Le jour­nal de Li­vy

MX Magazine - - Block pass -

Ces der­nières se­maines ont été ani­mées par le cham­pion­nat de France Fé­mi­nin avec les trois der­nières épreuves de l’an­née. Ce­la tom­bait en plein mi­lieu d’un long break dans le ca­len­drier du Mon­dial après l’épreuve d’er­née et le pro­chain round pré­vu à Lo­ket. J’ai pro­fi­té de ces trois courses tri­co­lores pour dé­cro­cher un nou­veau titre Na­tio­nal une épreuve avant la fin. C’était sur le cir­cuit d’if­fen­dic où nous rou­lions en même temps qu’une manche du Mon­dial de side-car. C’est tou­jours sym­pa et im­pres­sion­nant de les re­gar­der rou­ler, même si ce­la ne donne pas for­cé­ment de bonnes condi­tions de course pour nous avec un cir­cuit dé­truit et glis­sant. J’étais contente de dé­cro­cher ce nou­veau titre une course avant la fin du cham­pion­nat. Ce­la m’a per­mis de gé­rer la fi­nale à St-pierre-d’al­bi­gny (73) et de rou­ler li­bé­rée sans prendre trop de risques en vue de la pro­chaine épreuve du Mon­dial à Lo­ket qui ar­ri­vait le week-end sui­vant. Nous avons eu des condi­tions par­ti­cu­lières avec un pe­tit cir­cuit as­sez loin de ce que l’on va re­trou­ver à Lo­ket, mais ce­la per­met quand même d’en­chaî­ner les dé­parts, de prendre le rythme et d’af­fi­ner les der­niers ré­glages de ma mo­to de GP. En condi­tions de course, on voit tou­jours plus de choses. Sur­tout que Jes­sie Joi­neau a mis du gaz et m’a contraint à ne pas re­lâ­cher la pres­sion. Ce n’était pas un rythme de GP, mais on s’en ap­pro­chait quand même. Je te­nais éga­le­ment à res­ter in­vain­cue et donc faire ce qu’il faut pour ce­la, même si le titre était dé­jà en poche. Toutes ces rai­sons m’ont pous­sée à res­ter concen­trée pour faire une bonne course et pous­ser jus­qu’au bout pour ga­gner avec un maxi­mum d’écart sur mes concur­rentes. Le but n’était pas non plus de prendre des risques une se­maine avant une manche du Mon­dial. J’ai donc pris cer­taines pré­cau­tions, no­tam­ment au dé­part de la pre­mière manche où Jes­sie est par­tie de­vant moi. Elle im­pri­mait un gros rythme, mais je ne me suis pas em­bal­lée pour prendre la tête. Même une pe­tite glis­sade peut dé­bou­cher sur une bles­sure. Je ne vou­lais sur­tout pas ar­ri­ver di­mi­nuée à Lo­ket. J’ai donc gar­dé une pe­tite marge de ré­serve sans m’af­fo­ler en dé­but de course avant de pro­duire mon ef­fort. De toute fa­çon, je sais que phy­si­que­ment je se­rai mieux que les autres et que ça me per­met­tra de faire la dif­fé­rence en fin de manche. Et j’ai rem­por­té les deux manches de cette fi­nale avec plus de 30 se­condes d’avance à chaque fois. Je fi­nis donc ce cham­pion­nat sur une bonne note et dans de très bonnes condi­tions pour la suite de la sai­son. Avant cet ul­time round, je suis re­pas­sée chez moi pour quelques jours. Ça fai­sait long­temps que j’étais chez Té­fli pour bos­ser et même si je dis­pose d’ex­cel­lentes condi­tions sur place, ça fait du bien d’être un peu chez soi. J’ai pro­fi­té de l’oc­ca­sion pour al­ler à la plage et re­char­ger les bat­te­ries. En fait, j’ai be­soin des deux pour me sen­tir bien. Je prends main­te­nant la route (chro­nique réa­li­sée di­manche 16 juillet au soir) pour re­tour­ner chez Té­fli et bos­ser une se­maine pour pré­pa­rer Lo­ket. C’est co­ol parce qu’il y a plein de pi­lotes pour s’en­traî­ner sur place (Lie­ber, Gou­pillon, Bres). La se­maine va pas­ser vite puisque jeu­di, le team pren­dra la route pour la Ré­pu­blique Tchèque. Moi, je par­ti­rai ven­dre­di en avion. Il y avait quand même 1 000 ki­lo­mètres de route et pour la fa­tigue, j’ai pri­vi­lé­gié l’avion. À Lo­ket, l’ob­jec­tif se­ra de prendre la plaque rouge. L’épreuve sui­vante se dé­rou­le­ra à As­sen et je sais que ce se­ra cer­tai­ne­ment plus dif­fi­cile pour moi là-bas. Il faut donc que j’es­saye d’em­ma­ga­si­ner un maxi­mum de points à Lo­ket pour avoir un peu plus de marge et de re­lâ­che­ment sur l’épreuve sui­vante. Lo­ket est aus­si un cir­cuit que j’aime et qui me convient bien même si la der­nière fois que j’y ai rou­lé, je pense avoir eu le plus de mal­chance qu’un pi­lote n’a ja­mais eue (rire). Je crois aus­si au kar­ma, alors cette fois-ci, ça va me sou­rire (rire). Ça va le faire. À part ça, je vou­lais éga­le­ment vous par­ler de la col­la­bo­ra­tion avec Yves (De­ma­ria) qui prend de plus en plus forme. On se connaît de mieux en mieux et l’on prend nos ha­bi­tudes. Du coup, ça de­vient de plus en plus fa­cile et je sais main­te­nant com­ment ça fonc­tionne, quand se­ront les jours de re­pos, ceux où il faut faire du vé­lo… On s’ha­bi­tue l’un à l’autre et je res­sens chaque jour les bien­faits de cette col­la­bo­ra­tion. Sur la mo­to, les pro­grès ont été im­mé­diats au ni­veau de la vi­tesse, mais c’était aléa­toire. J’ar­rive au­jourd’hui à te­nir cette agres­si­vi­té et cette vi­tesse sup­plé­men­taires de fa­çon beau­coup plus ré­gu­lière. Les choses se mettent en place et je va­lide cer­taines étapes. J’ai aus­si pris goût à ces nou­velles mé­thodes de tra­vail. Ce week-end par exemple, les es­sais n’étaient pré­vus que le sa­me­di après-mi­di. Comme j’étais sur place le ma­tin et qu’il y avait un pe­tit col à cô­té, je suis al­lée me faire 1h30 de vé­lo. J’améliore mon phy­sique tout en dé­cu­plant mon en­vie de faire du sport. J’ai tou­jours ai­mé ça, mais c’est en­core plus le cas au­jourd’hui. Yves était avec moi ce week-end. C’est tou­jours un plus, sur­tout lorsque je roule, comme c’était le cas sur cette fi­nale du cham­pion­nat de France, avec ma mo­to de course. Ça per­met de peau­fi­ner les ré­glages et de va­li­der mes sen­sa­tions. Je sais ce que je veux, mais il peut m’ar­ri­ver d’avoir des doutes. Quand Té­fli est là et qu’il confirme ce que je res­sens, ça me ras­sure dans mes choix et me donne en­core plus confiance. Pour ce qui est du plan­ning de cet été, il n’y au­ra pas vrai­ment de temps pour les va­cances. En août, je vais pas­ser pas mal de temps dans le sable, sû­re­ment vers chez moi dans le Sud-ouest. J’au­rai cer­tai­ne­ment plus de temps pour souf­fler après la fi­nale des GP à Villars, mais je gère plu­tôt bien ce genre de si­tua­tion avec l’ex­pé­rience. Ça ne me pèse pas du tout. Je me dis que ça ne va pas du­rer en­core des an­nées donc c’est plus simple à gé­rer. Je vous sou­haite ce­pen­dant de très bonnes va­cances à toutes et à tous. Pro­fi­tez-en bien et à très vite. »

« Je res­sens chaque jour un peu plus les bien­faits de ma col­la­bo­ra­tion avec Té­fli! »

7Se­ven n’en fi­nit plus de dé­ve­lop­per sa gamme de pro­duits. Le ca­ta­logue re­çoit ce nou­veau mo­dèle de T-shirt « Send it » qui se dé­cline dans plu­sieurs co­lo­ris et qui re­prend la même re­cette du suc­cès avec une coupe ajus­tée, des ma­tières agréables et un lo­go voyant mais pas trop. 27 euros. www.bud-ra­cing.com

2018Shift n’a pas at­ten­du très long­temps pour dé­voi­ler sa col­lec­tion 2018. Cet en­semble Strike se dé­cline en rouge, noir ou jaune et de­vrait ra­vir les amateurs de la marque avec un cô­té épu­ré à la fois sobre et mo­derne. 224,90 euros l’en­semble.

L’ob­jec­tif de Li­via est main­te­nant de dé­cro­cher la plaque rouge en WMX.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.