« Ne pas ou­blier le sec­teur li­bé­ral »

Doc­teur Pa­trick De­la­salle, gas­tro-en­té­ro­logue li­bé­ral

Nice-Matin (Antibes / Juan-les-Pins) - - Santé -

« Je l’avais connue lors­qu’elle était à la tête de l’Ins­ti­tut na­tio­nal du can­cer (Inca). Je sais qu’elle avait don­né toute sa­tis­fac­tion à ce poste, et aux autres qu’elle a oc­cu­pés. C’est in­dé­nia­ble­ment quel­qu’un de brillant », com­mente Pa­trick De­la­salle, gas­tro-en­té­ro­logue li­bé­ral. Sa crainte ? « Elle a tou­jours tra­vaillé dans le sec­teur pu­blic, il ne fau­drait pas qu’elle fasse de l’hos­pi­ta­lo­cen­trisme, en « ou­bliant» la mé­de­cine li­bé­rale. Dans un contexte très ten­du jus­qu’en 2040, en termes de dé­mo­gra­phie mé­di­cale, la mé­de­cine li­bé­rale pèse très lourd. Tout le monde est content que les li­bé­raux tra­vaillent beau­coup, par­fois même lors­qu’ils sont à la re­traite. » Le fait que le nou­veau mi­nistre soit mé­de­cin n’est pas un pa­ra­mètre dé­ci­sif pour le Dr De­la­salle. Ce qui im­porte, « c’est qu’un dia­logue avec la mi­nistre s’ins­taure ». « On de­mande qu’elle nous écoute. Nous sommes conscients des pro­blèmes, nous avons des pro­po­si­tions à faire. Il est es­sen­tiel d’être moins dog­ma­tique et plus prag­ma­tique. » Ré­fé­rence à de­mi-mot au mi­nistre pré­cé­dent ; «On a été très échau­dés par Ma­ri­sol Tou­raine ». Mais, le Dr De­la­salle est for­mel : « Il ne s’agit pas de faire un pro­cès d’in­ten­tion à Agnès Bu­zyn. Il fau­dra la ju­ger sur ses actes ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.