Ob­jec­tif Cap Nord

Pas­ser de la voile au traw­ler est un grand clas­sique à l’heure de la re­traite. Vou­loir na­vi­guer au-de­là du cercle po­laire l’est un peu moins… Vi­site à bord d’un Nord­havn 46 fraî­che­ment re­mon­té de Mé­di­ter­ra­née par son nou­veau pro­prié­taire pour s’at­ta­quer a

Neptune Yachting Moteur - - Reportage -

Cer­tains pro­grammes de na­vi­ga­tion pré­sentent l’avan­tage de fa­ci­li­ter le choix du ba­teau le plus adap­té pour me­ner à bien son pro­jet. Vou­loir mon­ter jus­qu’au Cap Nord im­pose ain­si de dis­po­ser d’un mo­dèle pa­ré aux condi­tions ex­trêmes et of­frant une très grande au­to­no­mie. Après plus de qua­rante an­nées pas­sées à na­vi­guer à la voile en Manche, Jean

puisse ache­ter » confie Hugues. Conquis par la qua­li­té de construc­tion ex­cep­tion­nelle des Nord­havn de­puis la vi­site d’un mo­dèle lors d’un sa­lon de Mia­mi, il ai­guille les re­cherches de son com­plice vers les oc­ca­sions dis­po­nibles en Eu­rope.

En­vi­sa­ger de longues des­ti­na­tions

Celles-ci ne sont pas lé­gion mais un Nord­havn 46 abri­tant deux grandes ca­bines est re­pé­ré à Pal­ma de Ma­jorque. « J’avais aus­si re­gar­dé du cô­té des ba­teaux hol­lan­dais » pré­cise Jean- Jacques, en nous ac­cueillant à bord, au u pon­ton vi­si­teurs du port de Car­te­ret, en face des An­glo-Nor­mandes. « Mais leur au­to­no­mie t i li- li

l Lon­gueur hors-tout 13,94 m l Lon­gueur de flot­tai­son 11,68 m l Lar­geur 4,70 m l Ti­rant d’eau 1,65 m l Dé­pla­ce­ment 27 tonnes l Ca­pa­ci­té car­bu­rant 4 x 950 l l Ca­pa­ci­té eau

1 060 l l Mo­to­ri­sa­tion John Deere Lug­ger L668D (130 ch) l Mo­teur auxi­liaire Yan­mar 3GM (27 ch) l Ma­té­riau coque ré­sine vi­ny­les­ter et mousse di­vy­ni­cell né­gli­geable, et des sou­cis po­ten­tiels en moins. « Trois cli­ma­ti­sa­tions, ce­la se tra­duit par six pas­se­coques qui ont été re­bou­chés pour évi­ter les en­nuis. » Exit éga­le­ment le des­sa­li­ni­sa­teur, qui pre­nait lui aus­si une place im­por­tante dans la salle des ma­chines. « Avec un ré­ser­voir de 1 200 litres, il y a de quoi voir ve­nir » , pré­cise Jean-Jacques, qui, en ma­rin ex­pé­ri­men­té, connaît l’im­por­tance de ne pas gas­piller l’eau à bord. « De toute fa­çon, trou­ver de la flotte ne pose pas de pro­blème dans les en­droits où nous irons. » En re­vanche, pour en­vi­sa­ger de longues ex­pé­di­tions, il était in­dis­pen­sable d’être au­to­nome en éner­gie.

Li­mi­ter la consom­ma­tion

Six pan­neaux so­laires dé­ve­lop­pant une puis­sance to­tale de 600 Watts ont ain­si été ins­tal­lés sur la ti­mo­ne­rie pour char­ger une bat­te­rie de ser­vi­tude spé­ci­fique. Le groupe

élec­tro­gène d’ori­gine a été conser­vé, mais ne se­ra sol­li­ci­té que ra­re­ment. « Ma concep­tion du mouillage est as­so­ciée au calme. Ce n’est pas pour y faire tour­ner un groupe constam­ment. » Dans le but de li­mi­ter la consom­ma­tion du bord, les plaques élec­triques ont été rem­pla­cées par une cui­si­nière à car­dan do­tée de quatre brû­leurs à gaz. Jean-Jacques et Hugues ont hé­si­té à ins­tal­ler la bou­teille sur le toit, à la fa­çon des cha­lu­tiers, mais celle-ci pren­dra fi­na­le­ment place dans un bi­don pres­su­ri­sé sous une ban­quette du car­ré. Le com­pac­teur a en­fin été échan­gé contre une pou­belle clas­sique.

Une ti­mo­ne­rie pleine de charme

Si la cli­ma­ti­sa­tion a dis­pa­ru, le chauf­fage a en re­vanche fait son ap­pa­ri­tion à bord, avec trois ra­dia­teurs dans le car­ré ar­rière, un dans la ca­bine prin­ci­pale, un dans la ca­bine avant ain­si qu’un sèche-ser­viette dans les deux salles de bain. Un aé­ro­therme a éga­le­ment été ins­tal­lé au ni­veau du poste de barre afin de désem­buer le pa­re­brise. Outre le car­ré et sa vue sur les alen­tours, la ti­mo­ne­rie est un autre élé­ment qui a par­ti­cu­liè­re­ment sé­duit Jean-Jacques. Avec ses airs de pas­se­relle de ma­rine mar­chande, elle in­vite à elle seule à par­tir au long cours. Do­tée de deux portes la­té­rales me­nant au pont por­tu­gais et en­tiè­re­ment ha­billée de teck, elle in­carne à mer­veille l’es­prit Nord­havn. On y trouve une ban­quette et une table, ain­si qu’une très in­gé­nieuse cou­chette double cou­lis­sante, idéale lors des longues na­vi­ga­tions. Cô­té ins­tru­men­ta­tion, on re­tien­dra

qui af­fiche 4 400 heures au comp­teur. « C’est un mo­teur conçu pour tour­ner à 1 600 tr/mn en croi­sière éco­no­mique, en na­vi­guant à 7,5 noeuds de moyenne et en consom­mant 10 l/h. » De quoi par­cou­rir plus de 2 500 milles sans pas­ser à la pompe avec ses quatre ré­ser­voirs de 950 litres…

Sta­bi­li­sa­teurs dy­na­miques

Ré­vi­sé lors de la mise au sec du ba­teau à Car­te­ret par le chan­tier na­val Can­do­ni – à qui a été confié le dé­ca­page des oeuvres vives – le mo­teur tourne comme une hor­loge. « Nous avons sim­ple­ment amé­lio­ré la ven­ti­la­tion de la cale mo­teur, ex­plique Hugues. Une gaine ap­porte de l’air frais tan­dis qu’un ven­ti­la­teur fait res­sor­tir l’air chaud. » Un bon moyen d’oxy­gé­ner le mo­teur pour ré­gu­ler sa tem­pé­ra­ture et li­mi­ter sa di­la­ta­tion. Pré­ci­sion im­por­tante, l’échap­pe­ment sort en tête de mât, de quoi évi­ter les re­flux désa­gréables en na­vi­guant vent ar­rière… La cale,

3GM de 27 che­vaux est « ca­pable de pousser cette coque de 2 27 tonnes à 4,5 noeuds si c’est né­ces­saire ». Gar­dant à l’es­prit que le feu res­tait le prin­ci­pal dan­ger à bord d’un ba­teau, Hugues a aus­si conseillé à Jean-Jacques de faire ins­tal­ler un sys­tème an­ti-in­cen­die. Une ti­rette si­tuée dans la pas­se­relle per­met ain­si de dé­clen­cher du CO2 dans la salle des ma­chines en cas de si­nistre. Une autre mo­di­fi­ca­tion est à al­ler cher­cher sous la coque. Com­mu­né­ment as­so­ciés aux tan­gons sta­bi­li­sa­teurs qui ren­forcent leur al­lure de cha­lu­tier, les Nord­havn, ba­teaux par­ti­cu­liè­re­ment rou­leurs, peuvent être équi­pés de sta­bi­li­sa­teurs dy­na­miques. Ce mo­dèle en étant do­té, des lames sur me­sure ont été po­sées afin de pro­té­ger les ai­le­rons.

Prêt pour le grand large

« Bien évi­dem­ment, tout ce­la a un coût, sou­rit Jean-Jacques, mais il s’agis­sait d’une bonne oc­ca­sion, bien en­tre­te­nue, ce qui m’a per­mis de réa­li­ser l’en­semble des tra­vaux. »

82 Ca­the­rine et Jean-Jacques, ac­cou­dés au pont por­tu­gais d’Old Chap, at­tendent avec im­pa­tience de na­vi­guer dans les îles bri­tan­niques et en Scan­di­na­vie.

Pour af­fron­ter les basses tem­pé­ra­tures du Grand Nord, le chauf­fage a fait son ap­pa­ri­tion à bord. Trois ra­dia­teurs ont ain­si été ins­tal­lés à l’ar­rière.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.