Is­tan­bul rive gauche

Moyen-Orient - - GHÉOIÉSCTO­ONOIMRIE - T. Y.

Ti­mour Mu­hi­dine, CNRS Édi­tions, Pa­ris, 2019, 380 p.

Écrit par l’un des plus fins connais­seurs de la lit­té­ra­ture turque en France, en­sei­gnant à L’INAL­CO à Pa­ris, cet ou­vrage pro­pose un vaste et pas­sion­nant pa­no­ra­ma de la vie in­tel­lec­tuelle turque et de son avant-garde lit­té­raire. Il opère une plon­gée dans l’his­toire de l’is­tan­bul eu­ro­péenne du XIXE siècle, le quar­tier de Pé­ra ou « la ville franque », pen­dant stam­bou­liote du Quar­tier la­tin pa­ri­sien, où le fran­çais était com­mu­né­ment par­lé par sa po­pu­la­tion cos­mo­po­lite, au­jourd’hui dis­pa­ru et noyé dans les rues de ce que nous ap­pe­lons à pré­sent Beyo­glu, de l’autre cô­té de Corne d’or, face à Saint-so­phie. On y dé­couvre l’at­trait et la fas­ci­na­tion exer­cée na­guère par Pa­ris sur tout un pan de l’in­tel­li­gent­sia turque fran­co­phone, entre ar­tistes et poètes, de toute classe so­ciale, vi­vant leur bohème, ins­pi­rés par Pierre Lo­ti (1850-1923) ou Louis Ara­gon (1897-1982). Dans cette op­tique, la re­la­tion entre le Pa­ris des in­tel­lec­tuels et la « rive gauche » stam­bou­liote se ca­rac­té­rise par un jeu de mi­roir sai­sis­sant. Alors que des co­hortes de voya­geurs, de poètes et de ro­man­tiques en mal d’un Orient fan­tas­mé ont sillon­né et écrit sur Cons­tan­ti­nople, l’ou­vrage nous conduit sur les traces de gé­né­ra­tions d’écri­vains turcs, étu­diants ou exi­lés qui ont fait le che­min in­verse, je­tant leur dé­vo­lu sur Pa­ris. Pour les amou­reux d’is­tan­bul, cette dé­am­bu­la­tion ur­baine, dans l’es­pace et le temps, est une belle éva­sion dou­blée d’un té­moi­gnage pré­cieux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.