Com­ment j’ai ache­té un ba­teau

Neptune Yachting Moteur - - Sommaire -

Cette an­née, on achète un nou­veau ba­teau ! Oli­vier et Thier­ry sont deux amis proches, ma­riés et pères de grands en­fants. Les deux fa­milles vivent à 600 km l’une de l’autre mais ont cha­cune un pied à terre à la fron­tière entre le Var et les Alpes-Ma­ri

chaque an­née. Un bon contact s’éta­blit sur place avec Sta­nis­las, le jeune et sym­pa­thique co­fon­da­teur de la marque. Pour­quoi un De An­to­nio 33 ? « On cher­chait un open chic et au look contem­po­rain, ex­plique Oli­vier. Un ba­teau qui ne soit pas ce­lui de mon­sieur-tout-le­monde. L’étrave droite très de­si­gn et le plan de pont avec ses deux bains de so­leil nous conve­naient. » Les com­pères vou­laient aus­si re­nouer avec une mo­to­ri­sa­tion hors-bord. Les mo­teurs ca­chés sous le bain de

so­leil ar­rière afin de dé­ga­ger la pla­te­forme est une spé­ci­fi­ci­té des De An­to­nio. Les deux plai­san­ciers ap­pré­cient ce prin­cipe qui fa­ci­lite la cir­cu­la­tion à bord. La pos­si­bi­li­té d’ac­cueillir des pas­sa­gers jus­qu’à 12 per­sonnes avec un ni­veau de confort sa­tis­fai­sant pour tous est en­trée en ligne de compte. Autres atouts à leurs yeux, les francs­bords hauts et pro­tec­teurs, l’avant bien dé­fen­due et la double mo­to­ri­sa­tion hors-bord qui ras­sure. Car Oli­vier et Thier­ry en­vi­sagent main­te­nant des na­vi­ga­tions plus am­bi­tieuses. Ils veulent étendre leur rayon d’ac­tion de la fron­tière ita­lienne aux ca­lanques de Marseille. « Je m’ima­gine bien pas­ser une nuit ou deux au mouillage avec mon épouse, à Por­que­rolles ou au Frioul. » La mid­ca­bin qui se glisse sous la console as­sor­tie d’un vrai ca­bi­net de toi­lette le per­mettent. Et pour­quoi pas la Corse si le ba­teau est ar­mé pour les grandes tra­ver­sées ? « Avec un tel ba­teau, on peut aus­si en­vi­sa­ger des sor­ties en mi-sai­son ce qu’on ne s’au­to­ri­sait pas à faire avec l’Ex­pres­sion, ren­ché­rit Oli­vier. Il vient com­plé­ter un train de vie plus confor­table ». Reste main­te­nant à trou­ver la bonne oc­case

En re­vanche bonne nou­velle pour la fran­ci­sa­tion. La taxe an­nuelle tourne au­tour de 1 000 eu­ros. C’est en­vi­ron 200 eu­ros de moins que pour l’Ex­pres­sion, bien « plom­bé » par son V8 in­board es­sence et ses 33 CV fis­caux. Avec les deux Mer­cu­ry Ve­ra­do de 300 ch, le cu­mul des puis­sances re­pré­sente moins de 30 CV. Si le hors-bord a au­tant la cote

t au­jourd’hui, son ni­veau de fis­ca­li­té y est aus­si pour quelque chose ! mo­do du pro­pul­seur d’étrave ain­si que la chaîne et la pou­pée du guin­deau. De nou­velles bras­sières de sé­cu­ri­té ont été éga­le­ment ache­tées. »

Ha­bi­tué des ba­lades à la jour­née, Oli­vier rêve main­te­nant de sor­ties plus longues per­mises par le D33.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.