Cor­vette Grand Sport

Motor Sport - - SOMMAIRE - PA R JACQUES WARNERY PHO­TOS YAN­NICK PAROT

À chaque Cor­vette son ef­fet : la sur­prise dans la C7 Stin­gray, la grosse claque dans la Z06, et au­jourd’hui le grand fris­son dans la nou­velle Grand Sport. Pour la nou­velle Porsche GT3, c’est une dé­cla­ra­tion de guerre à prendre au sé­rieux. Très au sé­rieux…

Magny-Cours Cir­cuit Club, 8 heures du ma­tin. La Cor­vette Grand Sport des­cend du ca­mion ar­ri­vé spé­cia­le­ment d’Al­le­magne et prend les pre­miers rayons du so­leil ni­ver­nais aux cô­tés de son ac­com­pa­gna­teur, Éric Neve. Dé­jà pré­sent à la spor­tive 2016, l’homme par­ti­cipe lors de ses rares temps libres à la struc­ture d’es­sai iti­né­rante des pro­duits spor­tifs GM. L’ob­jet du dé­lit de­vient vite le centre de la dis­cus­sion: « C’est a prio­ri la meilleure des Cor­vette, se­lon les re­tours que j’ai eus de la part des jour­na­listes spé­cia­li­sés qui ont eu

l’oc­ca­sion de l’es­sayer » . Pour ceux qui connaissent le po­ten­tiel de la my­thique spor­tive amé­ri­caine et sa fa­cul­té à al­ler mal­trai­ter les ré­fé­rences du genre pour­tant af­fi­chées bien plus cher, la phase est lourde de sens. Notre in­ter­lo­cu­teur n’est pour­tant pas du genre à plai­san­ter, ni à vous sur­vendre un pro­duit qui n’en a de toute fa­çon pas be­soin. Quand on a di­ri­gé l’équipe de course Che­vro­let en WTCC, en­gran­gé les titres et di­ri­gé des gar­çons de la trempe d’Yvan Mul­ler, in­utile de fan­fa­ron­ner.

La Grand Sport est à la Cor­vette C7 ce que la GT3 est à la Porsche 911: une ver­sion ra­di­cale aux es­sences de pis­tarde. Pour ré­su­mer, c’est une Stin­gray de base do­tée d’un châs­sis de Z06, ou si vous pré­fé­rez une Z06 équi­pé du V8 at­mo­sphé­rique de la C7 clas­sique. C’est pa­reil. Elle re­pose donc sur des voies élar­gies (33 mm à l’avant et 43 mm à l’ar­rière), une sus­pen­sion pi­lo­tée Ma­gne­tic Ride plus ferme, et elle ex­hibe des freins plus gros. Étant don­né que le bloc LT1 de la Grand Sport est moins puis­sant et (un peu) moins lourd que le mons­trueux LT4 de la Z06, ré­glages des trains rou­lants et amor­tis­se­ment sont évi­dem­ment adap­tés en consé­quence. His­toire de mus­cler en­core son jeu, elle s’offre ici le Pack Per­for­mance Z07 “Car­bon Flash”: freins (en­core) ma­jo­rés avec disques en car­bone et étriers peints en gris (ils sont rouges via une op­tion sup­plé­men­taire sur notre mo­dèle), ca­li­brage de l’amor­tis­se­ment pi­lo­té en­core plus ra­di­cal, pneu­ma­tiques Mi­che­lin Pi­lot Sport Cup 2 et kit aé­ro­dy­na­mique en car­bone avec bas de caisse, lame avant et bé­quet stage 2. L’ad­di­tion aug­mente de 14620 eu­ros, mais les (trop) rares connais­seurs de Cor­vette savent ce que ces mo­di­fi­ca­tions ap­portent vrai­ment à un châs­sis dé­jà ex­cep­tion­nel à la base. Af­fu­blée de 23670 eu­ros d’op­tions, notre grand Sport re­vient à 120370 eu­ros. Pour une Cor­vette, c’est peut-être beau­coup, mais je reste per­sua­dé que son fu­tur et heu­reux pro­prié­taire en au­ra vrai­ment pour son ar­gent. Après tout, sa seule concur­rente réelle s’af­fiche à par­tir 155255 eu­ros. Je ne parle pas d’une AMG GT-S ou d’une Ja­guar F Type R cou­pé à l’ar­chi­tec­ture pour­tant sem­blable, mais bel et bien de la toute nou­velle Porsche 911 GT3 au po­si­tion­ne­ment et à l’ef­fi­ca­ci­té sû­re­ment com­pa­rables. Vous en dou­tez? Li­sez la suite…

Entre la Cor­vette et Motorsport, l’his­toire est belle de­puis les dé­buts du titre: la C6 Z06 et son 7 litres de course, la C6 ZR1 qui bloque son comp­teur à 330 km/h et tient de­puis long­temps le re­cord du cir­cuit Club, la sen­sa­tion­nelle C6 Z06 pack Z07, la sur­pre­nante C7 Stin­gray et la bes­tiale C7 Z06 qui nous com­presse les côtes sur les deux pistes de Magny-Cours. À charge de la Grand Sport de pour­suivre cette idylle et de ré­pa­rer une in­jus­tice qui nous tient tou­jours à coeur. On a beau l’écrire, le ra­bâ­cher et le ré­pé­ter de­puis plus d’une dé­cen­nie, la Cor­vette n’a tou­jours pas la re­con­nais­sance qu’elle mé­rite. Son image de folk­lo­rique Amé­ri­caine in­ca­pable de se me­su­rer au gra­tin des spor­tives eu­ro­péennes reste gra­vée dans l’in­cons­cient col­lec­tif. C’est évi­dem­ment aus­si déses­pé­rant que faux: il suf­fit d’en es­sayer une pour s’en rendre compte. Cette Grand Sport, je l’at­ten­dais avec im­pa­tience.

Cou­teau suisse

Di­rec­tion la cam­pagne ni­ver­naise dans la­quelle on va fi­nir par connaître chaque vache par son pe­tit nom. Tout le ma­té­riel d’un Yan­nick par­ti­cu­liè­re­ment char­gé pour l’oc­ca­sion tient ai­sé­ment dans le coffre. Une Cor­vette, ça ins­pire un pho­to­graphe qui a pour­tant la peau dure et, en plus, c’est pra­tique! La po­si­tion de conduite im­pec­cable et le pé­da­lier par­fait avec son ac­cé­lé­ra­teur im­plan­té vers le bas comme chez BMW ou Porsche font que je me sens tout de suite à la mai­son. Sur une pro­pul­sion de 466 ch mon­tée en se­mi-slicks, ce­la ras­sure. Les ba­quets op­tion­nels (1870 eu­ros) et le gar­nis­sage en sué­dine sur les vo­lant, pom­meau de le­vier de vi­tesse et sur­face des sièges ap­portent une touche de spor­ti­vi­té bien­ve­nue. Les pré­ju­gés sur la fi­ni­tion “à l’amé­ri­caine” sont à ran­ger au pla­card, même si cer­tains ha­bi­tacles eu­ro­péens sont un peu plus raf­fi­nés. Quand on fac­ture ses pres­ta­tions lar­ge­ment plus cher, c’est bien la moindre des choses, non? Pour­tant les pre­miers tours de roues en sa com­pa­gnie me laissent sur ma faim. Le ron­ron­ne­ment du V8 flatte tou­jours les oreilles. L’éton­nant confort de sus­pen­sion pour une voi­ture au ty­page de pis­tarde conti­nue de me lais­ser ad­mi­ra­tif. Je suis hé­las trou­blé par cette di­rec­tion ar­ti­fi­ciel­le­ment trop lé­gère, même en mode Track, et par cette désa­gréable im­pres­sion de flou gé­né­ral. La faute aux pneus tout neufs. Le phé­no­mène s’es­tompe au bout de quelques ki­lo­mètres as­sor­tis de deux trois ap­puis plus francs. Ouf!

En­core mar­qué par la bes­tia­li­té du V8 de la Z06, j’ima­gi­nais que la Grand Sport al­lait man­quer de ca­rac­tère mé­ca­nique par rap­port au po­ten­tiel du châs­sis. À tort. Le V8 at­mo­sphé­rique est un dé­lice qui se dé­guste du ré­gime de ra­len­ti jus­qu’à la zone rouge. Sa so­no­ri­té na­tu­relle, sa ré­ponse im­mé­diate à l’ac­cé­lé­ra­teur, de­viennent vite ad­dic­tifs. Ces sa­veurs bio donnent en­vie de pro­fi­ter de ce gros huit pattes as­pi­ré le plus long­temps pos­sible avant que les normes an­ti­pol­lu­tion ne le rangent au rayon des sou­ve­nirs. Yan­nick, dont les ci­ta­tions bien sen­ties mé­ri­te­raient un re­cueil, le ré­sume par­fai­te­ment: « Un mo­teur tur­bo, on su­bit sou­vent son sale ca­rac­tère, mais un bon at­mo, on peut le do­mes­ti­quer à sa main. » Ce­la ne l’em­pêche pas de pous­ser fran­che­ment avec un sa­cré tem­pé­ra­ment. Il faut pas­ser le qua­trième rap­port pour que la tem­pête se calme, à près de 180 km/h tout de même…

« J’ai re­pé­ré une route pour les pho­tos que tu vas ap­pré­cier. » L’at­ten­tion de mon pho­to­graphe de choc est dé­li­cate. Sauf que cette dé­par­te­men­tale val­lon­née mê­lant re­vê­te­ment par­fois bos­se­lé, vi­rages lents et pas­sages plus ra­pides peut vite de­ve­nir un piège à bord d’une GT au ty­page châs­sis de pis­tarde. Il me suf­fit pour­tant de quelques mètres pour consta­ter que la Grand Sport trans­forme ce jo­li ru­ban d’as­phalte en ter­rain de jeu, voire en spé­ciale de ral­lye. Mal­gré ses di­men­sions de quar­ter­back, son éton­nante do­ci­li­té et son in­croyable ef­fi­ca­ci­té mettent bien plus vite en confiance qu’à bord d’une ber­line dé­jan­tée comme une M3, par exemple. Au point que je me sur­prends à com­men­cer à at­ta­quer et à re­tar­der mes frei­nages sur ce jo­li spot pho­to. Mer­ci Yan­nick! Un pro­prié­taire d’AMG GT-S sue­ra sang et eau en su­bis­sant les ruades de sa mon­ture pour ten­ter de suivre le rythme, et en­core. Vous avez dit po­ly­va­lente?

Comme un grand vin, le vo­lant d’une telle au­to, ça se par­tage entre amis. Le pen­chant vis­cé­ral de notre Yan­nick pour les pro­duc­tions de la firme de Zuf­fen­hau­sen ne l’em­pêche pas d’ap­pré­cier sans mo­dé­ra­tion les Cor­vette et cette Grand Sport. Au point de faire des in­fi­dé­li­tés à sa marque de coeur? « Pas im­pos­sible. C’est quand même un sa­cré ou­til. Et puis ça se dé­mode moins vite qu’une Porsche. » Ce n’est pas moi qui le dis… Der­rière sa ré­pu­ta­tion sul­fu­reuse, la Vette ne cesse de faire des émules tout au long de ces deux jour­nées. Ami de la ré­dac­tion et Al­fiste convain­cu ve­nu nous prê­ter main-forte, Ar­naud en garde un sa­cré sou­ve­nir une fois le pre­mier mo­ment d’ap­pré­hen­sion pas­sé: « Der­rière un ga­ba­rit im­pres­sion­nant et une ar­chi­tec­ture qui in­cite à l’hu­mi­li­té, elle sait res­ter do­cile et confor­table. Quant à ce V8… » . À l’au­berge du “Ren­dez-vous des chas­seurs”, où nous nous ar­rê­tons par­fois dé­jeu­ner à Azy-le-vif, elle conti­nue son nu­mé­ro de charme. La table est bonne, les ha­bi­tués nom­breux, et l’ac­cueil des pa­trons cha­leu­reux. Pas­cale et Ja­cky ne peuvent s’em­pê­cher de m’em­prun­ter les clés pour jouer un tour à l’un de leurs clients. La Cor­vette leur a ta­pé dans l’oeil. Ses lignes agres­sives à sou­hait, ses quatre tuyères d’échap­pe­ment font tou­jours mouche. À moins que ce ne soit

cette li­vrée “bleu ami­ral mé­tal­lique” ou ses bandes adhé­sives “car­bon flash”…

Re­tour sur la piste club pour une fin en apo­théose. Quatre pneus neufs sont pré­vus pour la ten­ta­tive chro­no­mé­trée. Nous n’en au­rons fi­na­le­ment pas be­soin. Ceux que j’ai uti­li­sés dans la journée sont à peine ro­dés. Une fois les pres­sions ajus­tées, Ni­co­las s’élance pour ses trois tours chro­no. Il re­vient pra­ti­que­ment eu­pho­rique : « J’ai beau connaître les Cor­vette, la Grand Sport est ab­so­lu­ment in­croyable. C’est fa­cile de tour­ner en 1’21’’, mais pour al­ler cher­cher les deux der­nières se­condes, il faut s’en oc­cu­per ! » Une fois à son bord, la M3 Pack Com­pé­ti­tion es­sayée juste avant me fait pra­ti­que­ment l’ef­fet d’un ba­teau ivre, c’est dire. Le grip hal­lu­ci­nant m’oblige à re­pa­ra­mé­trer mon cer­veau. Je re­trouve les sen­sa­tions de la Z06 sans la bes­tia­li­té mé­ca­nique, mais avec un fee­ling plus pur, une once de lé­gè­re­té sup­plé­men­taire et une fi­nesse in­com­pa­rable. Le V8 qui me hurle dans les oreilles par­ti­cipe à ce plai­sir in­croyable. Im­pos­sible évi­dem­ment de ta­touer le bi­tume avec la même fa­ci­li­té qu’à bord de la Ba­va­roise : les re­prises d’adhé­rence vio­lentes donnent au­tant de sueurs froides que de fil à re­tordre aux ama­teurs de longues glisses. La Grand Sport rend humble et se mé­rite, aus­si bien pour réa­li­ser de belles fi­gures ar­tis­tiques que pour chas­ser le chro­no. Elle donne une fu­rieuse en­vie de li­mer la piste pour ten­ter de m’amé­lio­rer et de consta­ter mes la­bo­rieux pro­grès sur l’en­re­gis­treur de don­nées, fac­tu­ré 1 520 eu­ros. Avant de les dé­pouiller sur l’ap­pli­ca­tion dé­diée Cos­worth Tool­box, té­lé­char­geable sur PC pour mes longues soi­rées d’hi­ver. En at­ten­dant, cette Cor­vette donne suf­fi­sam­ment de tra­vail comme ce­la pour faire ap­pré­cier cer­taines aides au pi­lo­tage. J’ai beau jouer les pu­ristes et ado­rer faire mon ta­lon-pointe moi-même, le sys­tème au­to­ma­tique “rev match” qui l’ef­fec­tue à ma place me per­met de me concen­trer sur le reste. Je trans­pire et j’en bave pour ten­ter de cer­ner une vague par­tie de son po­ten­tiel, mais je dois me faire vio­lence pour la lais­ser à Yan­nick, avant que la ré­serve ne l’oblige à ren­trer après deux pe­tites boucles seule­ment. Égoïste, moi ? Je le confesse, même si cette in­croyable Amé­ri­caine consti­tue une cir­cons­tance at­té­nuante ! Tout au long de ces der­niers tours, la fa­meuse phrase d’Éric Neve me re­vient en tête : « La Grand Sport est sû­re­ment la meilleure des

Cor­vette » . Je vais fi­nir par le croire aus­si…

Bien que moins ef­fi­cace qu'une uni­té au­to­ma­tique, la boîte ma­nuelle à six rap­ports par­ti­cipe au plai­sir de pi­lo­tage.

LES SEN­SA­TIONS DE LA Z06 SANS LA BES­TIA­LI­TÉ MÉ­CA­NIQUE

LE GRIP HAL­LU­CI­NANT M’OBLIGE À RE­PA­RA­MÉ­TRER MON CER­VEAU

Fac­tu­ré 1 520 eu­ros, l'en­re­gis­treur de don­nées re­trans­met vos ex­ploits en piste…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.