L'ÉTAT HYP­NO­TIQUE

Mystères Magazines Hors-Série - - Editorial/Sommaire -

Fi­na­le­ment, l’hyp­no­ti­seur or­donne au su­jet de le­ver lui-même l’un de ses bras, puis, dès que le su­jet s’est exé­cu­té, lui dit :

« VOTRE CORPS NE VOUS RÉ­POND PLUS, IL EST DE­VE­NU LOURD COMME UN RO­CHER. VOUS NE POU­VEZ RABAISSER VOTRE BRAS ».

Si vos ef­forts ul­té­rieurs pour abaisser phy­si­que­ment le bras du pa­tient s’avèrent in­utiles, ce­la si­gni­fie­ra que ce­lui-ci est bien en­tré dans la phase d’hyp­nose pro­pre­ment dite. Dès lors, toute sug­ges­tion que vous al­lez faire ora­le­ment au­ra un ef­fet psy­cho­lo­gique im­mé­diat sur le su­jet pas­sif. Par exemple, si vous dites : « La douce brise s’est trans­for­mée en un vent ter­rible, le ciel s’est char­gé de nuages sombres et la pluie me­nace… Main­te­nant la pluie tombe fort et vous mouille, vous ne pou­vez rien faire pour y échap­per. De plus, il fait froid… » le su­jet va dra­ma­ti­ser ces in­for­ma­tions par le biais de gestes et d’at­ti­tudes qui in­diquent qu’il tente de se pro­té­ger de la pluie et du froid. On peut aus­si pas­ser d’une sug­ges­tion à son contraire en quelques se­condes seule­ment, et le su­jet pas­sif les as­su­me­ra. Exemple :

« IL FAIT UN FROID TER­RIBLE, IN­SUP­POR­TABLE. IL FAUT AB­SO­LU­MENT S’EN PRO­TÉ­GER, SE COU­VRIR ET S’ABRI­TER ».

Aus­si­tôt, le su­jet ef­fec­tue les gestes ca­rac­té­ris­tiques de quel­qu’un qui s’em­mi­toufle ; mais il fe­ra exac­te­ment le contraire si on lui dit presque aus­si­tôt qu’il trans­pire en rai­son d’une cha­leur de plus en plus in­sup­por­table.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.