La grotte Ber­mond, joyau val­bon­nais

Nice-Matin (Antibes / Juan-les-Pins) - - Antibes Région - BÉA­TRICE COUREL

Ce n’est rien moins que le Graal pour un spé­léo­logue, pé­né­trer dans un en­droit en­core in­ex­plo­ré par l’homme. Michel Ra­de­cki, re­pré­sen­tant de la sec­tion spé­léo du COV, a en­core les yeux qui brillent à l’évo­ca­tion de la toute pre­mière des­cente, dans ce lieu in­vio­lé qui à l’époque ne s’ap­pe­lait pas en­core la grotte Ber­mond. Un ins­tant unique que de mettre ses bottes là où per­sonne ne l’a en­core fait. Un mo­ment in­ou­bliable en dé­cou­vrant le dé­cor que Dame Na­ture, en mère pro­tec­trice, avait jusque-là ca­ché. Que di­riez-vous d’être les pre­miers vi­si­teurs de la grotte ? Le pre­mier pu­blic hor­mis les spé­cia­listes et les of­fi­ciels. À l’oc­ca­sion des jour­nées du pa­tri­moine, le COV offre au­jourd’hui ce voyage au centre non pas de la terre, mais de la ca­vi­té dé­cou­verte pen­dant les tra­vaux de ré­no­va­tion de la ferme Ber­mond. Une aven­ture sou­ter­raine(1) d’une heure, par groupe de dix per­sonnes seule­ment, par­fai­te­ment en­ca­drée. L’oc­ca­sion éga­le­ment de s’ini­tier à la spé­léo avec le club des So­phi­taupes. La vi­site est en­ri­chie par une ex­po­si­tion photos et des ex­pli­ca­tions sur les dif­fé­rentes étapes de for­ma­tion de la grotte et se ter­mine par un aper­çu sur la vie des ani­maux ca­ver­ni­coles. C’est le ruis­sel­le­ment des eaux dans le sol cal­caire qui a creu­sé quatre cents mètres de ga­le­ries, des salles et boyaux dont l’exis­tence était mé­con­nue par les moines lors­qu’ils dé­cident au dix­hui­tième siècle de construire une bâ­tisse, à cet en­droit. La fa­mille Ber­mond qui re­prend les lieux au dé­but du siècle der­nier, pour ins­tal­ler son ex­ploi­ta­tion agri­cole, ignore éga­le­ment qu’en des­sous, il y a du vide. Et pas un vide de rien de tout, la pro­fon­deur moyenne est de dix mètres mais peut at­teindre vingt-sept mètres. Il existe quelques cen­taines de ca­vi­tés re­cen­sées sur la zone lit­to­rale du dé­par­te­ment et celle-ci est la soixante-dixième sur la com­mune. Quand le chan­tier a été stop­pé pour des études géo­tech­niques, les spé­léo­logues du COV ne sa­vaient pas ce qu’ils al­laient trou­ver. Bien vite l’évi­dence d’un pa­tri­moine pré­cieux, s’est im­po­sée.

1. Vi­sites de 11 h à 18 h.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.