ON AT­TEINT DES SOM­METS EN MA­TIÈRE DE PI­LO­TAGE TÉLÉPATHIQUE

Motor Sport - - SUPERTEST -

voie avant a été co­pieu­se­ment élar­gie. A ce­la, il convient bien sûr d’ajou­ter les roues ar­rière di­rec­trices qui équipent éga­le­ment la Tur­bo, ain­si que le dif­fé­ren­tiel pi­lo­té à vec­teur de couple. Ces deux dis­po­si­tifs amé­liorent à la fois la sta­bi­li­té et l’agi­li­té de l’au­to, la ren­dant plus ac­ces­sible que ja­mais sur route ou­verte, mais tou­jours ner­veuse voire pié­geuse si on la cherche sur chaus­sée glis­sante. Dans ce do­maine, la Porsche est plus proche d’une 458 Ita­lia que d’une MP4-12C. La pluie ne nous ayant pas épar­gnés, j’ai pu at­tes­ter des pro­grès réa­li­sés par Mi­che­lin avec les Cup 2 dans ce do­maine. Reste qu’il de­meure in­dis­pen­sable de ne pas les mal­trai­ter à froid sous peine de voir du pays, même avec toutes les aides bran­chées.

SUR LA PISTE

Je passe de­vant les stands, eu­pho­rique et en nage. La Per­for­mance Box af­fiche le temps : 1’18”95. Le re­cord de la ZR1 est lar­ge­ment bat­tu. La 12C est re­lé­guée à une se­conde, la 458 Ita­lia à 1”7. Quant à la GT3 RS 4.0, elle rend 1”8 à sa des­cen­dante. Si­dé­rant ! Bien sûr, il y a l’art de cla­quer un temps, et il y a la ma­nière. De ce cô­té-là, la 991 coupe le sif­flet à ceux qui pen­saient que la PDK et les gad­gets élec­tro­niques pou­vaient nuire au plai­sir de pi­lo­ter une GT3 à la li­mite. L’au­to fait montre d’une vi­va­ci­té hors du com­mun, deux/trois crans au-des­sus, en­core, de la 997 Phase 2. Le dés­équi­libre congé­ni­tal de la 911 est ef­fa­cé, paix à son âme, pour lais­ser place à une fi­nesse et une pré­ci­sion peut-être sans égales dans la pro­duc­tion ac­tuelle. La di­rec­tion est par­faite, en­core plus com­mu­ni­ca­tive qu’au­pa­ra­vant. On at­teint des som­mets en ma­tière de pi­lo­tage télépathique. En même temps, ça n’em­pêche pas la nou­velle GT3 d’im­po­ser plus d’en­ga­ge­ment au vo­lant que la toute pre­mière gé­né­ra­tion. Tout va tellement plus vite. De toutes les gé­né­ra­tions, c’est celle qui ré­clame le plus de pe­tites cor­rec­tions au vo­lant, les ré­flexes les plus ai­gui­sés. Les pu­ristes vou­laient de la ba­garre, ils sont ser­vis ! Le frei­nage est à l’image du ca­rac­tère sur­na­tu­rel de cette bête de course. En dé­bou­lant 10 km/h plus vite qu’avec la 997 3.8 en bout de ligne droite, on jette l’ancre presque 20 m plus tard. Et que dire de la ban­de­son, plus stri­dente, ai­guë, puis­sante qu’elle ne l’a ja­mais été ? Oui oui, on peut par­ler d’ex­tase.

Ef­fi­ca­ci­té ir­réelle Per­for­mances ex­cep­tion­nelles Plai­sir in­com­men­su­rable

Com­ment faire en­core mieux ?

La GT3 a tou­jours

été pri­vée des places d’ap­point

à l’ar­rière.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.