Au­di R8 V10 Plus

La McLa­ren 675LT veut en faire voir à la concur­rence! Etant don­né que l’ar­ri­vée d’une 488 GTB plus ex­trême n’est pas pré­vue avant long­temps, cette ver­sion ra­di­cale de la 650S pro­fite au­jourd’hui d’un coup d’avance sur Fer­ra­ri. Nous l’avons es­sayée à Silve

Motor Sport - - SOMMAIRE - TEXTE JACQUES WARNERY PHO­TOS D. R.

DDeux boucles en pas­sa­ger pour dé­cou­vrir le tra­cé, trois tours d’adap­ta­tion pour m’ha­bi­tuer à la mon­ture, puis six plus sou­te­nus pour jau­ger le po­ten­tiel de la bête. De­vant moi, une piste large, ra­pide, quelques pas­sages en aveugle, des en­fi­lades né­ces­si­tant une bonne dose de bra­voure et des frei­nages gros coeur. Pour mon bap­tême du feu à Sil­vers­tone, je m’at­ten­dais à un beau ter­rain de jeu, mais pas à un tel to­bog­gan! Ou plu­tôt à un grand huit à bord de cette McLa­ren 675LT qui m’a in­jec­té une bonne dose d’adré­na­line. Mieux en­core: une vé­ri­table per­fu­sion qui bous­cule mes re­pères! Je viens de prendre une claque, une grosse claque. Une de celles qui marquent le cor­tex au fer rouge et qui res­te­ront long­temps gra­vées dans une case sou­ve­nirs pour­tant sé­lec­tive. Quelle pompe à feu!

L’his­toire com­mence pour­tant comme une simple opé­ra­tion ma­thé­ma­tique. Elle part d’une 650S Cou­pé, ajoute 25 ch au V8 bi­tur­bo et re­tire 100 kg à l’en­semble, pour la mo­dique somme 309250 eu­ros. Le ré­sul­tat donne une 675LT (Long Tail, ou “longue queue”), li­mi­tée à 500 exem­plaires au po­si­tion­ne­ment ra­di­cal, à la ma­nière d’une Fer­ra­ri 458 Spe­ciale. Ajou­ter 72750 eu­ros à une ad­di­tion dé­jà sa­lée pour un pe­tit quin­tal de moins sur la ba­lance sent pour beau­coup le tra­que­nard. Pas pour un vrai connais­seur qui sait ce qu’un tel al­lé­ge­ment im­plique. J’y re­vien­drai… La 675LT n’a rien d’un simple col­lec­tor de plus pour clients for­tu­nés en mal d’ex­clu­si­vi­té ou d’un ar­te­fact mar­ke­ting. A une ex­cep­tion près: en se ser­vant de l’im­po­sant ai­le­ron ré­trac­table de cette 675 pour jus­ti­fier l’ap­pel­la­tion Long Tail, McLa­ren joue avec le feu. La firme de Wo­king re­vient à une page glo­rieuse de son his­toire: celle de la my­thique F1 GTR Long Tail qui a adap­té une car­ros­se­rie ar­rière plus longue pour fi­nir deuxième aux 24 Heures du Mans 1997. Le clin d’oeil est aus­si sym­pa­thique que l’hé­ri­tage est lourd à por­ter.

Une diète sé­vère

En af­fi­chant 1230 kg à sec (soit une cen­taine de plus tous pleins faits dans la vraie vie), la 675LT pèse (à me­sure de poids équi­va­lente) res­pec­ti­ve­ment 60 kg et 140 kg de moins que les Fer­ra­ri 458 Spe­ciale et 488 GTB. Par rap­port à la 650S, elle gagne 30 kg au poste châs­sis, 10 kg cô­té mo­teur/boîte, 20 kg dans l’ha­bi­tacle, 5 kg au ni­veau de l’élec­tri­ci­té et 35 kg sur la car­ros­se­rie, soit un to­tal de 100 kg. Dans les stands du cir­cuit de Sil­vers­tone, de nom­breuses pièces spé­ci­fiques à cette 675LT sont ex­hi­bées comme des tro­phées de chasse. Cette ma­gni­fique sor­tie d’échap­pe­ment en ti­tane (dont la

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.