la trac­tion la plus ef­fi­cace du mar­ché. Avant de nous li­vrer en 2009 une my­thique ver­sion ra­di­cale R26.R qui a si­gné le meilleur temps ab­so­lu des trac­tions sur la cé­lèbre Boucle Nord du Nür­bur­gring.

De­puis dé­but 2010, sa rem­pla­çante prend le re­lais. Et pour­tant, elle n’a pas eu la par­tie fa­cile à son lan­ce­ment: la my­thique Fo­cus RS l’at­ten­dait dé­jà au tour­nant. Mais c’est bel et bien cette in­so­lente Renault qui s’est fi­na­le­ment im­po­sée sur notre chère piste Club de Ma­gny-Cours, et sur­tout sur le Nür­bur­gring, mal­gré une ca­va­le­rie in­fé­rieure de 55 ch. Entre-temps, la concur­rence n’est pas res­tée les bras croi­sés, loin s’en faut. Ford Fo­cus ST, Opel As­tra OPC, VW Scirocco R, Golf R, Golf VII GTI et j’en passe ont ten­té de se frot­ter à cette sa­ta­née Mé­gane R.S., et toutes sans ex­cep­tion s’y sont cas­sé les dents.

On a beau pes­ter contre l’ab­sence des construc­teurs na­tio­naux sur le cré­neau de la su­per-spor­tive ou du rêve, le sa­voir-faire et la qua­li­té des châs­sis sont une tra­di­tion pro­fon­dé­ment an­crée dans les gènes fran­çais, sur­tout dans le do­maine des GTI et des trac­tions hautes per­for­mances. Le nombre de Renault Sport qui pul­lulent sur les jour­nées cir­cuit en at­teste. Les Peu­geot se font en re­vanche plus rares, sur­tout de­puis quelques an­nées. Il faut dire qu’après la li­gnée des 205 GTI, 309 GTI16, 106, ral­lye ou S16, 306 S16 et autres 206 S16, les créa­tions de la firme so­cha­lienne se sont pro­gres­si­ve­ment em­bour­geoi­sées, voire em­pâ­tées. Mais au­jourd’hui le lion sort en­fin de sa tor­peur et pro­pose une ver­sion ra­di­cale de son élé­gant cou­pé mai­son, bap­ti­sée RCZ R. Et pour tailler des crou­pières à la Mé­gane R.S., Peu­geot Sport him­self a été sol­li­ci­té pour le dé­ve­lop­pe­ment de ce pe­tit bi­jou qui étrenne le la­bel R. Une pre­mière pour une Peu­geot de sé­rie! Les lec­teurs du pré­cé­dent Motorsport savent dé­jà que, pour en ar­ri­ver là, les têtes pen­santes du dé­par­te­ment com­pé­ti­tion ne se sont pas conten­tées de raf­fer­mir le cou­pé RCZ et d’y ap­po­ser une griffe pres­ti­gieuse tout droit sor­tie d’une réunion mar­ke­ting fu­meuse. Ils se sont at­te­lés à un gros tra­vail de con­cep­tion et de mise au point,

per­met­tant no­tam­ment de ga­gner 17 kg par rap­port à un RCZ clas­sique. Les trains rou­lants sont en­tiè­re­ment re­vus, le châs­sis est ra­bais­sé de 10 mm et un au­to­blo­quant de type Tor­sen se charge de ca­na­li­ser la ca­va­le­rie et d’op­ti­mi­ser la motricité. Entre-temps le 1.6 tur­bo avale 70 ch au pas­sage et porte son chep­tel à 270 têtes. Suf­fi­sant pour en faire la plus puis­sante des Peu­geot au ca­ta­logue des spor­tives fran­çaises.

Cette fois-ci, la Mé­gane R.S. sent vrai­ment pas­ser le vent du bou­let. Les hos­ti­li­tés com­mencent sur les routes dé­trem­pées de Che­vreuse. Lors de nos courtes haltes, le RCZ R rem­porte da­van­tage de suc­cès au­près de la jeune classe et des plus an­ciens: « Vrai­ment sym­pa, cette Peu­geot ! » . Entre un vrai cou­pé et une com­pacte trois portes grand pu­blic à la sauce spor­tive, le match du style est for­cé­ment dés­équi­li­bré. Mais à 42900 eu­ros le bout, le RCZ R fac­ture ses charmes bien plus chers que la Mé­gane R.S., qui s’af­fiche à par­tir de 32050 eu­ros (33550 avec l’in­dis­pen­sable châs­sis Cup). L’ai­le­ron fixe, la double sor­tie d’échap­pe­ment, le dif­fu­seur re­des­si­né, les arches de toit noir mat et les su­perbes jantes de 19 pouces de cette ver­sion R ne dé­na­turent pas l’élé­gance na­tu­relle du RCZ. Plus sur­vê­te­ment que griffe haute-cou­ture, la Mé­gane R.S. semble tout droit échap­pée d’un cir­cuit, sur­tout dans sa ma­gni­fique li­vrée Jaune Si­rius ty­pique des créa­tions Renault Sport. Mais elle a sur­tout chan­gé son re­gard grâce à un se­cond re­sty­lage com­mun à toute la gamme: nou­veaux phares, ca­landre re­vue et lo­sange agran­di. Et pour en ra­jou­ter une louche, le pack De­si­gn R.S. ad­joint un li­se­ré rouge à la lame F1, un bec­quet ar­rière et des pro­tec­tions de portes. De là à dire qu’elle em­prunte la li­vrée de Ro­nald McDo­nald pour mieux s’as­sor­tir au “drive” du plus cé­lèbre des fast-foods, il n’y a qu’un pas que cer­tains ont al­lè­gre­ment fran­chi! J’ai les noms! Pour le reste, rien de bien nou­veau, même si notre pe­tit doigt nous an­nonce une jo­lie sur­prise aux alen­tours du prin­temps. Il se mur­mure qu’une ver­sion ra­di­cale bap­ti­sée “Ul­ti­mate”, et al­lé­gée dans l’es­prit de la Mé­gane R26.R, de­vrait poin­ter le bout du ca­pot, avec en­vi­ron 270 ch à la clé et quelques mo­di­fi­ca­tions châs­sis. Vi­ve­ment les beaux jours, tiens !

Deux salles, deux am­biances

Re­prendre le vo­lant de la Mé­gane R.S. fait l’ef­fet de retrouvailles avec une vieille co­pine qui n’a pas chan­gé. Ou presque, puisque la nou­velle in­ter­face mul­ti­mé­dia R Link, mon­tée en sé­rie, se connecte dé­sor­mais à une ver­sion évo­luée du sys­tème R.S. Mo­ni­tor op­tion­nel (300 eu­ros). Cette vé­ri­table té­lé­mé­trie dé­jà très com­plète à l’ori­gine va dé­sor­mais jus­qu’à vous in­di­quer vos angles de vo­lant ou le taux de glis­se­ment du dif­fé­ren­tiel au­to­blo­quant. Ca­pable de suivre vos temps au tour sur cir­cuit, elle per­met éga­le­ment d’en­re­gis­trer les don­nées sur une clé USB, afin de pou­voir en­suite les ana­ly­ser sur or­di­na­teur.

Fi­dèles au poste, les ba­quets op­tion­nels as­surent un bien meilleur main­tien mais ils pa­raissent raides, sur­tout avec un amor­tis­se­ment plu­tôt ferme à basse vi­tesse! Les com­mandes in­for­ma­tives me rap­pellent cons­tam­ment l’ADN spor­tif qui coule dans les veines de la R.S. mais tout s’ar­range en haus­sant le rythme, même si la chaus­sée dé­trem­pée im­pose un mi­ni­mum de cir­cons­pec­tion. Dans ces condi­tions, elle en­roule bien vo­lon­tiers à l’ins­crip­tion, et l’ef­fet du dif­fé­ren­tiel GKN de la ver­sion châs­sis Cup se fait sen­tir à la ré­ac­cé­lé­ra­tion en ti­rant le nez vers la corde. A condi­tion tou­te­fois de ne pas uti­li­ser la pé­dale de droite comme un in­ter- rup­teur en sor­tie, sous peine de ti­rer tout droit quand les 265 ch dé­boulent. Mais pour dis­po­ser de la to­ta­li­té de la ca­va­le­rie, il fau­dra avoir préa­la­ble­ment dé­con­nec­té l’ESP. Bref, la Mé­gane R.S. offre du vrai sport, gra­ti­fie son pi­lote et reste un sa­cré ou­til. Et la mé­ca­nique ex­plo­sive ajoute un peu d’am­biance à coups de chuin­te­ments de tur­bo et de pé­ta­rades au lâ­cher d’ac­cé­lé­ra­teur. Vi­rile !

Chan­ge­ment ra­di­cal d’am­biance à bord du RCZ R sur cette por­tion si­nueuse. Le cou­pé du lion semble éton­nam­ment fa­cile et né­ces­site moins d’en­ga­ge­ment au vo­lant. Le tou­cher de route m’ap­pa­raît tout de suite plus feu­tré, voire fil­tré : com­mande de boîte douce et sus­pen­sion plus conci­liante à al­lure rai­son­nable. Pour­tant, ce­la passe vite, voire plus vite qu’à bord de la dé­mons­tra­tive Mé­gane. Avec une motricité su­pé­rieure et un équi­libre im­per­tur­bable qui ne donnent ja­mais l’im­pres­sion de for­cer son ta­lent, sauf sur cer­tains re­vê­te­ments où il se montre alors dia­ble­ment in­ci­sif lorsque la pluie s’en mêle. Installé bien plus bas dans des ba­quets spé­ci­fiques plus moel­leux et tout aus­si en­ve­lop­pants, on pro­fite d’une er­go­no­mie im­pec­cable et d’une pré­sen­ta­tion plus bour­geoise. Les mo­no­grammes R dis­sé­mi­nés un peu par­tout, les seuils de portes spé­ci­fiques et autres sur­pi­qûres rouges rap­pellent cons­tam­ment ses ori­gines spor­tives. Le mo­teur éga­le­ment. Bien plus alerte dans les tours, il pé­dale vrai­ment fort pour un pe­tit 1 600 sur­vi­ta­mi­né! Alors oui, mal­gré des ma­nières plus ci­vi­li­sées, ce RCZ R semble vrai­ment bien ar­mé pour in­quié­ter la Mé­gane R.S., avec en outre une ligne de cou­pé et un raf­fi­ne­ment qui lui per­mettent aus­si de chas­ser sur les terres d’un Porsche Cay­man et de s’of­frir deux per­son­na­li­tés. Di­rec­tion Ma­gny-Cours pour la suite des hos­ti­li­tés !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.