NOU­VEAU­TÉS

Mer­cedes C 63 S AMG

Motor Sport - - SOMMAIRE - TEXTE JEAN- FRAN­ÇOIS MAR­CHET PHO­TOS D. R.

En l’es­pace de trois ans, AMG a plus que dou­blé ses ventes. La di­vi­sion spor­tive de Mer­cedes a éga­le­ment pro­duit à peu près au­tant de ber­lines et breaks C 63 entre 2007 et 2014 que BMW de cou­pés M3 V8. Tout porte à croire que les Souabes ont dé­ci­dé de mettre à mal la ré­pu­ta­tion des Ba­va­rois tout en ex­plo­sant les scores de vente. Comme BMW M, AMG a lan­cé une deuxième ligne spor­tive dont la pre­mière re­pré­sen­tante, la C 450, est à mi-che­min entre 335i et M3. Quant à la nou­velle C 63, elle se place au-des­sus de la M3 et fran­chit sans ver­gogne la barre des 500 ch. Jean-Fran­çois Huet, un de­si­gner fran­çais pas­sé de BMW à AMG, a des étoiles plein les yeux quand il évoque la ré­vo­lu­tion qui est en cours. Il faut dire que le pa­tron ac­tuel, To­bias Moers, n’est pas le der­nier à li­mer le bi­tume. Avant de prendre les com­mandes su­prêmes, il di­ri­geait le développement pro­duit.

On peut consi­dé­rer que la nou­velle ère AMG a dé­bu­té avec le lan­ce­ment de la A45 et de la GT. La C 63, ba­sée sur la der­nière gé­né­ra­tion de la Classe C, re­prend le V8 4 litres double tur­bo dans une va­riante à car­ter hu­mide, dé­cli­née en deux ni­veaux de puis­sance : 476 et 510 ch, avec à la clé 66,3 et 71,4 mkg. On no­te­ra que la GT n’est pas plus puis­sante, et qu’en re­gard du 6,2 litres at­mo on a es­sen­tiel­le­ment ga­gné en couple. De la GT, on re­trouve d’autres avan­cées comme la fixa­tion du bloc sur amor­tis­seurs pi­lo­tés. Dans un genre plus fu­tile mais ju­gé ca­pi­tal, le construc­teur a mis un point d’hon­neur à don­ner à son nou­veau V8 une si­gna­ture so­nore en­voû­tante et na­tu­relle à la fois. C’est-à-dire sans tru­cage via les haut­par­leurs, comme ce­la se pra­tique chez BMW. Qui plus est, un échap­pe­ment sport à trois vo­lets au lieu d’un est pro­po­sé à ceux qui en veulent en­core plus, tout en gar­dant la pos­si­bi­li­té de mettre une sour­dine pour ne pas ré­veiller les voi­sins. Stan­dard ou sport, ce vé­ri­table ins­tru­ment de mu­sique change de re­gistre avec les modes de pro­gram­ma­tion choi­sis par le conduc­teur pour la ré­ponse de l’ac­cé­lé­ra­teur et se­lon la fa­çon dont il use de la pé­dale. Pour em­ployer un lan­gage à la mode, on pour­rait dire qu’AMG veut dé­sor­mais faire des au­tos ju­bi­la­toires, presque ré­gres­sives. Cette ap­proche “pri­male” de la voi­ture de sport est en op­po­si­tion to­tale avec le fu­tur asep­ti­sé que l’on nous pré­pare. Certes, le V8 do­té d’un sys­tème de sur­ali­men­ta­tion pla­cé au centre du V, comme le BMW, consomme moins tan­dis que les aides à la conduite sont bien pré­sentes, mais il s’agit plus de res­pon­sa­bi­li­té que de mo­rale.

En ma­tière de trans­mis­sion, Mer­cedes AMG n’a pas investi dans une nou­velle boîte double em­brayage pour ses ber­lines. La C 63 reste fi­dèle aux prin­cipes de la Speedshift MCT, cette boîte au­to mu­tante dont le conver­tis­seur de couple est rem­pla­cé par un em­brayage mul­ti­disque. L’évo­lu­tion porte au­tant sur la par­tie lo­gi­cielle que mé­ca­nique. Alors que les temps de

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.