Le cour­rier des lec­teurs

Neptune Yachting Moteur - - Sommaire - Be­noît Kné­ze­vic (Bruxelles)

Pro­prié­taire de­puis l’an­née der­nière d’un se­mi-ri­gide ita­lien de 2010 équi­pé d’un 300 ch Su­zu­ki (300 heures mo­teur), j’ai na­vi­gué tout l’été der­nier avec une odeur d’es­sence per­sis­tante lorsque j’ou­vrais la cale ou au mo­ment de prendre une douche. Je pen­sais que c’était dû à une du­rite mal ser­rée. A la fin de la jour­née, je re­trou­vais sou­vent un peu de car­bu­rant mé­lan­gé à de l’eau de mer dans le coffre ar­rière (la pompe de cale ne mar­chant pas). Ce­la ne m’a pas plus in­quié­té. La trappe de vi­site du ré­ser­voir près de la console n’a ja­mais rien ré­vé­lé. Lors de la der­nière sor­tie es­ti­vale qui a eu lieu sous un fort mis­tral et une mer agi­tée, j’ai ob­ser­vé en na­vi­ga­tion que l’ai­guille de la jauge es­sence des­cen­dait à une vi­tesse in­ha­bi­tuelle. Stu­peur quand j’ai contrô­lé la cale ar­rière : elle était pleine d’es­sence ! De­puis, j’ai de­man­dé un check-up com­plet du ba­teau à mon conces­sion­naire qui a dé­ce­lé, après dé­mon­tage du pont, une cor­ro­sion avan­cée du ré­ser­voir en alu de 540 litres sur sa face su­pé­rieure. Le conte­neur est grê­lé de trous à cer­tains en­droits. Je m’aper­çois avec ef­froi au­jourd’hui que j’ai na­vi­gué tout l’été sur une bombe flot­tante et qu’une simple étin­celle au­rait pu tout faire sau­ter. Com­ment ex­pli­quer une telle cor­ro­sion au bout de dix ans ? S’agit-il d’un mau­vais mon­tage d’ori­gine ? En­fin, ne vau­drait-il pas mieux rem­pla­cer le ré­ser­voir alu par du po­ly­pro­py­lène ?

Le ré­ser­voir en alu de ce se­mi­ri­gide de dix ans pré­sente des signes de cor­ro­sion gra­vis­simes. Plu­sieurs hy­po­thèses : alu de mau­vaise qua­li­té, dé­faut de mon­tage ou mise à la masse ac­ci­den­telle... A l’ex­pert de se pro­non­cer.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.