Test 250 HVA Tom Vialle

Sur le po­dium lors de l’ou­ver­ture du cham­pion­nat D’EMX2 en Es­pagne, Tom Vialle a dé­jà mar­qué la scène eu­ro­péenne grâce à ses dé­parts et sa vi­tesse en course. On ne s’est pas pri­vé, on a ré­pon­du fa­vo­ra­ble­ment à l’in­vi­ta­tion de son pa­pa Fred pour ve­nir es­sa

MX Magazine - - Sommaire - Par Ma­thias Brun­ner – Pho­tos Laurent Re­vi­ron

Après la 250 KTM de Zach Pi­chon, un autre es­poir du cross fran­çais nous a confié sa ma­chine l’es­pace d’une jour­née. Deuxième de l’ou­ver­ture de l’eu­rope MX2 en Es­pagne, Tom Vialle dis­pose d’une HVA re­la­ti­ve­ment simple en termes de pré­pa­ra­tion, mais très per­for­mante une fois en piste. Notre test ri­der vous livre son ver­dict en page 42.

Mar­di sui­vant le GP de Red Sand en Es­pagne où Tom est mon­té sur la deuxième marche du po­dium, la bonne hu­meur est for­cé­ment au rendez-vous pen­dant que Fred des­cend la 250 TC du ca­mion. C’est avec celle-ci que le jeune es­poir fran­çais est mon­té sur son pre­mier po­dium EMX250. Une belle ré­com­pense pour tous les ef­forts consen­tis par la famille de­puis qu’ils ont dé­ci­dé de se lan­cer à ce ni­veau par leurs propres moyens. Un choix sur­ve­nu as­sez tôt, tout comme l’idée de ne pas rou­ler en 125. À 17 ans, Tom a donc une ex­pé­rience de trois an­nées en 250, lui qui es­père pas­ser en Mon­dial MX2 l’an pro­chain. Des choix que nous ex­plique Fred entre deux tours de clé. « Ya­ma­ha n’avait pas sou­hai­té gar­der Tom lors­qu’il rou­lait en 85 compte te­nu de ses ré­sul­tats. On s’est re­trou­vé dans une si­tua­tion am­bi­guë ne sa­chant pas s’il fal­lait chan­ger de marque. Lors­qu’on était en Fin­lande à l’eu­rope, le père des frères Wat­son m’avait conseillé de pas­ser di­rec­te­ment en 4temps et ne pas faire de 125 vu son pi­lo­tage. Je me suis ren­sei­gné et ef­fec­ti­ve­ment, c’est chose cou­rante aux États-unis. » Fin 2014, Fred Vialle dé­cide donc de créer sa propre struc­ture en com­pa­gnie de son as­so­cié Sté­phane Bouillier. « J’ai vite com­pris com­ment le sys­tème était fait. En France, il n’y a que très peu de teams, donc par rap­port à mon nom, je pou­vais réus­sir à ré­cu­pé­rer des aides. » En­core un peu trop juste phy­si­que­ment, Tom Vialle est

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.