Le cru, c'est vi­vant quoi !

Man­ger cru, ce n’est pas seule­ment se ga­ver de cru­di­tés. C’est bien plus que ça. Une tendance ? Mieux, une convic­tion…

My Cuisine - - Contents - Par Na­tha­lie De­san­ti

Les ver­tus du « cru­di­vo­risme » ? On les connaît vrai­ment

de­puis plus d’un siècle. En ef­fet, les scien­ti­fiques avaient prou­vé que la pho­to­syn­thèse gor­geant les fruits et les lé­gumes des bonnes ondes du so­leil trans­met­tait ces mêmes ver­tus à l’homme qui les consom­mait. De­puis, moult re­cherches ont fleu­ri, in­sis­tant sur le fait que la cuis­son (quel que soit son mode) ve­nait à bout d’une quan­ti­té de vi­ta­mines plus ou moins im­por­tante. La tendance « cru » af­firme donc haut et fort vou­loir stop­per cette fuite des vi­ta­mines… et on vote pour. Mais at­ten­tion, il y a un mode d’em­ploi. Dé­jà, on re­met de l’ordre dans les no­tions de cru et de vi­vant. Car ce n’est pas tout à fait pa­reil. Le vi­vant, c’est tout ce qui est cru ET ce qui est pré­pa­ré à une tem­pé­ra­ture n’ex­cé­dant pas 37 °C. Tiens, tiens, c’est la tem­pé­ra­ture cor­po­relle ça ! Et aux lé­gumes s’ajoute une longue liste (tant mieux, les me­nus n’en se­ront que plus va­riés !) dans la­quelle on trouve le ké­fir (cette lac­to-fer­men­ta­tion de fruits, de laits…), les lé­gumes fer­men­tés (comme la chou­croute, les pi­ckles), le mi­so, éga­le­ment les graines ger­mées (des lé­gumes en voie d’éclo­sion, vé­ri­tables pe­tites bombes nu­tri­tion­nelles), les jus de lé­gumes eux aus­si lac­to­fer­men­tés (c’est-à-dire dans les­quels on in­tro­duit un cham­pi­gnon des­ti­né à créer cette ré­ac­tion bé­né­fique pour le sys­tème di­ges­tif et ga­rant d’un bon ma­cro­biote). En deux mots, al­lez-y ! Équi­pez-vous d’un mixeur, d’un ex­trac­teur de jus (mieux en­core qu’une cen­tri­fu­geuse, car le mode d’ex­trac­tion à froid res­pecte en­core plus les vi­ta­mines), d’un spi­ra­li­seur (en plus, c’est jo­li ces ru­bans de lé­gumes co­lo­rés !), d’un déshy­dra­teur (des cra­ckers de pulpe de fruits, ça vous dit ?) et évi­dem­ment d’un ther­mo­mètre (37° maxi, on vous l’a dit). Cette ali­men­ta­tion tendance pour cer­tains, évi­dence pour d’autres, est une arme an­ti­fa­tigue ab­so­lue. Lo­gique, man­ger vi­vant, c’est l’être un peu plus soi-même. En pra­tique, dans la lunch box, glis­sez une poi­gnée de cru­di­tés, quelques pi­ckles, des graines ger­mées sur un lit de sa­lade verte, un bol de lé­gumes cuits à moins de 37 °C, des sa­shi­mis de sau­mon et une part de fon­dant au cho­co­lat cru. Bon ap­pé­cru !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.