AC­TU COURSE

Vé­ri­table ex­cep­tion fran­çaise, le cham­pion­nat FFSA GT aban­donne les GT3 pour faire des GT4 ses nou­velles stars des week-ends de course. Le GT3 eu­ro­péen, lui, se porte tou­jours aus­si bien.

Motor Sport - - SOMMAIRE -

Per­sonne n’a ou­blié la triste fin d’an­née 2016 du cham­pion­nat GT FFSA. Après plu­sieurs sai­sons très dis­pu­tées mal­gré quelques po­lé­miques, le pla­teau du cham­pion­nat fran­çais se ré­dui­sait brus­que­ment à peau de cha­grin. Au point de for­cer les or­ga­ni­sa­teurs à mê­ler les GT3 avec des pro­to­types afin de pré­sen­ter un mi­ni­mum d’au­tos sur les grilles de dé­part. Pour cette nou­velle sai­son 2017, tout change. Ore­ca laisse la place à SRO pour l’or­ga­ni­sa­tion des manches du GT FFSA. Et sur­tout, les GT3 dis­pa­raissent au pro­fit des GT4, très en vue ces der­niers temps par­tout dans le monde. Et pour cause: elles coûtent beau­coup moins cher que les GT3 et per­mettent donc de bou­cler une sai­son com­plète pour un bud­get ré­duit de moi­tié. Elles per­mettent aus­si de ras­sem­bler des au­tos à la fois plus proches de la sé­rie, et très dif­fé­rentes les unes des autres. Si la ré­gle­men­ta­tion im­pose bien évi­dem­ment de res­pec­ter une “balance de per­for­mances”, qui peut évo­luer tout au long de la sai­son, les GT4 pré­sentent des per­for­mances très hé­té­ro­gènes. Les poids plume comme la Gi­net­ta ou le Porsche Cay­man ex­cellent dans les courbes ser­rées, alors que les su­per­cars comme la McLaren 570S se dis­tinguent dans les lignes droites. No­tez en­fin qu’outre les GT4 d’usine, le cham­pion­nat pré­sente aus­si des GT4 dé­ve­lop­pées par des struc­tures pri­vées. Au fi­nal, les chro­nos res­tent très proches même si le dé­but de sai­son, riche en cir­cuits si­nueux, sem­blait avan­ta­ger les spor­tives lé­gères. Fort de 32 voi­tures à Pau (As­ton Mar­tin Van­tage, Gi­net­ta G55, Porsche Cay­man “Man­they Ra­cing”, McLaren 570S, Ma­se­ra­ti Gran Tu­ris­mo, BMW M4 pré­pa­rée par Ekris, BMW M3 E90), le GT FFSA se­ra étof­fé pro­chai­ne­ment par la R8 LMS GT4 pré­pa­rée of­fi­ciel­le­ment par Au­di, l’AMG GT4 dé­ve­lop­pée par AMG et la nou­velle BMW M4 GT4 “of­fi­cielle”.

Le GT3 Blanc­pain fait tou­jours le plein

En de­hors de l’Hexa­gone, le GT3 fonc­tionne tou­jours aus­si bien mal­gré l’es­ca­lade des bud­gets et la pro­fes­sion­na­li­sa­tion im­pres­sion­nante des cham­pion­nats Blanc­pain. Que ce soit en Blanc­pain Sprint Cup ou en Blanc­pain En­du­rance Cup, les pla­teaux pro­posent une va­rié­té qui va en­core aug­men­ter avec l’ar­ri­vée pro­chaine de la Lexus RC-F, et pos­si­ble­ment de la Hon­da NSX ac­tuel­le­ment li­mi­tée au cham­pion­nat amé­ri­cain. Les GT3 de­viennent qua­si­ment aus­si ra­pides que les GTE Pro des 24 Heures du Mans, et de plus en plus spec­ta­cu­laires à voir évo­luer. Balance de per­for­mances oblige, les forces en pré­sence changent au gré des ajus­te­ments ré­gle­men­taires. Si l’AMG GT3 de­meure tou­jours aus­si com­pé­ti­tive grâce à sa grande maî­trise de l’usure pneu­ma­tique, la Lam­bor­ghi­ni Hu­racán se dis­tingue elle aus­si de­puis le dé­but de la sai­son 2017. Avec au­tant de construc­teurs im­pli­qués, des pi­lotes au ni­veau très éle­vé et une liste d’en­ga­gés tou­jours aus­si gé­né­reuse, le GT3 Blanc­pain or­ga­nise tou­jours les plus beaux cham­pion­nats GT du monde.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.